Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 Jun

Une jeunesse allemande

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Documentaires

Un grand merci à Luminor Films pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le dvd du film « Une jeunesse allemande » de Jean-Gabriel Périot.

 

Une_jeunesse_allemande_dvd« La génération antérieure est pleine de nazis. La seule chose qui demeure sûre en Allemagne, c’est la jeunesse »

 

La Fraction Armée Rouge (RAF), organisation terroriste d’extrême gauche, également surnommée « la bande à Baader » ou « groupe Baader-Meinhof », opère en Allemagne dans les années 70. Ses membres, qui croient en la force de l’image, expriment pourtant d’abord leur militantisme dans des actions artistiques, médiatiques et cinématographiques. Mais devant l’échec de leur portée, ils se radicalisent dans une lutte armée, jusqu’à commettre des attentats meurtriers qui contribueront au climat de violence sociale et politique durant les années de plomb.

 

« Il est aberrant de condamner un moyen d’expression juste politique juste parce qu’il est extrême »

 

Une_jeunesse_allemandePassionné de cinéma depuis l’adolescence, Jean-Gabriel Périot mène de brillantes études de cinéma avec l’idée de devenir lui-même réalisateur. Et puis un jour, pour un travail d’études, il trouve une forme de révélation au contact des films et des images d’archives. Il deviendra donc réalisateur de documentaires. Après avoir fait ses classes et appris le métier comme monteur pour les documentaires de Canal + puis de Arte, il se lance dans ses premières réalisations de documentaires à partir de 2002, réalisant pas moins d’une vingtaine de courts-métrages en l’espace d’une décennie. Avec toujours une même thématique comme fil conducteur de son travail et de sa réflexion, à savoir le rapport entre la violence et l’Histoire. Certains de ses courts sont ainsi remarqués : « Eût-elle été criminelle » (2006), traitant des femmes tondues à la Libération, ou encore « The devil » (2012) consacré au mouvement des Black Panthers. En 2015, il consacre son premier long métrage, « Une jeunesse allemande », au cheminement idéologique de ceux qui deviendront par la suite les tristement célèbres membres de la « Bande à Baader ». Un documentaire réalisé uniquement sur la base des archives de la télévision allemande.

 

« Nous avons trop joué avec l’idée d’une révolution. Maintenant, il est temps de la faire. »

 

Une_jeunesse_allemande_Ulrike_MeinhofAvec « Une jeunesse allemande », Jean-Gabriel Périot nous replonge au cœur des années de plomb, qui ont secoué l’Europe des années 60 aux années 80. Des années marquées par une vague de contestation politique violente et par des actions terroristes armées menées par des groupuscules extrémistes semant la terreur dans plusieurs pays européens : la Fraction Armée Rouge (alias « La bande à Baader ») en Allemagne, les Brigades rouges en Italie ou encore Action Directe en France. Images d’archives à l’appui - pour certaines inédites - Périot revient sur le parcours des futurs meneurs de la tristement célèbre Bande à Baader. Ne s’intéressant pas tant aux conséquences (les dizaines de victimes) qu’aux causes, il essaye de comprendre le cheminement intellectuel qui a pu pousser cette jeunesse, issue de la petite bourgeoisie et de milieux cultivés, à sombrer dans l’extrémisme et la lutte armée. Sans jamais prendre parti, le réalisateur dresse ainsi le portrait d’une génération née sur les ruines du troisième Reich. Une génération rongée par un mal-être identitaire, prise en étau entre la génération de leurs parents encore largement marquée du sceau du nazisme et de l’infamie et une société occultant sa culpabilité collective derrière le faste d’un capitalisme triomphant et outrancier, aux mains de quelques magnats (comme celui de la presse, Axel Springer) refusant de laisser le moindre espace d’expression à une jeunesse aux idées jugées libérales et subversives. Surtout dans un contexte prégnant de guerre froide. On découvre ainsi des images d’Ulrike Meinhof, alors jeune journaliste, peinant à faire entendre ses idées lors de débats télévisés. D’Andreas Baader, jeune étudiant contestataire et perturbateur. Ou encore de Horst Mahler, qui deviendra leur célèbre avocat (avant de basculer depuis le néo-nazisme). Le film est ainsi intéressant dans sa façon de nous montrer comment toutes ces personnalités contestataires vont finir par se croiser (notamment sur la jeune scène artistique avant-gardiste berlinoise), se rencontrer et se constituer en un réseau organisé, avec les conséquences terribles que l’on sait. En cela, « Une jeunesse allemande » est tout à fait passionnant et pertinent en ce qu’il montre les conséquences et les séquelles durables - tensions, divisions - du nazisme et de la seconde guerre mondiale sur la société allemande. Une fracture profonde, qui mettre plus d’un demi-siècle - et la réunification - pour commencer à se cicatriser et permettre au peuple allemand de retrouver un peu de sérénité et d’apaisement.

 

Une_jeunesse_allemande_2

 

***

 

Le dvd : Le film est proposé en version originale allemande (5.1) avec des sous-titres optionnels français. Côté bonus, le dvd propose deux courts métrage de Jean-Gabriel Périot : « Regarder les morts » (26 min.) et « The devil » (8 min.).

 

Edité par Luminor Films, « Une jeunesse allemande » est disponible en dvd depuis le 1er juin 2016.

 

Le site Internet de Luminor Films est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!