Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 Jun

Tout en haut du monde

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films d'animation-Dessins animés

Un grand merci à Diaphana ainsi qu’à l’agence Darkstar pour m’avoir permis de découvrir le dvd du film « Tout en haut du monde » de Rémi Chayé.

 

Tout_en_haut_du_monde_DVD« Son grand rêve, c’était le Pôle Nord. Tout en haut du monde. Il y fait très froid. C’est un désert, il faut y marcher des kilomètres avec des chiens sur la banquise. Et c’est très beau. »

 

1892, Saint-Pétersbourg. Sacha, une jeune fille de l’aristocratie russe, a toujours été fascinée par la vie d’aventure de son grand-père, Oloukine. Explorateur renommé, concepteur du Davaï, son magnifique navire de l’Arctique, il n’est jamais revenu de sa dernière expédition à la conquête du Pôle Nord. Et maintenant son nom est sali et sa famille déshonorée. Pour laver l’honneur de la famille, Sacha s’enfuit. En route vers le Grand Nord, elle suit la piste de son grand-père pour retrouver le fameux navire.

 

« Le Davaï n’a pas pu couler. Il est insubmersible. D’ailleurs, s’il ne valait rien, pourquoi le Tzar donnerait autant de roubles pour le retrouver ? »

 

Tout_en_haut_du_mondeCertains projets sont le fruit de rencontres étonnantes. Auteure de littérature « jeunesse » et scénariste notamment pour la télévision, Claire Paoletti avait depuis longtemps l’idée d’une histoire située aux confins de la Russie impériale et dans laquelle une jeune fille partirait à l’aventure, sur les traces de son grand-père explorateur porté disparu quelque part sur la banquise. Sa rencontre avec Rémi Chayé fut ainsi déterminante. Spécialiste de l’illustration et passionné par l’Histoire et la culture du 19ème siècle, ce dernier allait être le partenaire idéalement complémentaire à l’élaboration de ce projet, pour lequel il s’inspira beaucoup du journal de bord du navigateur Ernest Shackleton et des mésaventures de l’expédition « Endurance ». D’autant que Rémi Chayé a déjà une solide expérience en matière d’animation, ayant préalablement œuvré en qualité de concepteur graphique et d’assistant réalisateur sur des films comme « Le tableau » de Jean-François Laguionie (2011) et « Brendan et le secret de Kells » de Tomm Moore et Nora Twomey (2009). Toutefois, le projet fut particulièrement difficile à monter, Rémi Chayé mettant plus de quatre ans pour trouver et réunir les fonds nécessaires. Ce n’est que grâce à un court pilote de 3 minutes qu’il finit par convaincre des investisseurs français et danois de financer le film. A noter que pour des raisons de budget extrêmement contrait, « Tout en haut du monde » a été entièrement réalisé par ordinateur, sans que ne soit fait appel à des dessins au crayon.

 

« Ma petite Sasha, mes forces m’abandonnent. Mon voyage s’arrête ici. C’est tellement beau. J’aimerais que tu vois ça »

 

Tout_en_haut_du_monde_2Comment souvent dans les dessins-animés et, plus généralement, dans les films destinés au jeune public, « Tout en haut du monde » est à la base un récit initiatique. Un film sur l’affirmation de soi et sur le passage vers le monde des adultes. En l’occurrence, il s’agit ici de l’histoire d’une jeune fille issue de l’aristocratie qui refuse de se plier aux conventions liées à sa condition (un mariage arrangé) et qui, à force d’obstination et de courage, ira au bout de sa quête, gagnant à la fois le respect des adultes et surtout sa propre liberté. Mais « Tout en haut du monde » est aussi - et avant tout - un très joli film d’aventures, bien mené, où se côtoient suspense, poésie et beaux sentiments. Très soigné, le scénario puise son originalité dans le choix de ses décors et de son époque (la Russie impériale et la banquise arctique). Mais plus encore, la qualité du film est en grande partie due à l’univers visuel que Rémi Chayé réussi a créer. Un univers très original, à la fois simple et coloré, fortement inspiré par les arts de l’époque (on pense ainsi un peu aux tableaux de Seurat, du Douanier Rousseau ou encore aux récits épiques de Jules Verne, Jack London ou encore de Herman Melville). Un soin formelle qui ne prend jamais le pas sur le fond du récit lui-même, le réalisateur se permettant même, par endroits, de jolis moments d’émotion et de poésie. A l’image de l’une des dernières scènes où l’héroïne finit par retrouver son grand-père. C’est donc à un très agréable et très beau voyage que nous convie Rémi Chayé pour son premier film. Une belle réussite.

 

Tout_en_haut_du_monde_3

 

****

 

Le dvd : Le film est proposé en version originale française ainsi qu’en audiodescription. Des sous-titres optionnels français sont également proposés. Côté bonus, le dvd propose un commentaire audio de Rémi Chayé, Fabrice de Costil, Liane-Cho Han (directrice de l’animation), Maïlys Vallade (storyboard) et Benjamin Massoubre (monteur), un passionnant making of (37’) ainsi que la bande-annonce (1’).

 

Edité par Diaphana, « Tout en haut du monde » est disponible en dvd ainsi qu’en blu-ray depuis le 7 juin 2016.

 

Le site Internet de Diaphana est ici. Sa page Facebook est ici.

 

Commenter cet article

Bob Morane 12/06/2016 08:47

Un très beau film qui m'a durablement touché par sa finesse, sa poésie et toutes les émotions qui s'en dégage avec notamment les voix qui vibre dans le coeur des personnages. Beau graphisme, belles couleurs, superbes animation. La très belle surprise de l'année

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!