Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 Aug

Mine

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Drames, #Films de guerre

Un grand merci à Universal Pictures pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Mine » de Fabio Guaglione et Fabio Resinaro. 

 

Mine

« Qu’est-ce que vous faites de la devise : on abandonne personne ? »

 

Afin d’échapper à l’ennemi après l’échec d’une mission d’assassinat, le sergent et sniper d’élite Mike Stevens doit traverser un champ de mines en plein désert Saharien. Lorsque son équipier explose sous ses yeux et qu’il entend le déclencheur se mettre en marche sous son pied, il comprend qu’il est piégé. Seul, épuisé et exposé à tous les dangers du désert, il va devoir passer 52 heures, sans bouger, avant que l’armée puisse le secourir. Réussira-t-il à survive assez longtemps ?

 

« Tu dois être un homme libre et continuer à avancer »

 

Mine_Hammer

Depuis quelques années se développent sur nos écrans des films aux concepts bien précis : un personnage se retrouve seul pris au piège dans une situation pour le moins incongrue et aura toute la durée pour sauver sa peau. Ou pas. On pense notamment aux skieurs coincés sur un téléphérique de « Frozen », aux prisonniers de « Cube » ou encore à l’otage enterré vivant de « Buried ». Les italiens Guaglione et Resinaro inscrivent ainsi leur premier film, « Mine », dans cette même lignée. Soit un sniper en fuite perdu en plein désert et en territoire hostile, loin de toute civilisation, qui se retrouve coincé le pied posé sur une mine à double détente. Sa vie ne tenant plus qu’à un fil. Un faux mouvement et c’est le drame. Et la tâche sera rendue ardue par une succession d'évènements (tempêtes, soif, chaleur, attaque de loups...). Manque de pot pour les réalisateurs, le français Yannick Saillet avait déjà eu la même idée deux ans plus tôt, donnant lieu au film « Piégé » avec Pascal Elbé. Sensiblement la même histoire mais en territoire afghan. Surtout, cette resucée italo-américaine s’étire beaucoup trop en longueur, le personnage principal traversant cette expérience comme une aventure intérieure tantôt philosophique tantôt cathartique, au gré de sa fatigue et de ses divagations. Mais à l’image de la très longue partie consacrée au souvenir de son père, homme alcoolique et violent, ces hallucinations n’apportent presque rien au récit. Comme s’il fallait absolument meubler coûte que coûte. Reste la performance de Armie Hammer, qui s’en sort honorablement alors qu’il est seul à l’écran pendant plus d’une heure. Et le beau sourire de la jolie Annabelle Wallis dans un rôle assez anecdotique.

 

Mine_film

 

*

 

Le DVD : Le film est présenté en version originale américaine (5.1) ainsi qu’en versions française et allemande (5.1). Des sous-titres français, anglais, néerlandais, allemands, danois, suédois, norvégiens, finlandais, hindis et mandarins sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné du module « Le rôle de Armie Hammer » et de Scènes coupées (L’evg de Mike, Félicitations mec, Trouver la bonne position, Inventaire, Application mobile, L’anneau, la cérémonie).

 

Edité par Universal Pictures, « Mine » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 8 août 2017.

 

Le site Internet de Universal Pictures est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!