Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 Nov

Les grandes familles

Publié par Platinoch  - Catégories :  #comedies dramatiques

Un grand merci à Coin de Mire pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Les grandes familles » de Denys de la Patellière.

 

Les_grandes_familles

« En matière de religion, je suis croyant mais pas bigot ! »

 

Noël Schoudler, héritier d’un empire s’appuyant sur trois bases, le sucre, la banque et la presse, règne tel un souverain absolu sur ses affaires et sa famille, s’arrangeant pour évincer tous ceux qui lui résistent. Or, son fils François qui sera amené à lui succéder est bien décidé à moderniser cet empire dans les grandes largeurs. Les deux hommes entrent alors en opposition...

 

« Je ne suis pas contre des excuses. Je suis même prêt à en recevoir. »

 

Les_grandes_familles_Jean_Gabin

Issu d’une grande famille de l’aristocratie nantaise, Denys de la Patellière se destinait à une carrière militaire, pour suivre la tradition familiale. Mais après avoir combattu dans les rangs de l’armée de libération, c’est finalement sa passion pour le cinéma qui l’emporte. Il se formera ainsi pendant quelques années en devenant l’assistant du cinéaste Maurice Labro avant de réaliser son premier film en 1955 avec « Les aristocrates ». Le point de départ d’une carrière de près de vingt ans (qu’il prolongera ensuite en réalisant pour la télévision), résolument tournée vers le cinéma populaire et marquée par des films comme « Rue des prairies » (1959), « Un taxi pour Tobrouk » (1960), « Du rififi à Paname » (1965) ou la comédie « Le tatoué » (1968) pour laquelle il parvint à réunir à l’écran Gabin et De Funès. Mais l’une de ses plus grandes réussites publiques et critiques fut sans doute « Les grandes familles », adaptation du roman phare de Maurice Druon qui lui valut le Prix Goncourt, réalisé en 1958.

 

« Nous avons de l'argent tous les deux. Toi, tu représentes le patronat, moi le capitalisme. Nous votons à droite. Toi, c'est pour préserver la famille, moi, c'est pour écraser l'ouvrier. Dix couples chez toi, c'est une réception… Chez moi, c'est une partouze ! Et le lendemain, si nous avons des boutons, toi, c'est le homard, moi, c'est la vérole ! »

 

Les_grandes_familles_Bernard_Blier

Sixième film du réalisateur, « Les grandes familles » vient clore un cycle de films (« Les aristocrates », « Le salaire du péché », « Retour de manivelle ») consacré à la question de l’héritage et de la filiation. Au travers des rivalités internes à la famille Schoudler, le film est une chronique cynique et mordante de la grande bourgeoisie de la France de l’après-guerre et de ces grandes familles industrielles (possédant également la presse) qui contrôlent alors l’économie française au point d’être présentes partout (économie, politique, armée, clergé). Mais c’est bien connu, l’argent ne fait pas le bonheur. Et ce n’est d’ailleurs pas cela qui motive les protagonistes qui, bien que largement privilégiés, ne semblent pas jouir d’un train de vie extravagant. D’une façon bien plus bassement cynique, les hommes de la famille - ou plutôt le patriarche et son fils héritier d’un côté et son cousin mondain de l’autre - se livrent une guerre farouche pour le pouvoir. Au-delà même de la dénonciation du cynisme et de la morgue d'une certaine caste, il s’agit là d’un portrait assez visionnaire du capitalisme sauvage dont la finalité absolue est de voir les plus puissants asseoir leur autorité en mangeant et en détruisant les plus petits. Admirablement écrite et bénéficiant de dialogues particulièrement savoureux signés Michel Audiard, cette saga familiale jouit d’un formidable casting (Bernard Blier, Jean Desailly) dominé par les compositions magistrales de Jean Gabin et de Pierre Brasseur. Un must absolu !

 

Les_grandes_familles_Pierre_Brasseur

 

****

 

Le blu_ray : Le film est présenté en version restaurée en Haute-Définition, en version originale française (2.0). Des sous-titres français pour malentendants sont également disponibles.

 

Côté bonus, la collection « La séance » propose un formidable concept : celui de reproduire les conditions d’une véritable séance d’époque. Ainsi, en mode « séance complète », le film sera précédé des authentiques actualités Pathé de la semaine de sortie du film ainsi que de publicités et de bandes-annonces d’époque, le tout en HD. En mode « film seul », « Les grandes familles » se lancera directement.

 

Edité par Coin de Mire, « Les grandes familles » est disponible depuis le 22 octobre 2018 dans une très luxueuse édition digibook limitée à 3000 exemplaires numérotés, comprenant le blu-ray + le DVD du film ainsi qu’un livret reproduisant des documents d’époque (24 pages), 10 reproductions de photos d’exploitation (14,5 x 11,5 cm) et la reproduction de l’affiche d’époque (29 x 23 cm). Un superbe objet qui ravira à l’évidence tous les cinéphiles !

 

Les_grandes_familles_Coin_de_Mire

 

 

Le site Internet de Coin de Mire est ici.  

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!