Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
08 Jan

Folles de joie

Publié par Platinoch  - Catégories :  #comedies dramatiques, #Drames

Un grand merci à BAC Films ainsi qu'à Cinetrafic pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Folles de joie » de Paolo Virzi.

 

Folles_de_joie« Tu es idiote, tu ne comprends pas que la seule chose dont tu aies besoin, c’est d’un bon avocat ? »

 

Beatrice est une mythomane bavarde au comportement excessif. Donatella est une jeune femme tatouée, fragile et introvertie.

 

Ces deux patientes de la Villa Biondi, une institution thérapeutique pour femmes sujettes à des troubles mentaux, se lient d’amitié. Une après-midi, elles décident de s’enfuir bien décidées à trouver un peu de bonheur dans cet asile de fous à ciel ouvert qu’est le monde des gens « sains ».

 

« On est complètement folles... En théorie du moins ! »

 

Bruni_TedeschiPassionné de littérature, l’italien Paolo Virzi se découvre une passion pour le cinéma durant ses études de lettres et de philosophie. C’est à cette époque qu’il réalise ses premiers courts-métrages amateurs. A la fin de son cursus, il part donc pour Rome où il intègre une école de cinéma. Sa rencontre avec Furio Scarpelli, l’immense scénariste de Comencini, Monicelli ou Risi, sera ainsi déterminante. Entamant ainsi une carrière de scénariste, Virzi s’essaye à la réalisation dès 1994 et son film « La bella vita ». Ce sera le début d’une fructueuse et prolifique carrière de réalisateur. Pour autant, il faut attendre le début des années 2000 et « My name is Tonino » (avec la jeune Rachel McAdams) pour entendre parler du réalisateur de ce côté-ci de la frontière. S’en suivront notamment « Napoléon (et moi) » en 2006 et le bien joli « La prima cosa bella » en 2010. Pour son douzième film, « Folles de joie », il réunit à l’écran sa compagne à la ville, Micaela Ramazzotti et Valéria Bruni-Tedeschi, qu’il avait dirigé précédemment dans « Les opportunistes » en 2014. A noter que le film, présenté en compétition à la Quinzaine des réalisateurs, a permis à Paolo Verzi d’être sélectionné pour la première fois au Festival de Cannes.

 

« On cherche un peu de bonheur. Voilà ce que l’on cherche... »

 

RamazzottiAttention, femmes au bord de la crise de nerf. Ou au bord du précipice, c’est selon. Internée dans une institution toscane dédiée aux personnes en état de souffrance psychique, Béatrice tue le temps entre crises et caprices. Jusqu’à sa rencontre avec Donatella, la dernière arrivée. Si Béatrice est exubérante et fantasque, Donatella, elle, parait renfermée et erratique. Pourtant leur opposition donne lieu à une belle complémentarité. On pourrait presque croire que ces deux là s’équilibrent. Un nouvel élan qui les poussera à faire le mur. Prendre la tangente histoire de goûter un peu aux joies d’une liberté dont elles ont tant été privées. Mais très vite, l’échappée belle se transforme en fuite en avant. Une course folle et contre la montre, pour tenter de profiter de la vie « normale » et de régler des comptes avec un passé difficile et mal digéré. Derrière son apparente légèreté, « Folles de joie » se révèle être un drame de l’intime, qui traite des maux indicibles et qui dresse deux jolis portraits de femmes abimées par la vie, mais qui restent étonnamment fortes en dépit de leurs fêlures. Des fêlures immuablement causées par un manque évident d’amour. D’une certaine manière, ce road-movie fantasque fait penser au « Thelma et Louise » de Ridley Scott, la radicalité en moins. On aime ainsi la distance instaurée par le cinéaste avec son sujet. Sa caméra, toujours compatissante, ne porte ainsi jamais de jugement sur ces femmes, sur leurs actes ou sur leur passé. On aime surtout la performance assez délirante et haute en couleurs de Valeria Bruni-Tedeschi en femme fatale franchement bancale, qui trouve là un de ses meilleurs rôles depuis longtemps. Finalement, notre seul regret, c’est que le film use (et abuse) un peu d’effets lacrymaux (parfois jusqu'à la caricature) qui sabotent un peu la belle émotion que nous promettait ce film au demeurant sincère et attachant.

 

Folles_de_joie_Virzi

 

**

 

Le DVD : Le film est proposé en version originale italienne (5.1) et française (5.1). Des sous-titres français sont également proposés. Aucun bonus ne vient compléter cette édition.

 

Edité par BAC Films, « Folles de joie » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 2 novembre 2016.

 

Le site Internet de BAC Films est ici. Sa page Facebook est ici.

 

A découvrir sur cinétrafic:

- http://www.cinetrafic.fr/film-vod

- http://www.cinetrafic.fr/dernier-bon-film

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!