Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
09 Oct

Le toboggan de la mort

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films Catastrophes, #Films noirs-Policiers-Thrillers

Un grand merci à Elephant Films pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Le toboggan de la mort » de James Goldstone.

 

Rollercoaster

« Comme le temps passe vite quand on s’amuse... »

 

Lorsqu’un accident mortel se produit sur des montagnes russes dans un parc d’attractions à Norfolk, Henry Calder, responsable de la sécurité, est chargé de l’enquête. Peu après, Calder apprend que le parc de Pittsburgh a été ravagé par un incendie. Il se rend alors à Chicago, où les directeurs des principaux parcs d’attractions tiennent une réunion d’urgence : l’un d’eux a reçu une cassette, sur laquelle un terroriste exige de recevoir 1 million de dollars, sans quoi d’autres parcs seront visés…

 

« Vous vous trompez sur mes motivations. Je n’agis pas par plaisir »

 

Rollercoaster_Segal

Né au début des années 30, James Goldstone fait ses premiers pas de réalisateur à la télévision alors qu’il n’a même pas vingt-cinq ans. Pendant près d’une décennie, il se fait la main sur de nombreuses séries télévisées de premier plan (« Le fugitif », « Rawhide », « Perry Mason »). Surtout, l’Histoire retiendra qu’il aura le privilège de réaliser les épisodes pilotes de deux séries devenues cultes : « Au-delà du réel » (1963) puis « Star Trek » (1966). Fort de sa notoriété grandissante, il finit par céder aux sirènes d’Hollywood. Sans jamais vraiment délaisser la télévision, il mènera ainsi une courte carrière au cinéma, réalisant tout juste dix films entre 1968 et 1980. Dans le lot, beaucoup de petits films de série B, pour la plupart restés inédits chez nous. Et quelques grosses productions grand public, comme la romance sur fond de sports mécaniques « Virages » (1970) avec Paul Newman et Joan Woodward, « They only kill their masters » (1972) avec James Garner ou encore « Brother John » (1971) avec Sidney Poitier. Et deux films catastrophe, « Le toboggan de la mort » (1977) et « Le jour de la fin du monde » (1980) avec Newman et William Holden, qui marquent la fin de sa carrière sur grand écran.

 

« Vous auriez tort de me sous-estimer »

 

Le_toboggan_de_la_mort

En cette fin des années 70, le film catastrophe - qui fut brièvement en vogue au cours de la décennie (« La tour infernale », « Airport », « L’aventure du Poséidon ») amorce son déclin. Pourtant, avec « Le toboggan de la mort », James Goldstone nous propose une énième variation du genre, prenant pour décor l’univers des parcs d’attraction dont les américains sont si friands. Mais comme dans « Un tueur dans la foule » sorti quelques temps plus tôt, la catastrophe sera ici de nature humaine - un détraqué menaçant la sécurité des visiteurs s’il n’obtenait pas une importante rançon - teintant ainsi le film catastrophe d’une touche de polar et de thriller. A l’évidence, la force du film repose sur son originalité et sur sa façon d’inverser le sens des valeurs communes pour mieux jouer avec nos peurs. Ainsi, un lieu de loisirs et d’amusement, initialement prévu pour la détente et pour que les gens prennent du bon temps, peut soudain se transformer en lieu d’angoisse et de mort. Le film réserve ainsi quelques cascades impressionnantes pour l’époque d’accidents de manège par déraillement ou de grand huit filmé en caméra embarquée subjective. Mais dans l’ensemble, le film se révèle un peu trop long, étirant inutilement et à l’excès certaines scènes (comme celle ou le héros se fait balader dans un parc d’attraction pour semer la surveillance de la police). Il en ressort malheureusement quelques baisses de régime qui nuisent un peu à la tension dramatique du film. Dommage, car dans l’ensemble celui-ci demeurait plutôt original et malin, s’appuyant qui plus est sur un casting de haut vol avec George Segal, Richard Widmark ou encore Henry Fonda dans une petite apparition. A noter également la présence de la toute jeune Helen Hunt. « Le toboggan de la mort » témoigne également d’une période encore quasi insouciante, où la réalité n’avait pas encore rattrapé la fiction. Après les récents attentats contre la société de loisirs, pas sûr que de tels films pourraient encore innocemment voir le jour...

 

Rollercoaster_bluray

 

**

 

Le blu-ray : Le film est présenté en version restaurée, en version originale américaine (3.1 et 2.0) ainsi qu’en version française (3.1 et 2.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné de « Quand Harry rencontre Colombo… » : documentaire de Julien Comelli, journaliste en culture pop (23 min.), de bandes-annonces et d’une galerie photos.

 

Edité par Elephant Films, « Le toboggan de la mort » est disponible en DVD ainsi qu’en édition collector combo blu-ray + DVD depuis le 5 septembre 2017.

 

Le site Internet de Elephant Films est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!