Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 Aug

13 hours

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films de guerre, #Films d'action

Un grand merci à Paramount Pictures pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « 13 hours » de Michael Bay.

 

13_hours« ça craint ici : on crève de chaud et ne reconnait pas les gentils des méchants ! »

 

Benghazi (Libye). Jack, un ancien des forces spéciales américaines débarque pour une mission ponctuelle de renforcement de la sécurité d’une base secrète de la CIA, alors même que le pays est en proie à une vague de chaos après la chute du dictateur Kadhafi. Le 11 septembre 2012, la ville fait face à une flambée de violence. La mission diplômatique américaine est attaquée par des groupes armés. Face à des assaillants surarmés et bien supérieurs en nombre, six hommes ont eu le courage de tenter l’impossible. Leur combat a duré 13 heures. Ceci est une histoire vraie.

 

« C’est aux locaux de résoudre les problèmes dans ce pays. Nous ne sommes que des invités ici. Des invités indésirables. »

 

13_hours_BayFort d’un sens incroyable de l’image et du spectaculaire, Michael Bay se fait d’abord un nom dans le milieu du clip musical et du spot publicitaire. Considéré alors comme un petit prodige, Hollywood lui ouvre grand les bras. Il n’a alors même pas trente ans. Cédant ainsi aux sirènes du septième art, il réalise en 1995 « Bad boys », une comédie d’action couronnée d’un gros succès commercial, qui sera le point de départ d’une filmographie résolument placée sous le signe de l’Entertainment et du divertissement explosif.  A l’image de ses plus gros succès, tels « Armaggedon » ou « Pearl harbor ». Alors qu’il a consacré les dix dernières années à la saga des « Transformers » (dont le cinquième volet est actuellement en préparation), le cinéaste s’offre avec « 13 hours » une parenthèse loin du monde des robots. Adaptation du livre du Professeur Mitchell Zuckoff, le film retranscrit en effet les attentats perpétrés le 11 septembre 2012 à Benghazi (Libye) par des groupes armés islamistes à l’encontre de la mission diplomatique américaine locale, coutant notamment la vie à l’ambassadeur J. Christopher Stevens. S’ensuivront treize longues heures de sièges durant lesquels six soldats des forces spéciales repousseront plusieurs assauts ennemis sans que personnes ne leur vienne en aide. Pour la petite histoire, Mark Wahlberg devait tenir l’un des deux rôles principaux avant de devoir se désister en raison de son emploi du temps déjà chargé. C’est finalement James Badge Dale qui le remplace. A noter qu’avec un budget de 45 millions de dollars, il s’agit de l’un des films les moins chers (sic) du réalisateur.

 

« C’est peut-être la fin de notre carrière. Mais ça n’a pas de prix d’avoir la conscience tranquille. »

 

13_hours-1Avec « 13 hours », Michael Bay délaisse les sujets de science-fiction pour se consacrer à la retranscription d’un évènement historique récent, dans la lignée des récents films consacrés aux guerres menées par les Etats-Unis contre le terrorisme au Moyen-Orient (« Zero Dark Thirty », « Good kill », « Green zone », « American sniper », « Battle for Haditha »...). Après l’Irak et l’Afghanistan, « 13 hours » s’intéresse pour sa part à la Libye post-Kadhafi et aux attaques menées par les groupes islamistes armées contre les missions américaines en 2012. Dès la scène introductive (hallucinante partie de poker-menteur nerveuse dans une ruelle de Benghazi avec une milice armée), le cinéaste donne le ton : les héros ne sont pas les bienvenus ici. Ils évolueront donc en terrain hostile, pour ne pas dire ennemi. Durant toute la première partie, menée sur un rythme lent mais sans temps mort, nous assistons donc au quotidien de ces hommes, dont les sorties de la base sont rares et donnent lieu le plus souvent à une exposition au danger. La tension monte ainsi progressivement, comme si la mort planait inéluctablement sur les personnages. Jusqu’à ce que l’explosion de violence, l’attaque tant redoutée, ait bel et bien lieu. Là, Bay évolue en terrain conquis : sans chercher à faire dans le romanesque inutile, il filme au plus près des personnages et de l’action, avec la volonté de coller au plus près de la réalité des faits et de rendre son film le plus immersif possible. Il en ressort un film sec et au cordeaux. Très spectaculaires et efficaces, les scènes d’action (qui durent au moins la moitié des 2h20 du film !) n’épargneront rien aux spectateurs : ni les explosions, ni les supplices infligés par l’ennemi (l’incendie de l’ambassade pour faire sortir l’ambassadeurs et ses gardes qui s’y cachent), ni les corps réduits en bouillie. Un réalisme sidérant au service d’un film particulièrement prenant et d’autant plus haletant que la poignée de G.I. américains évolue en territoire ennemi sans savoir si les autochtones armés autour d’eux sont des alliés ou des rivaux. Mais plus encore, c’est lorsqu’ils se retrouvent assiégés toute une nuit dans leur base, sans aucun espoir de renforts ni de soutiens, que le film prend toute sa dimension héroïque. Un morceau de bravoure filmé comme un western moderne et urbain, qui renvoie aux grandes heures du genre, de « Alamo » aux « Sept mercenaires ». Seul petit bémol : l’éternel couplet patriotique, inhérent à ce genre de film, qui alourdit un peu inutilement le récit. Pour le reste, ce « 13 hours » assure le spectacle, en met plein les yeux, et se regarde comme une expérience de cinéma particulièrement intense.

 

13_hours_dvd

 

****

 

Le blu-ray : Le film est présenté en version originale américaine ainsi qu’en versions française, allemande, italienne et japonaise (toutes en 5.1) Des sous-titres optionnels français, allemands, italiens, anglais, néerlandais, danois, finlandais, norvégiens, suédois, espagnols, japonais et anglais pour malentendants sont également proposés.

 

Côté bonus, un deuxième disque vient compléter cette très belle et très riche édition, comprenant notamment les modules suivants :  « Consigner l’histoire : trouver la vérité au milieu du chaos », « À la découverte des soldats secrets de Benghazi », « Préparation au combat : les coulisses de 13 Hours », « Opération : L’avant-première de 13 Hours » et « Hommage ».

 

Edité par Paramount Pictures, « 13 Hours » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 16 août 2016.

 

Le site Internet de Paramount Pictures est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!