Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
02 Sep

Fast and furious 8

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films d'action

Un grand merci à Universal Pictures ainsi qu’à l’Agence Cartel pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Fast and furious 8 » de F. Gary Gray.

 

Fast_and_furious_8

« Une parole donnée, tu dois la respecter »

 

Maintenant que Dom et Letty sont en lune de miel, que Brian et Mia se sont rangés et que le reste de l’équipe a été disculpé, la bande de globetrotteurs retrouve un semblant de vie normale. Mais quand une mystérieuse femme entraîne Dom dans le monde de la criminalité, ce dernier ne pourra éviter de trahir ses proches qui vont faire face à des épreuves qu’ils n’avaient jamais rencontrées jusqu’alors.

 

« J’avais déjà vu ce regard : cette fois Dominic Toretto a choisi de rouler seul »

 

Fast_and_furious_Charlize_Theron

« Fast and furious » ou la saga devenue inarrêtable. Seize ans après le premier épisode, force est de constater que la franchise roule toujours pied au plancher. Pour preuve, voici déjà venu le huitième épisode, alors que les neuf et dixième opus sont d’ores et déjà programmés. Un huitième épisode qui faillit d’ailleurs ne jamais voir le jour, en raison de la disparition soudaine et brutale de Paul Walker, l’un des acteurs clés de la saga, qui bouleversa l’équipe et obligea les scénaristes à revoir leurs plans. De fait, ce nouvel opus est donc placé - d’une certaine manière - sous le signe du renouveau et de l’ouverture. La réalisation du film est ainsi confiée à F. Gary Gray, réalisateur venu du clip qui s’est illustré au cours des années 2000 aux commandes de grosses productions comme « Le négociateur », « Un homme à part » ou « Braquage à l’italienne ». Il devient ainsi le cinquième réalisateur à signer un épisode de la saga après Rob Cohen, John Singleton, Justin Lin et James Wan. Côté casting, la saga peut également s’enorgueillir d’accueillir de nouvelles stars, telles que Charlize Theron, Helen Mirren ou le jeune Scott Eastwood. A noter que le film marque les retrouvailles du réalisateur avec Vin Diesel qu’il avait dirigé sur « Un homme à part ».

 

« A ta place, j’embrasserai mon fils parce qu’à cet instant, toi, tes agents de sécurité et ton avion, vous ne vivez encore que grâce à lui »

 

Fast_and_furious_8_Vin_Diesel

La dernière fois qu’on avait croisé la route de Dominic Toretto, celui-ci faisait ses adieux à Brian le temps d’une scène incroyablement émouvante qui clôturait l’épisode 7. Une page de la saga venait ainsi de se tourner. L’annonce de ce huitième épisode soulevait donc une seule question, à savoir qu’est-ce que les scénaristes pourraient bien inventer pour renouveler la saga et réussir encore à nous surprendre. Un véritable défi en soi tant le septième opus était riche en émotions et en cascades spectaculaires, avec en point d’orgue une chute motorisée à travers les gratte-ciels de Dubaï. A l’évidence, force est de constater que ce huitième opus tient carrément toutes ses promesses. Et ce, dès la scène d’ouverture qui nous propose une course d’anthologie dans les rues de La Havane (nouvellement accessible aux américains) au volant de vieilles voitures vintages retapées. La suite ne fera qu’aller crescendo en nous proposons toujours plus de cascades spectaculaires, d’une course-poursuite à travers Manhattan avec une horde de voitures téléguidées pleuvant des immeubles de parkings jusqu’à une bataille motorisée sur les glaces de Sibérie. Climax absolu du film (et de la saga ?), Dom et sa bande devront même faire face à sous-marin nucléaire. Rien que ça !  Face à ce show ininterrompu, on en oublierait presque l’intrigue, improbable et décousue, qui ne sert finalement que d’habillage à l’ensemble. Mais l’ensemble est traitée avec tellement de décontraction et de second degré (la rivalité entre Dwayne Johnson et Jason Statham, le sauvetage de la progéniture de Dom dans l’avion de Cypher...) que l’ensemble passe impeccablement. S’il assume pleinement son côté superficiel, ce « Fast and furious 8 » n’en est pas moins un divertissement populaire terriblement plaisant et efficace. Un vrai bon moment de cinéma pop-corn.

 

FF8

 

***

 

Le blu-ray : Le film est proposé en version originale américaine (7.2.4 et 7.1.4) ainsi qu’en versions française et espagnole (toutes deux 5.1). Des sous-titres français, anglais, néerlandais, espagnols, portugais, suédois, danois, norvégiens, finlandais, islandais, grecs et arabes sont également proposés.

 

Côté bonus, cette très riche édition est agrémentée des modules suivants : « L’esprit cubain », Dans la famille : « Les traîtres de la famille : Cipher et Dom », « Sans chef : les enfants perdus », « Les valeurs de la famille Shaw », « La famille personne » ; Culture automobile : « Les voitures héros de Fast and Furious », « Voitures zombies », « Le ripsaw » ; Tout sur les cascades : « La course sur le Malecon », « Journal des cascades en Islande », « Les rues de New-York » ; Version longue des scènes de combat : « combat dans la prison », « Combat dans l’avion » ; Commentaire du film par le réalisateur F.Gary Gray.

 

Edité par Universal Pictures, « Fast and furious 8 » est disponible en DVD, blu-ray ainsi qu’en 4k ultra HD blu-ray.

 

Le site Internet de Universal Pictures est ici. Sa page Facebook est ici.

 

FF8_bluray

 

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!