Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
05 Nov

Mollenard

Publié par Platinoch  - Catégories :  #comedies dramatiques

Un grand merci à Gaumont pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Mollenard » de Robert Siodmak.

 

Mollenard

« Votre père aurait pu finir général. Mais il est loin d’ici c’est déjà ça ! »

 

Mollenard, capitaine de cargo au long cours, est une espèce de forban, adoré de ses hommes et haï de sa femme et de ses enfants qui le méprisent. Le conformisme bourgeois de cette dernière l’a poussé, depuis toujours, à fuir son foyer pour vivre une vie d'aventure sur les mers. Mais dans le contexte troublé de la fin des années 30, il conduit en Chine une expédition pour le moins suspecte...

 

« Peu importe ce que cela me coutera, la seule chose qui compte c’est ma liberté et celle de mes hommes ! »

 

Mollenard_Gabrielle_Dorziat

Avant de se faire un nom dans le film noir américain des années 40 et 50 (« Les tueurs », « La proie », « Pour toi j’ai tué »), on en oublierait que Robert Siodmak avait déjà eu une première carrière en Europe. Formé à Berlin, il apprend ainsi le métier au contact de la jeune génération qui émerge de l'effervescente vie culturelle allemande. Il y collabore ainsi avec Curtis Bernhardt, Billy Wilder ou encore Fred Zinnemann, qui, comme lui, finiront par prendre le chemin de l'exil pour devenir des poids lourds du cinéma américain. Reste qu'avant de rejoindre Hollywood, Siodmak fit d'abord escale durant quelques années en France où il sera l'un des réalisateurs qui comptent de la deuxième moitié des années 30 (« La crise est finie », « La vie parisienne »). En 1938, alors que la menace de la guerre se rapproche, il signe un avant-dernier film en France, « Mollenard », adaptation du roman éponyme d'Oscar-Paul Gilbert - grand reporter belge qui fut dans les années 30 l'un des grands spécialistes francophones du récit d'aventures exotiques - allant jusqu'à s'endetter personnellement pour en acheter les droits et dont il signe l'adaptation aux cotés du grand scénariste Charles Spaak.

 

« On se dégoute plus vite du lit conjugal que du Pernod ! »

 

Mollenard_Dalio

Drame social complexe, « Mollenard » est centré sur le portrait d'un homme à deux faces. Tout d'abord, au large, il y a Mollenard, l'intrépide Capitaine au long court adoré de ses hommes, qui mène une exaltante vie d'aventures. On suit ainsi avec un plaisir non feint ses tribulations en orient, où du fait du contexte tourmenté (guerre sino-japonaise) notre homme et son équipage se livrent non sans danger à des activités de contrebande d'armes. Le tout sous couvert d'une respectable entreprise française et dans les décors interlopes et poisseux d'un orient fantasmé et peuplé de personnages peu recommandables (des trafiquants, des marins de passage et des intermédiaires louches...). Mais de retour à terre, Mollenard redevient prisonnier de sa condition de notable bourgeois, patriarche haït par sa femme et méprisé par ses enfants. Au travers du portrait de cet antihéros farouchement libre, Siodmak dresse en creux un portrait mordant de la société française troublée de la fin des années 30 (fin du Front populaire, imminence de la guerre), tiraillée entre la camaraderie sincère des classes populaires et la rigueur hypocrite de la bourgeoisie catholique de province. Un film riche et volontiers impertinent, qui vaut surtout pour l'interprétation géniale de Harry Baur et de Gabrielle Dorziat, ainsi que pour les plans émouvants de la ville de Dunkerque, qui sera rasée par les bombes à peine quelques mois plus tard.

 

Mollenard_Harry_Baur

 

***

 

Le DVD : Le film est présenté en version restaurée, en version originale française (2.0) et en audiodescription. Des sous-titres français pour malentendants et anglais sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné de « L’échappée vaine » (54 min.) : Documentaire inédit de Roland-Jean Charna avec les participations de Claude Gauteur, Ginette Vincendeau et Serge Chauvin.

 

Edité par Gaumont, « Mollenard » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 10 octobre 2018.

 

Le site Internet de Gaumont est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!