Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 Jan

Kids in love

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Comédies romantiques, #comedies dramatiques

Un grand merci à M6 Vidéo pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Kids in love » de Chris Foggin.

 

Kids_in_love« Je crois que les études et la fac c’est pas pour moi »

 

Refusant de suivre le chemin tout tracé par ses parents, Jack voit ses repères chamboulés lorsqu’il rencontre la belle Evelyn.

 

À ses côtés, il va s’immerger dans l’univers des soirées sélectives de la scène londonienne, suivant ses nouveaux amis, dont la pétillante Viola.

 

Dans ce quotidien tourbillonnant, de fêtes en festivals, à l’aube de l’âge adulte, Jack va devoir déterminer qui il est, et, surtout, qui il veut devenir.

 

« Ne laisse pas les filles t’empêcher de vivre ta passion »

 

Kids_in_love_PoulterFraichement diplômé en cinéma, le britannique Chris Foggin a appris le métier de réalisateur en gravissant un à un les échelons : d’abord assistant réalisateur pour des téléfilms, il est rapidement embauché sur des productions cinématographiques plus prestigieuses, telles que « My week with Marilyn » (Curtis, 2011), « Jane Eyre » (Fukunaga, 2011) ou encore le multi primé « La dame de fer » (Lloyd, 2011). Parallèlement à ces expériences, il réalise ses premiers courts-métrages et notamment « Friend request pending » (2012) avec l’immense Judy Dench qui lui vaut d’être remarqué et récompensé au Festival de Londres. Un succès qui lui ouvre la voie vers des projets de plus grande envergure. Ainsi, il obtient en 2015 de pouvoir réaliser son premier long-métrage, « Kids in love ». Présenté dans de nombreux festivals à travers le Royaume-Uni, le film sort néanmoins en direct-to-DVD tant en Angleterre qu’en France.

 

« Si quelqu’un mérite d’être heureuse plus que n’importe qui sur cette planète c’est bien toi »

 

Jodorowsky« Kids in love » est une plongée dans le monde de l’adolescence. Le portrait sensible de cette entre-deux incertain où l’on n’est plus vraiment un enfant et pas encore tout à fait un adulte. C’est ainsi l’âge des premiers grands questionnements existentiels et des premiers choix, notamment quant au sens à donner à sa vie. Jack, le héros du film, se retrouve ainsi à la croisée des chemins. Il vient de terminer le lycée et s’apprête à entrer à l’université. Il est passionné par la photographie mais ses parents ont de tout autres projets pour lui : des de solides études de droit qui lui permettront d’intégrer le prestigieux cabinet d’avocat tenu par un ami de la famille. Mais c’était sans compter sa rencontre avec un groupe de jeunes de son âge au style de vie plus volontiers arty et bohême. Et surtout plus insouciant. En apparence du moins. Chris Foggin nous rappelle à cette occasion combien l’adolescence est l’âge des découvertes et de l’apprentissage. Apprentissage des libertés d’abord, avec ses nuits blanches de fêtes sans avoir de compte à rendre. Apprentissage de l’amour surtout, des premiers émois jusqu’aux premiers chagrins. Apprentissage de soi enfin, la rébellion étant alors un préalable à l’autodétermination. Avec beaucoup d’envie, Chris Foggin signe là une jolie fable douce-amère, plutôt dynamique et bien rythmée par une jolie bande-musicale. Toutefois, malgré son joli casting (Will Poulter, Alma Jodorowsky, Cara Delevingne), ses partis pris scénaristiques parfois un peu radicaux - notamment sa description de cette communauté de jeunes oisifs « bohêmes » et de ses dérives (activités illégales, proxénétisme) - empêche souvent de s’identifier et de s’attacher comme on le voudrait aux personnages, et notamment à l’héroïne (dénuée apparemment de tout sens de la réalité) interprétée par Alma Jodorowsky. Finalement, c’est probablement sur la partie relative à l’affirmation de soi, lorsqu’il encourage chacun à croire en ses rêves et à se donner les moyens de les réaliser, que le cinéaste apparait le plus juste et le plus pertinent. En cela, même s’il est imparfait et parfois un peu agaçant, ce « Kids in love » demeure, avant tout, touchant.

 

Love

 

**

 

Le DVD : Le film est présenté en version originale anglaise ainsi qu’en version française (toutes deux en 5.1 et 2.0). Des sous-titres français sont également proposés. Côté bonus, le film est accompagné de bandes-annonces.

 

Edité par M6 Vidéo, « Kids in love » est disponible en DVD depuis le 18 janvier 2017.

 

Le site Internet de M6 Vidéo est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!