Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 Aug

Les Schtroumpfs et le village perdu

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films d'animation-Dessins animés

Un grand merci à Sony Pictures ainsi qu’à l’Agence Cartel pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Les Schtroumpfs et le Village perdu » de Kelly Asbury.

 

Schtroumpfs_village_perdu

« Franchement, elle ne vous en schtroumpf pas plein les yeux ? »

 

La Schtroumpfette, le Schtroumpf costaud, le Schtroumpf à lunettes et le Schtroumpf maladroit ont filé en douce pour suivre une carte vers un mystérieux village.

Mais le chemin qui y mène regorge d’embuches, de créatures magiques et de souterrains labyrinthiques. Il leur faudra par ailleurs redoubler de prudence puisque Gargamel n’est pas loin et compte bien les arrêter.

 

« N’oublie jamais que c’est moi qui t’aie donné la vie !  Tu devrais m’appeler Papa »

 

Schtroumpfette

Nés du crayon du dessinateur belge Peyo au détour d’un album des aventures de « Johan et Pirlouis » à la fin des années 50, les Schtroumpfs s’émancipent très rapidement et de personnages secondaires ils deviennent rapidement les héros de leur propre saga. Connaissant un succès populaire fulgurant, les aventures des petits lutins bleus sont ainsi adaptées dès les années 60 en dessins-animés pour la télévision avant que la licence ne soit achetée par les studios américains Hanna-Barbera, permettant ainsi aux « Schtroumpfs » de conquérir l’Amérique. Quelque peu oubliés durant deux décennies, c’est au cinéma que « Les Schtroumpfs » allaient faire le grand retour au début des années 2010. Pour leurs grands débuts sur grand écran, « Les Schtroumpfs » (2011) signent un véritable carton au box-office, donnant lieu à une suite – « Les Schtroumpfs 2 » (2013) – qui s’avèrera tout aussi rentable. De quoi permettre la mise en chantier d’un troisième opus. Pour l’occasion, Raja Gosnell, réalisateur des deux premiers opus, est remplacé par Kelly Asbury, grand fan des petits êtres bleus et spécialiste du film d’animation ayant déjà réalisé entre autre « Spirit l’étalon des plaines » (2002), « Shrek 2 » (2004) ou encore « Gnoméo et Juliette » (2017).

 

« Je ne vous le dis pas assez, Schtroumpfette, mais vous êtes notre rayon de soleil »

 

Schtroumpfs_village_perdu_Gargamel

En dépit de leur succès commercial, les deux premiers volets des aventures cinématographiques des « Schtroumpfs » ne nous avaient ni emballé ni convaincu. Et pour cause, en imaginant l’incursion des lutins bleus dans l’univers des hommes - via l’usage du live action - Raja Gosnell avait grandement dénaturé l’esprit et l’univers de la bande-dessinée originale de Peyo, au profit d’une américanisation pour le moins déconcertante. A l’image de cette improbable - et gênante - représentation de Gargamel incarnée avec moult excès par Hank Azaria. En bon fan revendiqué de l’œuvre de Peyo, Kelly Asbury décide d’opérer un virage à 360 degrés et de revenir aux fondamentaux de la bande-dessinée en signant un film d’animation en bonne et due forme. Exit donc les humains, New-York, Paris et le live action. Retour donc dans la forêt du Pays maudit où nos amis les Schtroumpfs feront la rencontre surprise d’une tribu de Schtroumpfs filles, donnant lieu à un voyage bourré d’aventures. Ainsi, loin de leur village, la Schtroumpfette et ses camarades découvriront une contrée sauvage peuplée de créatures incroyables. Kelly Asbury portant un soin considérable à créer un univers visuellement enchanteur et coloré, rappelant ici ou là celui de « Avatar ». Surtout, son récit se révèle parfaitement équilibré : les aventures sont menées tambour battant (la course poursuite à dos de lapins fluorescents, l’attaque du village par Gargamel) mais sans jamais se départir d’un humour simple et malicieux (la recette potache de la potion de Gargamel, la coccinelle qui fait fonction d’appareil photo et d’imprimante). Le tout débouchant sur une jolie quête identitaire (sur les origines de la Schtroumpfette) avec en prime un joli message de tolérance. Tout juste regrettera-t-on la quasi absence de certains des Schtroumpfs les plus emblématiques (Grognon, Farceur, Gourmand... ). Mais contre toute attente (et aprioris), « Les Schtroumpfs et le village perdu » se révèle être un film très plaisant, très moderne et surtout très attachant. Et d’une formidable beauté visuelle. Une schtroumpfement bonne surprise !

 

Schtroumpfs_village_perdu_Bluray

 

***

 

Le blu-ray : Le film est présenté en version originale américaine (5.1) ainsi qu’en versions française, flamande et néerlandaise (toutes 5.1). Des sous-titres français, anglais, arabes et néerlandais sont également proposés.

 

Côté bonus, le film est accompagné d’une kyrielle de bonus : « Demi Lovato rencontre la Schtroumpfette », « Danse du village perdu », « Schtroumpfez vos ongles », « De grands enfants sur le tournage du film », Clip musical « I’m a lady » de Meghan Trainor, Commentaire audio du cinéaste, « La mini-cuisine du Schtroumpf pâtissier », « Comment dessiner les Schtroumpf », « Le son des Schtroumpf », « Les auditions perdues » et quatre scènes additionnelles.

 

Edité par Sony Pictures, « Les Schtroumpfs et le village perdu » est disponible en DVD, blu-ray et ultra HD 4k depuis le 14 août 2017.

 

Le site Internet de Sony Pictures est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!