Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 Mar

Peau d'âne

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films musicaux

Un grand merci à Cinetrafic ainsi qu’à Arte Editions pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le bluray de « Peau d’âne » de Jacques Demy dans le cadre de l’opération dvdtrafic.

« Jurez que vous ne vous remarierez que lorsque vous aurez trouvé une femme plus belle et mieux faite que moi ! »

Il était une fois un royaume dont la reine était très malade. Peu de temps avant de mourir, elle fit promettre au roi de n'épouser qu'une femme plus belle qu'elle.

Toutefois, dans tout le royaume, une seule personne pouvait se prévaloir d'une telle beauté, sa propre fille.

Aidée de sa bonne fée, celle-ci entreprit de repousser les avances de son père. Mais afin d’éviter le mariage, elle s’enfuit du château familial revêtue d'une peau d'âne...

« Les princesses de conte ont-elles disparues ? »

Les années 60 seront pour Demy les années du succès et des comédies musicales colorées. Mais à l’abord des années 70, après deux années passées en Californie, il souhaite évoluer vers d’autres horizons. C’est ainsi qu’il décide d’entreprendre l’adaptation de « Peau d’âne », le célèbre conte pour enfants signé Charles Perrault. Sorte de Cendrillon brimée (mais chantante) transformée en souillon, à côté de qui l’on retrouve Marraine la bonne fée et le prince charmant, le tout sur fond d’inceste et d’amour sale, matérialisé par la peau d’âne. Un mélange pour le moins (d)étonnant. Et un bon moyen pour Demy de nous emmener où on ne l’attendait pas forcément. Plaisir de conte pour les plus petits, plaisir coupable pour les plus grands, « Peau d’âne » permet à Demy de laisser libre cours à son imagination en créant un univers parmi les plus kitsch qu’il nous ait été permis de voir sur grand écran : laquais à la peau bleue, peluches en guise de trophées de chasse, trône en peluche de lion, robes aux couleurs de ciel offertes par le roi à sa fille en guise de cadeaux de fiançailles. Le must étant atteint par Jean Marais, tout de collants vêtu et coiffé façon Prince Vaillant. A l’image des « Parapluies de Cherbourg » et des « Demoiselles de Rochefort », qui étaient chacun à leur manière un instantané des années 60, « Peau d’âne », par son côté franchement psychédélique, est également très ancré dans son époque. Le film est aussi l’occasion de retrouver les habitués de la bande à Demy (Deneuve, Perrin) face à des valeurs sûres du cinéma français (Jean Marais, Delphine Seyrig). Après, et comme toujours avec le cinéma de Demy, chacun y verra ce qu’il veut y voir, tantôt de la poésie ou du grotesque. Mais il est certain qu’il faudra avoir gardé (un peu) de son âme d’enfant pour apprécier réellement ce film.

**

Bluray : Edité par Arte Editions, le film est disponible dans les bacs depuis le 19 novembre 2014. Le film est proposé en VF, avec sous-titres français, français pour malentendants et anglais en option. Cette très belle édition propose notamment une interview de Rosalie Varda, de la productrice du film ou encore un reportage intitulé « Peau d’âne et les penseurs ». En prime, les chansons sont disponibles en mode karaoké.

A découvrir sur Cinétrafic, plus de films dans les catégories les dernières bandes annonces à voir et aurait pu faire une bonne série.

Commenter cet article

Bob Morane 23/03/2015 07:07

Oui, film étrange aux couleurs vives sur un conte d’inceste troublant pas spécialement glamour ni pour les enfants, même si la fin se termine en Cendrillon. Belle réalisation cependant.

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!