Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 Nov

Au service de la France (saison 1)

Publié par Platinoch

Un grand merci à Arte Editions pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le bluray de la première saison de la série « Au service de la France » créée par Jean-François Halin, Jean-André Yerles et Claire LeMaréchal.

« Tout aveu extorqué par la violence entraine la nullité de la procédure. Sauf sur le département algérien, naturellement. »

 

Début des années 1960. Les services secrets français recrutent le jeune André Merleaux , de retour d'Algérie. André se forme auprès de vrais espions davantage préoccupés par leurs notes de frais que par leur mission. Il découvre les méandres de l'administration et navigue à vue au milieu des incidents diplomatiques à répétition. La route est longue pour devenir un espion digne de 007 dans un service labyrinthique, kafkaïen et absolument certain de la suprématie française sur le monde.

 

« Dans un contexte terroriste, il faut considérer une femme comme un individu »

 

A l’heure des séries policières modernes et réalistes, Arte surprend avec « Au service de la France », petite série française prenant pour cadre les services d’espionnages de la France gaulliste du début des années 60. Créée par Jean-François Halin, ancien co-auteur des « Guignols de l’info » aux côtés de Bruno Gaccio et scénariste, notamment, des deux « OSS 117 » de Michel Hazanavicius, la série revendique à l’envi son ton ironique et son second degré. L’auteur, qui travaille pour la première fois sur un format de série, planche sur le projet depuis près de cinq ans. Initialement proposée à Canal+, qui n’a finalement pas donné suite, c’est donc Arte qui a décidé de donner sa chance à cette série qui sort clairement des sentiers battus. Deux questions restaient cependant en suspens : la série ne serait-elle qu’une resucée des aventures de « OSS 117 » et est-ce que l’humour franchouillard d’Hubert Bonnisseur de la Bath pourrait s’adapter à un format de série ?

 

« Vous voulez installer une démocratie représentative ? Mais quel rapport avec l’Afrique ? »

 

A l’évidence, on ressent un lien de parenté lointain entre « Au service de la France » et « OSS 117 » : même époque (La France gaulliste de 1960), même milieu (les services secrets français). Et même regard ironique posé sur la France d’alors, sur sa faculté à réécrire sciemment son histoire à son profit et sur son complexe de supériorité. Pourtant, en dépit de ces points communs, ces deux projets se révèlent finalement assez éloignés l’un de l’autre. En effet, les deux films de Michel Hazanavicius, en bonnes parodies des films originels, étaient avant tout des films centrés sur les aventures de terrain de l'agent secret. « Au service de la France », à l'inverse, nous fait suivre les opérations des services secrets par le prisme de sa bureaucratie. Les rares reconstitutions extérieures (Alger, Moscou) étant cependant plutôt réussies. Dès lors, l'humour s'adapte au format choisi. « OSS 117 » misait sur un humour plus volontiers potache alors qu'Au nom de la France mise plutôt sur un humour pince-sans-rire et grinçant. Chaque épisode se fait ainsi l'écho des évènements politiques ou sociaux qui marquèrent cette époque (décolonisation, guerre d'Algérie, guerre froide, rapport ambigus avec les anciens nazis et collabos, place de la femme dans la société) vus par le regard candide d'André Merleau, jeune agent secret stagiaire et idéaliste formé par ses ainés beaucoup plus bas du front et essentiellement intéressés par leurs notes de frais. Cela donne lieu à quelques moments particulièrement savoureux et drôles (la délégation africaine réclamant son indépendance, l'épisode expliquant la différence entre les bons et les mauvais allemands). A noter que la série peine au départ à trouver son rythme de croisière : les neuf premiers épisodes abordent chacun un sujet sociopolitique différent des précédents tandis que les trois derniers épisodes semblent davantage tournés vers les personnages, campés pour la plupart par des acteurs quasi inconnus mais convaincants. Sur la forme, force est de constater que la série est la encore très réussie, un grand soin ayant été apporté a l'esthétisme des cadrages, des décors ou encore des reconstitutions. A l'image du générique, très simple et pourtant très classieux et accrocheur. D’une manière générale, on rigole bien durant cette première saison, qui se conclue tout de même d’une façon inattendue. On a donc hâte de voir la deuxième saison (déjà dans les tuyaux, selon Jean-François Halin) !

 

***

Le bluray : Disponible en coffret dvd et bluray, les 12 épisodes de 23 minutes sont proposés en VF. Des sous-titres français sont également proposés en option. Cette belle édition est également riche en bonus, la série étant accompagnée de deux interviews très intéressantes du scénariste Jean-François Halin (25 min) et du réalisateur Alexandre Courtès (10 min). Un module « Entrer au service de la France » : formation en 7 modules pour intégrer les services secrets français (24’) est également présent.

 

Edité par Arte Editions, « Au service de la France » est disponible dans les bacs depuis le 4 novembre 2015.

 

« Au service de la France » est également disponible dans la boutique d’Arte.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le site sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!