Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 Mar

Madame Bovary

Publié par Platinoch

Un grand merci à Seven 7 Editions pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Madame Bovary » de Sophie Barthes.

 

« La mère d’Emma peut reposer en paix de la savoir si bien mariée ! »

 

Emma Rouault, fraîchement sortie du couvent, épouse Charles Bovary, un médecin de campagne qui se réjouit d’avoir trouvé la compagne parfaite. Emma occupe ses journées à aménager sa nouvelle demeure, dessine, joue du piano et reçoit avec élégance les visiteurs. Cette vie monochrome auprès d’un époux sans raffinement est bien loin des fastes et de la passion auxquels elle aspire. Ses rencontres avec M. Lheureux, habile commerçant, le Marquis d’Andervilliers, et Léon, jeune clerc de notaire, vont rompre la monotonie de son existence.

 

« Chaque moment où l’on se prive de ce que l’on aime est un moment où l’on se prive d’amour. Et un coeur sans amour est un coeur sans joie ni chant »

 

Publié en 1856 après cinq années d’écriture, « Madame Bovary » de Gustave Flaubert compte non seulement comme l’un des plus grands classiques de la littérature française mais également et sans aucun doute parmi les monuments de la littérature internationale. Pas étonnant, dès lors, qu’il compte parmi les œuvres les plus adaptées au cinéma, sous la direction des plus grands réalisateurs : Jean Renoir (1933), Vincente Minnelli (1949, avec Jennifer Jones), Claude Chabrol (1991, avec Isabelle Huppert) ou encore Manoel De Oliveira (1993). Sans compter les adaptations plus libres, telle la récente relecture d’Anne Fontaine (« Gemma Bovery ») ou le magnifique « La fille de Ryan » de David Lean, dans lequel la trame de « Madame Bovary » se retrouve librement transposée dans l’Irlande indépendantiste de 1916. Avec cette nouvelle adaptation, c’est Sophie Barthes, une réalisatrice française installée aux Etats-Unis que l’on avait pu découvrir en 2010 avec l’étrange « Ames en stock », qui se confronte au mythe d’Emma Bovary.

 

« Plus j’avance dans ma vie et plus je considère la vie comme un désabusement »

 

Pour Sophie Barthes, il n’était pas question que son film se contente d’être une énième adaptation de plus de « Madame Bovary ». Sa relecture devait être plus personnelle, son objectif étant de trouver le juste ton pour donner vie à ses personnages. De façon très audacieuse, la réalisatrice a ainsi fait le choix de prendre d’assez grandes libertés par rapport au roman original de Flaubert, en l’expurgeant notamment de tout un tas de passages et d’évènements (la maternité de l’héroïne, les souffrances de son mari) pour mieux se recentrer sur le personnage d’Emma. Un personnage dont elle fait une héroïne romanesque, à la fois naïve et passionnée, tiraillée entre sa condition d’épouse d’un notable de province et son désir d’une vie plus grande, plus fantasque, plus libre. Car au fond, la beauté de ce personnage repose dans son refus d’accepter une condition synonyme d’ennui et de renoncer à ses désirs de libertés. En cela, Emma apparait dans ce film plus que jamais comme une icône féministe en avance sur son temps et la victime malheureuse d’une époque et d’une société rigides et sans pitié pour les femmes libres. Avec beaucoup d’intelligence, la réalisatrice nous rappelle également la modernité de ce récit en mettant en avant des thématiques qui trouvent une résonnance étonnante dans notre époque actuelle (la condition féminine face à une société dominée par les hommes, le consumérisme, le crédit à la consommation). Surtout, la réalisatrice réussit une très belle reconstitution de l’époque (costumes, décors) dans les paysages naturels du Perche. Enfin, il y a l’interprétation habitée de Mia Wasikowska, tout en sensibilité et en justice, qui donne vie à son personnage. En cela, la distribution des seconds rôles est plus inégale, allant du très bon (Rhys Iphans, Paul Giamatti, Ezra Miller, Olivier Gourmet) et le moins convaincant (Henry Lloys-Hughes, Logan Marshall-Green). Une relecture libre et très enthousiasmante.

 

***

 

Le blu-ray : Le film est proposé en versions originale (anglais) et française. Des sous-titres optionnels français sont également disponibles. Aucun bonus ne vient compléter cette édition.

 

Edité par Seven 7 Editions, « Madame Bovary » est disponible en dvd et en blu-ray à compter du 8 mars 2016.

 

Le site Internet de Seven 7 est accessible ici. Sa page Facebook est ici.

 

Commenter cet article

Bob Morane 21/03/2016 09:49

et qui donne très envie de découvrir cette adaptation

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!