Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 Apr

La révolte des Cipayes

Publié par Platinoch  - Catégories :  #film d'aventures

Un grand merci à ESC Editions pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « La révolte des Cipayes » de Laslo Benedek.

 

Bengal_Tiger

« J’ai désobéi car je ne pouvais me résoudre à voir mes hommes se faire massacrer. Si c’était à refaire, je le ferai »

 

1856, dans le Nord des Indes sous occupation britannique. Pour avoir refusé d’obéir à un ordre qui enverrait ses hommes à une mort certaine, le capitaine Jeffrey Claybourne comparait devant une cour martiale. Révoqué, il passe désormais pour quelqu’un qui attend de prendre sa une revanche contre la Couronne, surtout aux yeux de Rajah Karam, un fanatique religieux. À Claybourne, l’influent Karam offre un poste de général dans une armée prête à se soulever, totalement dans l’ignorance que celui-ci n’est pas un traître…

 

« Une armée qui remplit son destin finit toujours par se détruire »

 

Révolte_Cipayes_Rock_Hudson

Le cinéma américain des années 50 fut résolument placé sous le signe de l’aventure et de l’exotisme. Ainsi, outre les traditionnels films de cape et d’épée qui connurent un éphémère engouement durant cette décennie (« Ivanhoé », « Le prisonnier de Zenda », « Le serment du chevalier noir »...), se multiplient également sur les écrans des films d’aventures exotiques prenant pour décor des pays d’Afrique ou d’Asie encore sous domination coloniale (« Aux frontières des Indes », « La mousson », « L’oiseau de paradis »...). De quoi offrir un peu d’évasion et de divertissement à des spectateurs encore meurtris par la Seconde guerre mondiale et qui vivent alors les premières heures de la Guerre froide. Tout juste auréolé des succès de « Mort d’un commis voyageur » (1951) et de « L’équipée sauvage » (1953), Laslo Benedek, célèbre scénariste et monteur hongrois des studios berlinois ayant fuit le nazisme et devenu sur le tard réalisateur à Hollywood, se frotte à son tour à ce genre difficile en adaptant à l’écran le roman « Bengal Tiger » de Hall Hunter.

 

« Vous parlez comme un grand patriote mais votre amour de l’Inde ressemble à l’amour d’un assassin pour ses victimes »

 

Révolte_Cipayes_Benedek

L'empire des Indes aura durablement fasciné les cinéastes : ses palais fastueux, ses rites colorés et sa faune sauvage offrant de fait de formidables décors cinématographiques. Le film de Benedek y suit ainsi un groupe d'officiers britanniques aux commandes d'une troupe de soldats indigènes à l'heure de la célèbre révolte des Cipayes (1857), qui restera comme la première guerre d'indépendance des indiens contre la Compagnie des Indes orientales et contre l'occupant anglais après un siècle de domination. Menée par un Radjah machiavélique, la population locale se soulève tandis que les soldats indiens se mutinent. Une situation particulièrement cruelle et complexe pour le héros, l'intrépide Capitaine Claybourne, tiraillé entre sa loyauté envers son pays et le respect qu'il éprouve pour les autochtones et leur culture. Sur la base d'un scenario simple et assez classique (la même intrigue aurait peu ou prou pu donner lieu à un western ou à un film noir), Benedek signe un film d'aventures très inégal dans lequel quelques belles scènes de batailles (en ouverture puis plus tard dans les marais) ne sauraient masquer pleinement l'absence de rythme et le manque flagrant de moyens (à l’image de la très longue et inutile scène de chasse au tigre). Il porte surtout à cette occasion un regard qui parait aujourd'hui assez ambigu sur le colonialisme (le héros loue l'amitié envers ses soldats indiens tout en participant à la répression de l'insurrection). Le film se laisse néanmoins regarder, par nostalgie pour la beauté visuelle des décors en Technicolor et pour le charme du tout jeune rock Hudson, qui a alors fraichement gagné ses galons de jeune premier athlétique avant de devenir quelques temps plus tard le héros romantique des films de douglas Sirk. Un film mineur mais pas déplaisant. 

 

Révolte_Cipayes_Arlene_Dahl

 

**

 

Le DVD : Le film est présenté dans un nouveau Master Haute-définition, en version originale américaine (2.0) ainsi qu’en version française (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné de « Inde : la première guerre d’indépendance » par l’auteur et philosophe Catherine Clément.

 

Edité par ESC Editions, « La révolte des Cipayes » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 17 avril 2018.

 

Le site Internet de ESC Editions est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!