Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 Dec

Body double

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films noirs-Policiers-Thrillers

Un grand merci à Carlotta pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le dvd du film « Body double » de Brian De Palma en version restaurée.

« Je te présente ma voisine préférée »

 

Jack, jeune comédien au chômage souffrant de claustrophobie, quitte son appartement après avoir surpris sa femme avec un autre homme. A la suite d’un casting, il rencontre Sam Bouchard, aspirant acteur, qui lui propose d’occuper pendant quelque temps l'appartement d'un ami. Profitant de la vue panoramique, il observe sa charmante voisine, Gloria, dont il ne tarde pas à devenir fou amoureux. A force de l'épier, il assiste un jour à l'assassinat de la jeune femme...

 

« Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais il y a quelqu’un qui vous suit depuis un moment »

 

Issu du cinéma indépendant, Brian de Palma débute sa carrière de réalisateur dès la fin des années 60 par des films à petits budgets (dans lesquels on découvre quelques jeunes comédiens débutants comme Robert De Niro) pour lesquels il se fait très vite remarquer. Il reçoit notamment l’Ours d’argent à Berlin en 1969 pour la comédie protestataire « Greetings ». De quoi lui ouvrir peu à peu les portes des studios hollywoodiens. Au cours des années 70, il réalise plusieurs films horrifiques ou du moins angoissants (« Carrie au bal du diable », « Obsession », « Furie », « Pulsions », « Blow out »), dans lesquels il développe ses thèmes de prédilections : l’obsession, la manipulation, la frustration sexuelle. Son cinéma évolue à partir des années 80. Il met en effet fin au cycle des thrillers horrifiques et s’oriente désormais vers de plus gros projets plus grands publics (« Scarface », « L’impasse », « Les incorruptibles », « Outrages », « Mission impossible »). Une exception toutefois, en 1984, il renoue avec son cycle d’inspiration hitchcockienne et tourne « Body double », présenté comme une relecture de « Sueurs froides » sur fond de milieu hollywoodien et d’industrie porno. D’ailleurs, pour la petite histoire, il avait engagé la star du X Annette Haven pour le principal rôle féminin mais décida en cours de tournage de la remplacer car il ne la trouvait pas assez sensuelle à l’écran. Après que plusieurs actrices en vogue (Jamie Lee Curtis, Tatum O’Neil notamment) aient refusé le rôle, celui-ci reviendra finalement à Melanie Griffith, une habituée des rôles sulfureux (« Dangereuse sous tous rapports », « New York deux heures du matin ») qu’il retrouvera cinq ans plus tard sur « Le bûcher des vanités ».

 

« A mon avis, la seule raison du meurtre de Gloria, c’est vous »

 

« Body double », c’est une sorte d’hommage appuyé de Brian De Palma au cinéma d’Alfred Hitchcock, cinéaste qu’il admire depuis toujours. Une relecture pop (et surtout kitsch) de « Fenêtre sur cour » mâtiné d’éléments plus ou moins prégnants de « Sueurs froides », « L’inconnu du Nord express », « Le crime était presque parfait » ou encore « Psychose ». Mais « Body double » est aussi  un film somme. Un film qui synthétise toutes les obsessions, les névroses et les thèmes du cinéma de Brian De Palma que sont le voyeurisme, l’obsession, la frustration sexuelle ou encore la manipulation. Jusque dans son titre, « Body double » se traduisant littéralement comme « la double corps ». De Palma entraine donc ses spectateurs dans un labyrinthe pervers jouant sur la notion de double et la manipulation, chaque personnage se retrouvant ainsi avec une double identité (l’anxieux Jack s’inventera un personnage pour rencontrer Holy Body et vaincre ses démons, derrière le gentil acteur courant le cachet, Sam est aussi le tueur indien après lequel Jack court, Holy est la doublure de Gloria, etc...). La quête du personnage deviendra vite par analogie une quête intérieure, mentale, dans les méandres de sa psyché. De Palma signe donc un film dense, mais parfois un peu abscons. La scène finale, sorte de switch scénaristique, laisse planer un doute sur le récit tout entier. Malin donc. Mais extrêmement tortueux.

 

***

Le dvd : Edité par Carlotta, le dvd comme le bluray proposent le film dans un nouveau master restauré 4K. Le film est présenté en VF ainsi qu’en VOST. Côté bonus, le film est accompagné d’une intéressante introduction de Samuel Blumenfeld ainsi que de sa bande-annonce.

 

« Body double » fait également  l’objet d’une édition « Ultra collector » limitée à 3 000 exemplaires numérotés, qui inaugure une nouvelle collection de prestige éditée par Carlotta. Outre le bluray et le dvd du film, celle-ci comprend également un dvd de bonus inédit : un entretien avec l’assistant réalisateur Joe Napolitano (38 minutes) ainsi que quatre modules documentaires réalisés par Laurent Bouzereau (52 minutes) sur la Séduction, le Mystère, la Mise en scène et la Polémique. Ce magnifique coffret comprend également le livre « Double De Palma » de Susan Dworkin. Publié en 1984 aux Etats-Unis, ce livre consacré au tournage du film et qui comprend une cinquantaine de photos inédites, était jusqu’ici inédit en France. Une pièce de collection que ravira tous les bons cinéphiles ainsi que les fans de De Palma.

 

Edité en dvd, bluray et Coffret Ultra collector, « Body double » est disponible dans les bacs depuis le 2 décembre 2015.

 

Le site de Carlotta est accessible ici. Sa page facebook est ici.

Commenter cet article

Bob Morane 22/12/2015 06:51

Voilà un film qui donne envie de découvrir au plus vite

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!