Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 Sep

Love addict

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Comédies, #Comédies romantiques

Un grand merci à Metropolitan FilmExport pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Love addict » de Frank Bellocq.

 

Love_addict

« Je suis une espèce d’amoureux permanent »

 

Gabriel est un love addict, un amoureux compulsif des femmes. Un sourire, un regard, un parfum… Il craque. Mais à force de dérapages de plus en plus acrobatiques entre sa vie sociale et sa vie professionnelle, Gabriel est totalement grillé. Bien décidé à changer (ou du moins à essayer), il recourt aux services d’une agence de  « Minder », sorte de coach personnel 2.0. C’est Marie-Zoé, aux méthodes plutôt atypiques, qui va prendre en main le cas de Gabriel pour une thérapie de choc…

 

« Tu connais la règle : quand il y a fessier, ça fait chier ! »

 

Love_addict_Marc_Lavoine

Pour certains c'est l'alcool. Pour d'autres c'est la cigarette. D'autres encore préfèrent des substances prohibées ou alors se shootent au sport. Gabriel, jeune génie de la publicité en apparence bien sous tous rapports, souffre pour sa part d'une addiction aux femmes. Peu importe leur taille, leur âge ou leur physique, il ne peut pas leur résister. Il les lui faut toutes. Même celles qui lui sont « interdites », comme la femme ou la fille de son patron. Il est ce qui s’appelle médicalement un satyriasis ou un hypersexuel. Ou de façon plus policée, un « Love addict ». Pour ne pas dire un serial baiseur. Un sujet devenu risqué (surtout en période de campagne #MeToo) et qui, ces derniers temps, avait plutôt donné lieu à des drames (« Shame », « Bonhomme »). Ancien compagnon de route de la bande à Groland (où il fut notamment le journaliste Franky Ki) puis créateur-scénariste-réalisateur de la série « Soda », Frank Bellocq fait le pari pour son premier film d’aborder ce sujet sur le mode de la comédie en faisant de son héros une victime innocente d’une sorte de malédiction (sic) qui le prive de toute stabilité sentimentale mais aussi de toute stabilité professionnelle.

 

« Je te dis que je dois passer une semaine avec un homme qui ne peut pas résister aux femmes et ça ne te pose aucun problème ? »

 

Love_addict_Melanie_Bernier

Si le scénario - cousu de fil blanc et prévisible à souhaite (devinez la fin !) -  ne réinvente pas le genre (on se souvient notamment de « Hitch expert en séduction », « Irrésistible Alfie » ou encore « L’abominable vérité » dont il reprend le gag du gadget vibrant pour lutter contre toute les tentations), force est néanmoins de constater qu’il donne lieu à une petite bluette légère et fort sympathique, dont le seul véritable défaut demeure sans doute son aspect un peu trop lisse et trop sage (allant jusqu’à cacher par le biais d’un effet d’élocution comique le mot « baiser »). Un parti pris de sobriété (et de pudibonderie ?) discutable compte tenu du sujet qui aurait pu se permettre de flirter un peu plus avec un humour grivois et un tantinet plus ambigu. Il n’en reste pas moins que cette petite comédie romantique sans prétention fonctionne plutôt bien, grâce à un Kev Adams pour une fois tout en retenue (même si avouons-le, il n’a pas vraiment le physique ni l’étoffe d’un tombeur) ainsi qu’à la fraicheur de ses seconds rôles (la toujours charmante Mélanie Bernier qui offre au film ses meilleures scènes, Marc Lavoine, Claude Perron, Sveva Alviti et même Michael Madsen qui cabotine à mort). Sympathique.

 

Loce_addict_Kev_Adams

 

**

 

Le blu-ray : le film est présenté en version originale française (5.1) ainsi qu’en audiodescription. Des sous-titres français pour malentendants et anglais sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné d’un making of ainsi que d’un bêtisier.

 

Edité par Metropolitan FilmExport, « Love addict » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 26 septembre 2018.

 

Le site Internet de Metropolitan FilmExport est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!