Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 Oct

Barquero

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Westerns

Un grand merci à Sidonis Calysta pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Barquero » de Gordon Douglas.

 

barquero

« On n’a plus rien à faire ici. Garde ton dernier souffle pour plus tard »

 

Après un fructueux pillage, Jake Remy et sa bande font route vers le Mexique. Le fleuve leur barre la route de la liberté et le pilote du bac, refusant de les prendre à bord, franchit le fleuve avec une partie de la population locale.

Un face à face entre les deux parties s’instaure, chacun ayant des leurs du mauvais côté du fleuve…

 

« Ce qui unissait nos hommes, c’était la soif de violence et de butin. Maintenant qu’ils ont eu leur dose de violence, partageons le butin et restons-en là »

 

BArquero_Warren_Oates

Après une première et brève carrière d'acteur au tout début des années 30 (notamment chez Hal Roach), Gordon Douglas entame dès les années suivantes une carrière de réalisateur en profitant de l'avènement du cinéma parlant. Très vite il deviendra un prolifique tâcheron, réalisant au cours des décennies 30 et 40 plusieurs dizaines de films (de séries b à z) qu'il tourne à un rythme effréné (pouvant en réaliser jusqu’à sept dans les bonnes années !). Sa carrière prend cependant un nouvel élan à partir des années 50 durant lesquelles ses nombreux westerns (« L’homme du Nevada », « Fort invincible », « La maitresse de fer »), films d’aventures (« Mara Maru ») et autres films noirs (« Feu sur le gang », « Le tueur au visage d’ange ») l'imposent comme un honnête faiseur. Mais il faut attendre la décennie suivante pour qu’il accède à une certaine reconnaissance et pour le voir aux commandes de grosses productions de premier plan telles que « F comme Flint » avec James Coburn ou une série de films avec Frank Sinatra (« Les sept voleurs de Chicago », « Le détective », « Tony Rome est dangereux », « La femme en ciment »).

 

« Je n’étudie que les choses importantes pour moi. C’est ce qui me maintient en vie »

 

Barquero_Lee_Van_Cleef

Antépénultième film de sa longue carrière, « Barquero » lui donne l'occasion de revenir au western, son genre de prédilection, qu'il avait un peu délaissé durant les années 60 (« Rio Conchos », « La diligence vers l’ouest »). Mais le genre, alors sur le déclin, connait de profondes mutations formelle et morales. Loin de ses précédentes œuvres, « Barquero » s’ouvre ainsi sur une incroyable séquence de pillage et de massacre d’une petite ville de l’ouest qui dure près d’un quart d’heure. Un effroyable déluge de plomb, de feu et de sang qui donne d’entrée le ton de ce film un peu hors normes. Toute la suite du film sera basée sur la fuite vers le Mexique de cet escadron de la mort, bloqué par le fleuve et par le propriétaire du bac bien décidé à ne pas les laisser passer. S’en suivra alors un duel à distance particulièrement viril entre le chef du gang et le batelier, chacun jouant sa survie et celle des siens. La galerie de personnages développée est génialement déjantée (mention spéciale au trappeur tueur). A l’évidence, l’heure n’est plus aux justicier droits dans leurs bottes ni aux redresseurs de tort mais au cynisme et à l’individualisme forcené. Les hommes n’agissant que pour satisfaire leurs plus bas instincts, comme lorsque le « héros » n’accepte d’aller sauver le mari de sa voisine qu’à condition qu’elle se donne à lui. Le réalisateur signe là un film un peu hybride, sorte de trait d’union entre la violence du western américain seventies façon Sam Peckinpah et la grandiloquence teintée de second degré du western spaghetti. Le choix des acteurs Warren Oates (second rôle habitué des films de Peckinpah) et Lee Van Cleef (icône du western italien) allant en ce sens. Quoi qu’il en soit, il en résulte un film d’aventures drôlement testostéroné rondement bien mené et terriblement plaisant !

 

Barquero_Gordon_Douglas

 

****

 

Le DVD : Le film est présenté dans un Master Haute-Définition, en version originale américaine (2.0) ainsi qu’en version française (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné de deux présentations respectivement signées Bertrand Tavernier et Patrick Brion.

 

Edité par Sidonis Calysta, « Barquero » est disponible en combo blu-ray + DVD depuis le 18 juillet 2018.

 

Le site Internet de Sidonis Calysta est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!