Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
02 Jan

Chère Brigitte

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Comédies

Un grand merci à ESC Editions pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Chère Brigitte » de Henry Koster.

 

Chere_Brigitte

« Je veux savoir si mon fils est génial : je préfère élever un bon matheux qu’un artiste raté »

 

Un professeur de littérature très conservateur et qui rêve de voir ses enfants se réaliser en tant qu’artistes, se rend compte que son fils est un génie en mathématiques, et que celui-ci admire, plus que tout Brigitte Bardot...

 

« Ce qu’il y a de biens avec les psychologues c’est qu’ils savent ce qu’on veut dire alors qu’on ne sait même pas de quoi on parle ! »

 

Chere_Brigitte_Koster

Icône du cinéma américain durant près d’un demi-siècle, James Stewart fut durant longtemps l’incarnation d’un idéal de droiture morale, à l’image de ses rôles de citoyen idéaliste et incorruptible dans les films de Frank Capra (« Mr. Smith au Sénat », « La vie est belle »). Mais à la fin des années 50, à la cinquantaine passée, sa carrière amorce tranquillement son déclin. S’il continuera de garder une certaine aura dans le western, la cinquantaine lui donne un air rassurant qu’il mettra à profit dans quelques comédies familiales – toutes réalisées par le tâcheron Henry Koster – dans lesquelles il campe les pères de famille un peu largué. A l’image de « Monsieur Hobbs prend des vacances » (1962) et « Ah si papa savait ça ! » (1963). Les deux hommes se retrouvent ainsi une dernière fois pour « Chère Brigitte » (1965), adaptation du roman « Erasmus with Freckles » de John Haase. L’histoire d’un professeur de poésie idéaliste, qui déplore la prédominance accordée aux sciences dures au détriment des lettres et des arts, et qui consacre son énergie à encourager les talents artistiques de ses enfants. Manque de bol, son petit dernier se révèle daltonien et sans oreille musicale. Et pour cause, c’est un petit génie des mathématiques et du calcul mental. Un postulat qui donne lieu à une comédie franchement inoffensive - mélange d’humour burlesque (la voiture qui pétarade après que le héros ait parlé de danger nucléaire, la cendre de la pipe sur le chien, le gamin qui joue faux…) et de comique de situation (l’essayage de la robe) - et gentiment immorale (le gamin met ses talents à profit au turf). L’ensemble, léger et coloré, fait souvent sourire et dessine en creux un portrait idéalisé et insouciant de la société américaine des années 60, avec un léger relent de conservatisme (on se moque gentiment du voisin hippie et de sa femme dénudée ou de la mode des psychologues). Avec en prime une improbable rencontre avec notre Brigitte Bardot nationale, alors au fait de sa beauté. Reste que l’ensemble souffre un peu des affres du temps et peine à se démarquer de toutes les comédies familiales de cette époque pour véritablement retenir l’attention.

 

Dear_Brigitte_James_Stewart

 

**

 

Le DVD : Le film est présenté dans un nouveau Master haute-définition, en version originale américaine (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné de « Le phénomène BB » par le photographe Stéphane Mulys ainsi qu’un entretien avec Antoine Sire qui revient notamment sur la carrière américaine de Brigitte Bardot.

 

Edité par ESC Editions, « Chère Brigitte » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 28 novembre 2017.

 

Le site Internet de ESC Editions est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!