Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 Oct

HHhH

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Drames, #Films de guerre, #Films Politiques-Historiques

Un grand merci à TF1 Vidéo pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « HHhH » de Cédric Jimenez.

 

HHhH

« Vous devez être très fière. Il ira très loin. Le Führer l’appelle « l’Homme au cœur de fer » »

 

L’ascension fulgurante de Reinhard Heydrich, bras droit d’Himmler et chef de la Gestapo, l’un des hommes les plus dangereux du régime. Lorsque Hitler le nomme à Prague pour diriger la Bohême-Moravie et élaborer un plan d’extermination définitif, deux jeunes soldats de la résistance, Jan Kubis et Jozef Gabcik se dressent face à lui. Leur mission : éliminer Heydrich.

 

« N’épargnez ni votre sang ni celui des autres, car le destin de la nation est dans la balance »

 

HHhH_Clarke

« HHhH » comme l’anagramme « Himmlers Hirn heißt Heydrich ». Soit littéralement « le cerveau de Himmler s'appelle Heydrich ». Un doux surnom donné en interne à la SS à Reinhard Heydrich, qui fut le plus fidèle et le plus zélé des adjoints de Himmler. Un homme dont on retiendra l’implication dans la mise en place de la solution finale dont il fut l’un des principaux planificateurs. Et qui restera célèbre pour avoir été le plus haut dignitaire nazi à avoir été abattu par la résistance d’un pays occupé. Un exploit à mettre au crédit des résistants tchécoslovaques qui ont finit par avoir sa peau en 1942 à Prague, alors qu’il occupe la fonction de Vice-protecteur de Bohême-Moravie. Adaptant le best-seller de Laurent Binet, Goncourt du premier roman en 2010, Cédric Jimenez (« La french ») signe là un film construit en miroir, dont la première partie est centrée sur l’ascension de Heydrich tandis que la seconde partie se concentre sur l’organisation de l’attentat par les partisans tchèques.

 

« Le monde est un orgue de barbarie dont Dieu tourne la manivelle »

 

HHhH_Pike

En cela, la première partie du film dresse le passionnant et âpre portrait d’un homme que rien ne semblait prédestiner à devenir un rouage aussi important de l’abominable machine nazie. Plutôt couard et médiocre, ce petit arriviste bourgeois vit comme un échec d’être déchu et rejeté de l’armée pour son caractère coureur et imprévisible. C’est finalement sa future femme, nazie de la première heure, qui l’introduire auprès des têtes pensantes du parti encore balbutiant, où sa violence bestiale, sa cruauté et son absence de remord lui permettront d’être très vite remarqué et de devenir rapidement un serviteur parmi les plus zélés du régime. La seconde partie quant à elle demeure plus romancée. On y suit les préparatifs et l’organisation de l’attentat depuis le choix et l’entrainement des soldats en Écosse jusqu’à leur intégration au sein d’un réseau de résistants pragois. Si cette seconde partie se révèle intense - de part l’urgence de la situation et la traque sans répits menée par les nazis contre les résistants locaux - elle demeure cependant un peu (trop) polluée par les embardées romanesques un peu inutiles du scénario (notamment les romandes de ces deux jeunes héros avec des jeunes résistances tchèques). Mais l’essentiel est là, tant dans l’hommage rendu à l’héroïsme et au sacrifice de ces hommes (terrible assaut contre l’église dans laquelle ils se sont retranchés et se sont battus jusqu’au bout sans se rendre) que dans les terribles représailles menées par les allemands (le massacre du village de Lidice notamment). Mené de main de maitre, le film alterne des effets de style plutôt malins (la scène d’ouverture où le héros joue innocemment avec ses enfants avant d’enfiler son brassard floqué d’une croix gammée) et des scènes chocs (le massacre organisé d’un shtetl). Dans le rôle titre, Jason Clarke se révèle très convaincant (et très flippant), tandis que le reste du prestigieux casting (Rosamund Pike, Jack Reynor, Mia Wasikowka...) s’avère au diapason. On s’étonnera de voir, pour l’anecdote, Céline Salette et Gilles Lellouche, transfuges de « La french », jouer des résistants tchèques. Nonobstant quelques longueurs dans la seconde partie, ce « HHhH » demeure un film très prenant et éminemment puissant.

 

HHhH_film

 

****

 

Le DVD : Le film est présenté en version originale anglaise (5.1 et 2.0) ainsi qu’en version française (5.1 et 2.0) et en audiodescription. Des sous-titres français et français pour malentendants sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné d’un Entretien autour du film : un éclairage historique sur les événements (46 min.).

 

Edité par TF1 Vidéo, « HHhH » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 10 octobre 2017.

 

Le site Internet de TF1 Vidéo est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!