Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
09 Mar

The Maggie

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Comédies, #comedies dramatiques

Un grand merci à Tamasa Distribution pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « The maggie » de Alexender MacKendrick dans le cadre de la sortie du coffret qui lui est consacré.

 

The_Maggie

« Vous pouvez pavaner avec vos uniformes, vos galons et votre semaine de cinq jours. Vous n’êtes que des employés ! Vous n’êtes pas libres comme je le suis ! Il faut avoir la dignité d’être son propre chef ! »

 

Mac Taggart, capitaine du vieux rafiot Maggie, n’a pas les moyens de faire réparer son bateau qui tient la mer par miracle. À la suite d’un malentendu et alors que les autorités viennent de lui retirer sa licence, Pusey, le bras droit d’un riche entrepreneur Américain, Marshall, lui confie le transport d’un précieux chargement à livrer quelque part sur la côte écossaise…

 

« Diable ! Trois mois sans école et c’est déjà devenu une canaille »

 

The_maggie_MacKendrick

Né de parents écossais ayant émigrés en Amérique, le jeune Alexander MacKendrick doit cependant partir rejoindre sa famille en Écosse âpres le décès prématuré de ses parents. Dès lors, il sera toujours un peu écartelé, tiraillé entre deux pays et deux continents. Pourtant c'est en Angleterre que démarre sa carrière où après avoir réalisé quelques spots publicitaires dans les années 30, il est embauché pendant la guerre comme documentariste et réalisateur de films de propagande par le Ministère de l'information. Mais c'est surtout après guerre qu'il s'illustrera grâce à ses comédies populaires (« Whisky à gogo ! », « L’homme au complet blanc », « Tueur de dames ») interprétées par son acteur fétiche Alec Guinness. Mais en marge de ces succès et avant de partir en Amérique où son intransigeance lui vaudra de nombreuses réprimandes et autres déconvenues de la part des studios, il réalisera trois films plus volontiers personnels :   « Mandy crash of silence » (1952) , « The Maggie » (1954) et  « Sammy going south » (1963). Trois films rares (voire inédits) que Tamasa a eu la bonne idée de réunir dans un même coffret.

 

« Le Capitaine est l’homme qu’il vous faut : le mois dernier, il s’est saoulé trois fois dans la même journée ! »

 

The_maggie_Paul_Douglas

La « Maggie » du titre, c'est le nom d'un bateau a vapeur. Ou plutôt d'une épave que les autorités maritimes locales veulent maintenir a quai a cause de sa vétusté. Mais le Capitaine Taggart, vieux loup de mer alcoolique et mal luné, ne l'entend pas de cette oreille. Et profite d'un passage a la banque où il espérait obtenir le crédit nécessaire a la remise a flot de son bateau pour décrocher au bluff un contrat de transport de cargaison impossible a réaliser dans les délais réglementaires avec un tel rafiot. Un quiproquo qui sert donc de base à une comédie en apparence légère dans laquelle s'opposent un riche affairiste américain et le vieux capitaine écossais. Soit la querelle classique des anciens et des modernes symbolisée par la confrontation entre l'arrogance du nouveau monde et la sagesse de l'ancien. Mais en dépit de quelques moments très amusants (le bateau échoué contre le métro, la scène du braconnage), l'odyssée de la Maggie va peu à peu se transformer en fable initiatique et humaniste. L'affairiste américain allant petit à petit découvrir, au contact du mode de vie simple des locaux et de leurs traditions (formidable scène de l'anniversaire du vieillard et de la discussion avec la jeune fille), le sens de la relativité et amorcer un retour aux valeurs essentielles. Jusqu'à une réjouissante scène finale de libération par le rejet du matérialisme et du consumérisme. A l'évidence, MacKendrick signe là un film intimiste, qui, d’une certaine manière, s’emploie à réconcilier les deux parties de son identité. Plus largement, on trouve dans « The Maggie » les éléments (et notamment le rôle ambigu de l'enfant, aussi capable de violence que l'adulte) qui serviront de base au cinéaste une décennie plus tard pour réaliser le très bon « Cyclone a la Jamaïque », la dimension tragique en moins. Une belle (re)découverte.

 

The_maggie_1

 

***

 

Le DVD : Le film est présenté en version originale anglaise (1.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le coffret contient un DVD bonus comprenant le module « Le regard de Charlotte Garson » (70 min.) ainsi qu’un livret illustré de 12 pages.

 

Edité par Tamasa Distribution, « The Maggie » est disponible en DVD au sein du coffret consacré à Alexander MacKendrick qui comprend également les films « Sammy going south » et « Mandy crash of silence ».

 

Coffret_MacKendrick_Tamasa

 

Le site Internet de Tamasa Distribution est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!