Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
03 Aug

Rosalie Blum

Publié par Platinoch  - Catégories :  #comedies dramatiques

Un grand merci à M6 Vidéo pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Rosalie Blum » de Julien Rappeneau.

 

Rosalie_Blum_DVD« J’ai repéré que j’étais suivi depuis quelques temps. J’ai pensé que suivre mon suiveur pourrait t’amuser »

 

Vincent Machot connaît sa vie par cœur. Il la partage entre son salon de coiffure, son cousin, son chat, et sa mère bien trop envahissante. Mais la vie réserve parfois des surprises, même aux plus prudents...  Il croise par hasard Rosalie Blum, une femme mystérieuse et solitaire, qu'il est convaincu d'avoir déjà rencontrée. Mais où ? Intrigué, il se décide à la suivre partout, dans l'espoir d'en savoir plus. Il ne se doute pas que cette filature va l’entraîner dans une aventure pleine d’imprévus où il découvrira des personnages aussi fantasques qu’attachants. Une chose est sûre : la vie de Vincent Machot va changer…

 

« Tu devrais aller voir la police. Depuis quand on suit les gens comme ça ? C’est pas normal ! Il est  peut-être dingue ! »

 

Rosalie_Blum_LvovskyFils du célèbre réalisateur et scénariste Jean-Paul Rappeneau, Julien Rappeneau apprend d’abord le métier de scénariste au côté de son père. Avec lui, il écrit le scénario de « Bon voyage » (2003), qui lui vaut une nomination au César du meilleur scénariste. Après quoi il s’illustre dans des genres aussi différents que la comédie (« Mais qui a tué Pamela Rose ? », « Un ticket pour l’espace », « Mais qui a re-tué Pamela Rose ? »), le drame (« Faubourg 36 », « Cloclo »), le polar (« 36 quai des orfèvres », « Pars vite et reviens tard », « Zulu »), ou encore le film d’aventures (« Largo Winch » et sa suite « Largo Winch 2 »).  Passant pour la première fois derrière la caméra, Julien Rappeneau décide d’adapter sur grand écran le roman graphique « Rosalie Blum » de Camille Jourdy, dont les trois tomes sont parus entre 2007 et 2009.

 

« J’aime les puzzles. Les pièces finissent toujours par s’emboiter parfaitement. Il y a là quelque chose de rassurant. »

 

Rosalie_Blum_Khojandi« Rosalie Blum », c’est un peu l’histoire de l’arroseur arrosé. Ou plutôt du suiveur pris à son propre piège. Mais c’est aussi - et surtout - l’histoire de trois personnages un peu à la marge et à la masse. Trois individus extraordinairement banals, malmenés et cabossés par la vie. De gentils loosers en somme, tous rongés par une même solitude affective. Construit comme un puzzle, façon « Rashomon » de Kurosawa, le film s’articule en trois actes, racontant successivement la même histoire mais selon le point de vue de chacun des trois personnages principaux. On suit ainsi avec délectation cette intrigue savoureuse, qui se fait d’abord étrange pour devenir peu à peu loufoque et touchante. Mais pourquoi diable ce gentil coiffeur se met-il soudainement à suivre de façon obsessionnelle cette étrange épicière ? Et pourquoi celle-ci ne s’en inquiète jamais vraiment ? Et si au final, tout cela n’était qu’un moyen (un peu fou) de tromper l’ennui et de mettre un peu de piment dans des existences trop mornes ? Julien Rappeneau nous balade ainsi dans les méandres d’une étrange filature, à la fois drôle et triste, en forme de quête existentielle. Bien qu’emprunt d’une douce mélancolie, le film réussit le tour de force de ne jamais basculer dans le piège du pathos lacrymal un peu facile. Il faut dire que le réalisateur s’emploie à traiter ses personnages avec beaucoup d’humanité et d’empathie. De plus, avec beaucoup d’habileté, ce dernier parsème son récit de petites touches impressionnistes instillant tour à tour surprise, humour, fantaisie et émotion, qui viennent en permanence contrebalancer la gravité discrète de l’histoire. Et finit par nous convaincre que le bonheur nous attend peut-être au coin de la rue, pour peu qu’on se donne la peine de s’affranchir de nos chaines (qu’il s’agisse d’un passé un peu trop chargé ou d’une famille étouffante et pas si bienveillante que cela). Porté par un trio de comédiens épatants et par des seconds rôles très savoureux (Anémone et Sara Giraudeau notamment), ce « Rosalie Blum » pétille comme une bulle de champagne et fait un bien fou. De mémoire de cinéphile, il y avait longtemps qu’on avait pas vu un feel-good movie aussi sympa. Laissez-vous entrainer, vous ne serez pas déçu !

 

Rosalie_Blum

 

****

 

Le DVD : Le film est proposée en version originale française (2.0 et 5.1) ainsi qu’en audiodescription. Des sous-titres optionnels pour sourds et malentendants sont également disponibles. Côté bonus, le film est accompagné du module documentaire « Du roman graphique au film », d’une rencontre avec le réalisateur et les comédiens, ainsi que de bandes-annonces.

 

Edité par M6 Vidéo, « Rosalie Blum » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 3 août 2016.

 

Le site Internet de M6 Vidéo est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!