Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
07 Jan

Que Dios nos perdone

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films noirs-Policiers-Thrillers

Un grand merci à Le Pacte ainsi qu’à l’Agence Darkstar pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Que Dios nos perdone » de Rodrigo Sorogoyen.

 

Que_dios_nos_perdone

« Avec la visite du Pape on peut pas se permettre ça »

 

Madrid, été 2011. La ville, plongée en pleine crise économique, est confrontée à l’émergence du mouvement des « indignés » et à la visite imminente du Pape Benoît XVI. C’est dans ce contexte hyper-tendu que l'improbable binôme que forment Alfaro et Velarde se retrouve en charge de l'enquête sur un serial-killer d’un genre bien particulier. Les deux inspecteurs, sous pression, sont de surcroît contraints d’agir dans la plus grande discrétion… Une course contre la montre s’engage alors, qui progressivement les révèle à eux-mêmes ; sont-ils si différents du criminel qu'ils poursuivent ?

 

« Tu sais comment je sais que tu as passé une bonne nuit ? Parce que le matin, la première chose que tu fais, c’est de me sourire »

 

Que_dios_nos_perdone_Roberto_Alamo

Durant très longtemps, le cinéma espagnol fut réduit - à l’international du moins - à ses seules têtes d’affiche : Carlos Saura, Pedro Almodovar ou encore Bigas Luna. Il fallut attendre la fin des années 90 et l’émergence d’une jeune génération de cinéastes (Alejandro Amenabar, Alex De La Iglesia...) pour voir le cinéma espagnol renaitre de ses cendres. Une vitalité artistique marquée au cours des années 2000 par la proéminence du cinéma fantastico-horrifique (« Les autres », « Rec », « L’orphelinat », « Le labyrinthe de Pan »), puis par le polar au cours de la décennie suivante. Après les récents succès de « La isla minima » ou encore « La colère d’un homme patient », place à « Que Dios nos perdone », polar âpre signé du jeune cinéaste venu de la télévision, Rodrigo Sorogoyen, qui fit sensation lors du dernier Festival International du Film policier de Beaune où il obtint le Prix Sang Neuf.

 

« Imagine que tu tiennes le tueur, tu ferais quoi ? »

 

Que_dios_nos_perdone_Antonio_de_la_Torre

Avec « Que Dios nos perdone », Rodrigo Sorogyen imagine un Madrid caniculaire en proie à un tueur en série sadique alors même que la ville prépare en grandes pompes la venue du Pape pour les JMJ dans un climat de tensions sociales. Un tueur d’autant plus terrifiant et insaisissable que son obsession morbide porte exclusivement sur les vieilles dames seules qu’il viole et qu’il tue aussi sauvagement que méthodiquement. Ne voulant pas paniquer la population, la police lance secrètement deux policiers à ses trousses. A l’évidence, Sorogoyen signe là son « Zodiac » à la sauce espagnole. Un polar âpre, poisseux et noir comme la nuit. Comme le tréfonds de l’âme de ses personnages atypiques (un flic brutal et un flic bègue à la limite de l’autisme) dont il sonde en permanence la part de bestialité, les hommes étant ici tous présentés à un moment ou à un autre sur la brèche (terrible scène où le flic muet manque de violer la femme de ménage dont il est secrètement amoureux). Surtout il joue avec nos peurs indicibles et communes en nous présenter un tueur au visage d’ange. Un jeune homme totalement ordinaire qui pourrait être notre cousin ou notre voisin de pallier. Comme un moyen de nous rappeler que le mal au fond existe en chacun de nous, de façon insoupçonnée. En creux, le cinéaste esquisse également un portrait au vitriol de l’Espagne actuelle, tiraillée entre le poids de la tradition catholique écrasante et peu propice à l’épanouissement personnel, et la modernité du mode de vie occidental. Nerveux, sauvage et angoissant, le film se révèle ainsi ultra prenant. Exception faite d’un final quelque peu décevant et totalement hors sujet.

 

Que_dios_nos_perdone_Sorogoyen

 

***

 

Le DVD : Le film est proposé en version originale espagnole (5.1), en version française (5.1), ainsi qu’en audiodescription. Des sous-titres français et français pour malentendants sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné d’une courte interview du réalisateur Rodrigo Sorogoyen (5 min.) ainsi que de bandes-annonces.

 

Edité par Le Pacte, « Que Dios nos perdone » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 20 décembre 2017.

 

Le site Internet de Le Pacte est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!