Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 Nov

La mélodie du bonheur

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films musicaux

Un grand merci à Rimini Editions pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « La mélodie du bonheur » de Stuart Heisler.

 

La_mélodie_du_bonheur

« Ce soir nous allons feuilleter quelques chansons du répertoire d’Irving Berlin, chansons qui comme des notes de bas de page reflètent une époque de la vie américaine »

 

Le danseur Jed Potter raconte ses souvenirs à la radio… Plusieurs années auparavant, Jed avait pour partenaire Mary O’Hara. Il l’invite à boire un verre dans un night-club et lui présente son ami Johnny Adams, propriétaire des lieux et chanteur de cabaret dont la jeune femme tombe immédiatement amoureuse. On suit le trio sur plusieurs années.

 

« Une jolie fille est comme une mélodie qui vous hante nuit et jour »

 

blue_skies_Astaire

Quatre ans après le succès de « L’amour chante et danse », la Paramount tente de rééditer son succès avec « La mélodie du bonheur » (sans lien de parenté avec le chef d’œuvre homonyme réalisé vingt ans plus tard par Robert Wise), également construit autour des chansons de l’immense Irving Berlin, compositeur de nombreuses comédies musicales à succès (« Le danseur du dessus », « En suivant la flotte », « La folle parade »...). Mais le réalisateur Mark Sandrich, spécialiste des comédies musicales qui devait réaliser le film, meurt brutalement au tout début du tournage. Il est alors remplacé au pied levé par Stuart Heisler, réalisateur plus habitué au film noir (« La clé de verre ») et au western (« Le grand Bill ») qu’au musical. A cette occasion, le danseur Paul Draper, qui devait tenir l’un des deux rôles masculins principaux et dont les relations avec sa jeune partenaire Joan Caulfield sont très houleuses, est lui aussi remercié. Sur les conseils de Bing Crosby, il sera remplacé par Fred Astaire, avec qui il partageait déjà l’affiche de « L’amour chante et danse ». Alors un peu las du rythme hollywoodien,  Astaire annonce qu’il s’agira de son dernier film. Il rempliera néanmoins deux ans plus tard et tournera encore une vingtaine de films durant les trois décennies suivantes.

 

« Ce sera un mariage très intime. Je ne suis même pas sûr que la mariée sera là »

 

blue_skies_Caulfield

« La mélodie du bonheur » s’ouvre comme une fiction radiophonique dont l’immense Fred Astaire serait le narrateur. Replongeant dans ses souvenirs, son personnage nous raconte l’histoire de son amour impossible pour une belle danseuse qui lui préfèrera son meilleur ami, chanteur de cabaret. Une romance à trois, contrariée mais classique, contée en un long flashback ponctué d’une vingtaine de numéros de danse et autres tours de chant, qui reprennent pour l’essentiel des classiques de Berlin ayant déjà servi dans d’autres comédies musicales (« Blue skies », « Puttin’on the Ritz », « White Christmas »...). L’ensemble, plutôt léger et sympathique, demeure pour autant assez inégal. Ainsi, la première partie, plutôt enthousiasmante, doit beaucoup à la légèreté des numéros chantés de Bing Cosby (notamment « I’ve got my captain working for me now ») ainsi qu’à la grâce dégagées par les chorégraphies de Fred Astaire. Avec en point d’orgue, un savoureux numéro réunissant les deux vedettes masculines. La seconde partie, volontiers plus classique et un brin larmoyante, est, à l’image de son scénario, moins accrocheuse. A l’image de l’interminable sketch de Billy De Wolfe. Seuls les numéros de la charmante Olga San Juan, bien plus pétillante que la falote vedette Joan Caulfield, parviendront à apporter un peu de fraicheur et de fantaisie à cette seconde partie plus convenue. Reste le charme et l’élégance surranée des numéros de danse en costumes, magnifiés par les teintes chaudes et raffinés du Technicolor.

 

blue_skies_Bing_Crosby

 

**

 

Le DVD : Le film est présenté en version originale américaine (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, cette très belle édition comprend un second DVD consacré aux suppléments comprenant « Let’s Dance » (52’) : Documentaire sur la comédie musicale, avec les témoignages du chorégraphe Hermes Pan (La mélodie du bonheur, My fair lady, La belle de Moscou…) et de la comédienne et danseuse Cyd Charisse (Chantons sous la pluie, Tous en scène, La belle de Moscou…), ainsi que « Irving Berlin » (48’) : émission de radio de TSF Jazz consacrée au célèbre compositeur Irving Berling, qui composa, entre autres, les chansons de « La mélodie du bonheur ».

 

Edité par Rimini Editions, « La mélodie du bonheur » est disponible en édition collector 2 DVD depuis le 21 novembre 2017.

 

La page Facebook de Rimini Editions est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!