Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 Jan

BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan

Publié par Platinoch  - Catégories :  #comedies dramatiques, #Films Politiques-Historiques

Un grand merci à Universal Pictures pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan » de Spike Lee.

 

Blackkklansman

« Pour toi c’est une croisade mais pour moi ce n’est qu’un boulot »

 

Au début des années 70, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, Ron Stallworth devient le premier officier noir américain du Colorado Springs Police Department. Il se fixe une mission : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions. En se faisant passer pour un extrémiste, Stallworth contacte le groupuscule : il ne tarde pas à se voir inviter au sein de la garde rapprochée. Tandis que l’enquête progresse, Flip Zimmerman, collègue de Stallworth, se fait passer pour Ron lors des rendez-vous avec les membres du groupe et apprend qu’une opération meurtrière se prépare.

 

« On ne peut rien changer de l’intérieur. Le système est raciste. Les blancs ne renonceront jamais à leur pouvoir de domination »

 

Blackkklansman_John_David_Washington

Depuis ses débuts derrière la caméra, au début des années 80, Spike Lee aura su construire une filmographie particulièrement dense (pas moins de 25 longs métrages et une quinzaine de documentaires en 35 ans) et d’une rare homogénéité, ponctuée de quelques succès critiques (« Do the right thing ! », « Summer of Sam », « La vingt-cinquième heure ») et de films plus polémiques (« Jungle fever », « Malcolm X », « Miracle à Santa-Anna »). Une œuvre globalement marquée par la difficile question des rapports (souvent conflictuels) intercommunautaires en Amérique. De quoi conférer au cinéaste une stature à part dans le paysage cinématographique américain, faisant de lui une sorte figure contestataire et de porte parole de la communauté afro-américaine. Après trois années d’absence et plusieurs échecs au box-office, il revient par la grande porte avec « BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan », succès critique et public récompensé du Grand Prix du Festival de Cannes et de l’Oscar du Meilleur scénario adapté.

 

« Un bon nègre, c’est un peu comme un chien. On finit par s’y attacher et s’étonne quand il meurt d’être un peu triste »

 

Blackkklansman_Topher_Grace

Un policier noir et son collègue juif qui se portent volontaires pour infiltre le Ku Klux Klan, la célèbre organisation des suprématistes blancs, ça vous étonne ? Raconté de façon triviale, tout ça pourrait ressembler à une mauvaise blague. Et pourtant... Adapté du roman autobiographique de Ron Stallworth, « BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan » est une plongée dans l’Amérique profonde du début des années 70. La fin de la ségrégation raciale est encore toute fraiche (1967) et les mouvements pour les droits civiques ont peu à peu laissé place aux mouvements du Black Power. Un contexte social encore électrique donc, dans lequel Ron Stallworth se signale en devenant le premier policier noir de sa ville. Jusqu’à obtenir l’aval de sa hiérarchie pour espionner puis infiltrer le KKK. Partant de cet improbable postulat, Spike Lee filme son film comme une comédie décalée dont l’esprit grinçant rappelle l’humour un peu noir des Frères Coen. Mais très vite se dessine derrière la comédie un portrait sans fard de l’Amérique profonde avec son racisme ordinaire (les autres policiers qui le méprisent et le menacent) et ses rednecks arriérés toujours prompt à vouloir déclencher leur révolution suprématiste. Armés jusqu’aux dents, sans foi ni loi, avec eux les lynchages à l’ancienne ne semblent jamais très loin. Mais si le tandem de policiers se montre plus fort, comme toujours en Amérique, les minorités finissent toujours par perdre devant l’ordre établi. Toute la subtilité et la puissance du film de Spike Lee sera de nous montrer, dans les ultimes images du film (le drame de Charlottesville) que ni la société ni le système n’ont changé en Amérique. Un film hautement politique complètement dingue et ultra percutant.

 

Blackkklansman_Adam_Driver

 

****

 

Le blu-ray : Le film est présenté en version originale américaine (7.1 et 5.1) ainsi qu’en version française (5.1). Des sous-titres français, anglais, néerlandais et arabes sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné d’un petit module (5 min.) dans lequel chacun des acteurs et le vrai Ron Stallworth disent un petit mot sur le film.

 

Edité par Universal Pictures, « BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan » est édité en DVD, blu-ray et blu-ray 4K UHD depuis le 9 janvier 2019.

 

Le site Internet de Universal Pictures est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!