Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 Sep

Scorpio

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films noirs-Policiers-Thrillers

Un grand merci à ESC Editions pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Scorpio » de Michael Winner.

 

Scorpio

« Ce n’est pas la mort du dictateur qui compte mais l’identité de celui qui l’a tué »

 

Agent secret compromis dans un trafic de drogue, Paul Laurier n’a pas le choix : à la demande d’un haut cadre de la CIA, il doit retrouver Cross, l’homme qui l’a formé, et l’éliminer.

Mais Cross n’est pas une proie facile, d’autant qu’il bénéficie de l’aide d’un ami du KGB. La traque prend une tournure plus tragique encore après que sa femme est tuée par ses anciens frères d’armes. Désormais, pour lui, seule compte la vengeance…

 

« Plus un homme te confie de choses et plus tu deviens dangereux à ses yeux. Et plus dangereux tu deviens, plus minimes sont tes chances de survie »

 

Scorpio_Paul_Scolfield

De la même génération que ses collègues et compatriotes John Boorman, Ken Loach ou Ridley Scott, Michael Winner se fait connaitre dans son Angleterre natale dès les années 60 grâce à ses comédies sur fond de « Swinging London ». De quoi lui ouvrir dès la fin de la décennie les portes de Hollywood où il débute avec l'excellent western « Les collines de la terreur ». S'il travaille coup sur coup avec des géants hollywoodiens comme Burt Lancaster (« L’homme de la loi ») ou Marlon Brando (« Le corrupteur »), c'est cependant sa longue et fructueuse collaboration avec Charles Bronson (six films) et notamment la saga du « Justicier dans la ville » qui restera dans les mémoires.

 

« Nous jouons un jeu où il n’y a ni Bien ni Mal. Ce qui est importe est de ne pas perdre »

 

Scorpio_Burt_Lancaster

Pour autant, juste avant le début de cette saga, il tourne « Scorpio », un thriller d'espionnage sur fond de Guerre froide centré autour d'un mystérieux agent de la CIA suspecté d'être un agent double roulant pour l'ennemi russe. Un film qui reprend peu ou prou la trame de son film « Le flingueur » sorti l'année d'avant et dans lequel on retrouvait déjà ces deux personnages archétypaux de tueurs liés par un rapport de maitre à élève appelé à se transformer rapidement en concurrence puis en rivalité. Le tout sur fond de complots et de manipulations. Le scénario, bien que très classique, offre quelques belles scènes de filature mais aussi d'action (notamment celle, assez longue, opposant le héros à des tueurs sur un chantier viennois) restées dans les mémoires. Mais plus encore, le film développe des personnages, y compris secondaires, qui décrivent bien l’ambigüité de la société occidentale d’après-guerre (antisémitisme toujours présent avec le personnage du musicien juif rescapé des camps, exécutants autrichiens aux méthodes expéditives) et sa vision de la démocratie (assassinat d’un dictateur en ouverture sur le tarmac d’Orly). Surtout, il développe des thématiques (forme de paranoïa et de méfiance envers les institutions qui abritent des ennemis de l’État et de l'intérêt général) qui seront au cœur des films américains des années suivantes. Avec en sus - chose rare pour l’époque - une réflexion quelque peu amère et désenchantée des vieux héros sur les idéaux bafoués de leur pays (et de leur système) respectif. Comme si l’heure n’était déjà plus tout à fait au capitalisme triomphant. Le film vaut aussi pour son beau casting, qui marque les retrouvailles du duo du « Guépard », Burt Lancaster et Alain Delon, bien accompagnés ici de l’oscarisé Paul Scolfield. 

 

Scorpio_Alain_Delon

 

***

 

Le blu-ray : Le film est présenté dans un nouveau Master Haute-Définition, en version originale américaine (1.0) ainsi qu’en version française (1.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné d’une analyse signée Olivier Père (23 min.) et du module « La fin des idéologies », par Jean-Claude Missiaen, qui fut attaché de presse du film (20 min.).

 

Edité par ESC Editions, « Scorpio » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 21 août 2018.

 

Le site Internet de ESC Editions est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!