Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
04 Mar

Emily Dickinson - A quiet passion

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Biopics

Un grand merci à Blaq Out ainsi qu’à Cinetrafic pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Emily Dickinson - A quiet passion » de Terence Davies.

 

A_Quiet_Passion_Emily_Dickinson

« Je veux éviter l’enfer autant que possible mais je l’endurerai si on m’y jette »

 

Nouvelle-Angleterre, XIXème siècle. Dans son pensionnat de jeunes filles de bonne famille, la jeune Emily Dickinson ne cesse de se rebeller contre les discours évangéliques qui y sont professés. Son père se voit contraint de la ramener au domicile familial, pour le plus grand bonheur de sa sœur Vinnie et de son frère Austin. Passionnée de poésie, Emily écrit nuit et jour dans l’espoir d’être publiée. Les années passent, Emily poursuit sa recherche de la quintessence poétique. La rencontre avec une jeune mondaine indépendante et réfractaire aux conventions sociales ravive sa rébellion. Dès lors, elle n’hésite plus à s’opposer à quiconque voudrait lui dicter sa conduite. Personnage mystérieux devenu mythique, Emily Dickinson est considérée comme l’un des plus grands poètes américains.

 

« Nous ne sommes que des humains. Ne nous condamne pas pour cela »

 

A_quiet_passion_Keith_Carradine

Cinéaste intransigeant et (par conséquent) rare, l’anglais Terence Davies aura bâti une filmographie parcimonieuse d’à peine huit films en quatre décennies. Une œuvre exigeante et plutôt cohérente, marquée par les adaptations littéraires (« The deep blue sea » d’après Terence Rattigan, « Chez les heureux du monde » d’après Edith Wharton, « Sunset song » d’après Lewis Grassic Gibbon...), symbole de la passion du cinéaste, également auteur à ses heures, pour les livres et de son amour pour les belles lettres. Une passion qu’il poursuit avec « A quiet passion », biopic consacrée à l’écrivaine Emily Dickinson (1830-1886), figure majeure de la poésie moderne américaine qui n’obtiendra une reconnaissance artistique qu’à titre posthume. Avec son film, Davies tient avant tout à rendre hommage à une femme en avance sur son temps, revendiquant la pratique de la poésie à une époque marquée par une grande rigidité des mœurs au sein de la bonne société WASP et où la discipline était strictement réservée aux hommes.

 

« Mon âme est à moi et à moi seule »

 

A_quiet_passion_Jennifer_Ehle

Mais ce biopic est aussi l’occasion de dresser le portrait d’une femme complexe, marquée à la fois par un esprit résolument libre et moderne - tant vis-à-vis des croyances religieuses que des conventions sociales - et une intransigeance absolue (le mariage de son amie qui scelle la fin de leur amitié) qui la conduira petit à petit vers l’isolement et la misanthropie. Soucieux du détail et de la fidélité de son propos, Davies signe là un film quasi à huis-clos (presque toutes les scènes sont filmées dans la maison des Dickinson) où le fond semble un peu prévaloir sur la forme. Il en résulte un film plutôt austère et souvent bavard, fait de joutes verbales philosophiques qui recyclent les préoccupations fondamentales de l’écrivaine et de récit en voix off de ses poèmes, que viennent égayer quelques rares effets visuels (la séance de morphing indiquant le vieillissement des personnages). La qualité des interprètes (Cynthia Nixon, Jennifer Ehle, Keith Carradine) ne parvenant jamais à dynamiser l’ensemble. Une aridité formelle un peu regrettable, surtout quand on la compare, par exemple, à la merveille de fragilité et de sensualité qui se dégageait de la mise en scène du « Bright star » de Jane Austen, consacré au poète John Keats.

 

A_quiet_passion_Cynthia_Nixon

 

**

 

Le DVD : Le film est présenté en version originale anglaise (5.1) ainsi qu’en version française (5.1). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné de « My Letter to the World », documentaire de Sol Papadopulos : une plongée dans la vie et l’œuvre de la plus grande poétesse américaine Emily Dickinson (2017, VOSTFR- 77 min.). L’édition Digibook contient également un livret de 96 pages comprenant « Emily Dickinson par Terence Davies », « Emily Dickinson, figure de la modernité » de Sophie Mayer ainsi que quarante poèmes d’Emily Dickinson en version bilingue (français et anglais).

 

Edité par Blaq Out, « Emily Dickinson a quiet passion » est disponible en DVD (édition collector digibook) depuis le 17 octobre 2017.

 

Le site Internet de Blaq Out est ici. Sa page Facebook est ici.

 

- http://www.cinetrafic.fr/ meilleur-film-2017
- http://www.cinetrafic.fr/ meilleur-film-comique-2017

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!