Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
08 Sep

Mekong stories

Publié par Platinoch  - Catégories :  #comedies dramatiques

Un grand merci à Memento Films pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Mékong stories » de Phan Dang Di.

 

Mekong stories« On ne connait pas le prix du riz en ville. On sait juste qu’il faut le faire cuire avant de le manger. »

 

Vietnam, au début des années 2000. L’Etat lutte contre la crise économique et la surpopulation. Originaire de la campagne, Vu, 20 ans, débarque à Saïgon pour étudier la photographie. Il loue une chambre dans une maison au bord du fleuve, partagée avec deux amis, Thang, serveur dans une boîte de nuit qui vit de petits trafics, et Cuong, chanteur de rue. Armé d’un nouvel appareil photo offert par son père, Vu part à la découverte des environs. Le jeune homme est vite attiré par le séduisant Thang. Avec lui, il découvre le monde de la nuit et fait bientôt la rencontre de Van, une jeune femme qui rêve de devenir danseuse de ballet. Réunis par le tumulte de la ville, ils vont devoir affronter la réalité d’un pays en pleine mutation.

 

« Mon fils doit devenir un homme avant l’aube »

 

Mekong_storiesAutant le dire, depuis « L’odeur de la papaye verte » de Tran Ahn Hung (1993), le cinéma vietnamien s’était fait rare sur nos écrans. Certes, il y avait bien eu « Trois saisons » de Tony Bui en 2000. Mais depuis, plus de nouvelles. Finalement, c’est un peu grâce au réalisateur Phan Dang Di que le cinéma vietnamien retrouve un peu de couleurs et fait à nouveau parler de lui dans les grands festivals internationaux. Auteur de plusieurs courts-métrages remarqués au cours des années 2000, c’est pourtant d’abord comme scénariste, sur « Vertiges » de son compatriote Bui Thac Chuyen, qu’il fera parler de lui en 2009. Mais c’est l’année suivante, avec son premier long « Bi, n’ai pas peur ! », qu’il sera véritablement remarqué, en devenant notamment le premier film vietnamien à être sélectionné au Festival de Cannes. Six ans après, il nous revient avec un second film, « Mékong stories », en partie inspiré par ses souvenirs de jeunesse. Un film dont le tournage fut particulièrement éprouvant, en particulier les scènes tournées dans la mangrove sauvage et humide de Can Gio. A noter que le film a concouru en sélection officielle au Festival de Berlin.

 

« Tu as un bon patrimoine, tu dois le transmettre. Pour la grandeur de notre peuple. »

 

mekongCe deuxième long du réalisateur Phan Dang Di est un film tout en contraste. Un mélange de chronique sociale et de balade bucolique. Un enchevêtrement de décors urbains modernes, grouillant de vie et d’agitation, et de paysages de mangroves luxuriantes et sauvages. Un voyage dans un pays constamment tiraillé entre traditions séculaires et modernité. Mais « Mékong stories » est avant tout une jolie et sensible chronique sociale. Construite par petites touches impressionnistes, elle peint le portrait d’une jeunesse troublée, faisant un trait d’union entre passé et présent, entre traditions et progrès. Une jeunesse remplie de rêves de liberté et d’espoirs de lendemains meilleurs. Mais, à l’instar du Mékong, fleuve nourricier qui berce la ville de Saigon, le cinéaste nous rappelle que la vie n’est pas un long fleuve tranquille et qu’elle y demeure, au contraire, difficile et parfois même cruelle. Il s’interroge d’ailleurs sur la condition de ses concitoyens en nous montrant leur quotidien, au sein de cette société encore largement machiste (les femmes vivent à l’écart et ne font que servir les hommes), violente (gangrénée par les gangs de rue) et sans réelles perspectives d’avenir et d’épanouissement (l’Etat qui encourage ses citoyens à se faire stériliser). Il se dégage ainsi du film une douce langueur et une profonde mélancolie. Mais au-delà de ce récit parfois un peu décousu, le film apparait surtout comme une invitation au voyage, à se laisser bercer par la splendeur des paysages et par la beauté et la sensualité absolue de ses images. En cela il constitue un puissant et magnifique poème visuel, initiatique et totalement enivrant. C’est sans doute là la plus grande qualité de ce beau film triste.

 

Mekong

 

***

 

Le DVD : Le film est présenté en version originale vietnamienne (2.0 et 5.1). Des sous-titres français sont également disponibles. Côté bonus, le film est accompagné d’une interview du réalisateur Phan Dang Di ainsi que de bandes-annonces.

 

Edité par Memento Films, « Mékong stories » est disponible en DVD à compter du 6 septembre 2016.

 

Le site Internet de Memento Films est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!