Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
06 Nov

Dans les forêts de Sibérie

Publié par Platinoch  - Catégories :  #comedies dramatiques

Un grand merci à France Télévisions Distribution pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Dans les forêts de Sibérie » de Safi Nebbou.

 

Foret_Siberie« On ne peut pas garder l’essentiel. On le découvre. »

 

Pour assouvir un besoin de liberté, Teddy décide de partir loin du bruit du monde, et s’installe seul dans une cabane, sur les rives gelées du lac Baïkal.

 

Une nuit, perdu dans le blizzard, il est secouru par Aleksei, un Russe en cavale qui vit caché dans la forêt sibérienne depuis des années.

 

Entre ces deux hommes que tout oppose, l’amitié va naître aussi soudaine qu’essentielle.

 

« En ville, le temps nous échappe. Ici, il se calme. »

 

PersonnazFrère du comédien Medi Nebbou, Safi Nebbou débute en réalisant plusieurs courts-métrages dans son Pays Basque natal. Il réalise en 2004 son premier long, « Le cou de la girafe », un joli conte porté par Claude Rich et Sandrine Bonnaire. Par la suite, le réalisateur se fait remarquer pour ses drames, « L’empreinte » (2008) et « Comme un homme » (2012), ainsi que pour le portrait historique « L’autre Dumas » (2010). Après quatre années d’absence, il nous revient avec « Dans les forêts de Sibérie », adaptation assez libre du récit d’aventures autobiographique éponyme de l’auteur aventurier Sylvain Tesson, publié en 2011 et récompensé du Prix Médicis Essai. Le film est ainsi tourné en décors réels en Sibérie, sur les rives du Lac Baïkal. A noter qu’il s’agit là du premier livre de l’auteur à faire l’objet d’une adaptation cinématographique.

 

« Ce que je fais ici ? Une trêve. Je suis venu chercher un peu de paix. »

 

SiberieQuelle(s) raison(s) peuvent bien pousser un homme à vouloir se couper littéralement du monde et de toute civilisation pour aller vivre seul au cœur de l’inhospitalière taïga de Sibérie ? Un coup de folie, sans doute. Dans le cas de Teddy, le héros du film, le point de départ de cette aventure relève surtout d’une exaspération : ne supportant plus la société qu’il juge oppressante, il voit dans cette démarche (pour le moins radicale) un moyen de revenir à l’essentiel pour mieux se retrouver lui-même. On l’aura compris, Safi Nebbou nous invite ici à un voyage contemplatif et introspectif. Perdu dans l’immensité des paysages sibériens magnifiquement filmés, le spectateur est invité à suivre le quotidien de ce Robinson Crusoé des temps modernes, fait de pêche, d’escapades dans la nature et de baignades dans les eaux gelées du Baïkal. Mais cette immensité naturelle en apparence apaisante regorge de dangers (ours, froid, tempêtes de neige) face auxquels la solitude apparait comme un vecteur supplémentaire de vulnérabilité. Et c’est d’ailleurs à un autre « homme des bois », venu trouvé refuge loin du monde, qu’il devra son salut. A l’opposé du « Into the Wild » de Sean Penn, « Dans les forêts de Sibérie » est aussi une aventure humaine qui rappelle que l’homme n’est pas fait pour vivre sans sociabilité et qui prône l’amitié comme vertu essentielle. Avec ce beau film taiseux à l’esthétique léchée et à la beauté foudroyante, Safi Nebbou signe là un joli conte écologique autant qu’une fable humaniste apaisante et émouvante. Sans aucun doute l’un des plus beaux films français de l’année.  

 

Siberie_Personnaz

 

****

 

Le DVD : Le film est présenté en version originale française (5.1 et 2.0) ainsi qu’en audiodescription. Des sous-titres français et français pour malentendants sont également proposés. Côté bonus, le film est accompagné d’une rencontre avec l’équipe du film (20 min.) ainsi que d’un court module documentaire « Sylvain Tesson, retour en Sibérie » (3 min.).

 

Edité par France Télévisions Distribution, « Dans les forêts de Sibérie » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 19 octobre 2016.

 

Le site Internet de France Télévisions Distribution est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!