Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
01 Feb

A silent voice

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films d'animation-Dessins animés

Un grand merci à Kazé pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « A silent voice » de Naoko Yamada.

 

A_silent_voices

« Je ne peux en vouloir qu’à moi, je n’ai eu que ce que je méritais »

 

Nishimiya est une élève douce et attentionnée. Chaque jour, pourtant, elle est harcelée par Ishida, car elle est sourde.

Dénoncé pour son comportement, le garçon est à son tour mis à l'écart et rejeté par ses camarades.

Des années plus tard, il apprend la langue des signes... et part à la recherche de la jeune fille. 

 

« ça veut dire quoi « amis » ? »

 

A_silent_Voices_Naoko_Yamada

On a coutume de dire que l'enfance est le temps de l’innocence et de l'insouciance. Une période dédiée à la légèreté et au difficile apprentissage de la vie, des responsabilités, de la sociabilité et des règles du vivre ensemble. Mais c'est là aussi que se dessinent les contours et le caractère de l'adulte en devenir. Un futur fragile, surtout quand l’enfance est marquée par une série de méchantes bêtises qui laissent parfois des traces indélébiles. Loin de l’univers fantastique et violent auquel on associe trop facilement l’animation japonaise et le manga, Naoko Yamada signe avec « A silent voice » une chronique adolescente subtile qui pourrait s’inscrire dans une tendance réaliste et sensible de la japanimation récente, incarnée notamment par Makoto Shinkai (« Cinq centimètres par secondes », « Garden of words »), Kitaro Kosaka (« Okko et les fantômes ») ou encore le récent « Miraï ma petite sœur » de Mamoru Hosoda.

 

« Tu as raison, j’essaye de me racheter mais je ne suis qu’un minable »

 

A_silent_voices_1

Adaptation du manga éponyme (en sept tommes) de Yoshitoki Oima, « A silent voices » suite un groupe d’adolescents du début du collège jusqu’aux années lycée, tous liés par les sévices qu’Ishida faisait subir pour amuser la galerie à la douce Nishimiya, au prétexte de sa surdité. Avant que celui-ci ne se retrouve finalement ostracisé pour son comportement et comprenne au fil du temps le mal qu’il a pu faire à sa camarade et à ses proches. Dans la lignée de l'excellent « Jun, la voix du cœur » (de Tatsuyuki Nagai, également disponible chez Kazé), « A silent voices » est un film résolument délicat et juste qui aborde sans concessions des sujets difficiles comme le handicap, la tolérance, le harcèlement ou encore la violence en milieu scolaire et ses répercussions sur l’adulte en devenir. Le tout étant abordé sous le prisme de la prise de conscience et de la quête de rédemption, ce qui donne au film une dimension d’autant plus humaine. Et force est de constater que la réalisatrice manipule ces thématiques avec une grande habileté, livrant une œuvre d’une rare sensibilité et d’une grande maitrise malgré sa complexité, due notamment au nombre important de personnages secondaires (qui porte chacun le poids de ses petites lâchetés) que le film prend constamment le temps de développer. On saluera également les bonnes idées de mises en scène - à l’image de ces personnages qui se retrouvent masqués (ou non) par une croix en fonction des liens de sociabilisation qui se font (et se défont) avec le héros - ainsi que la beauté formelle du film (à l’image des scènes où les deux héros nourrissent les carpes). A l’évidence, Naoko Yamada signe là un film doux-amer profondément touchant et attachant. L’œuvre d’une future grande réalisatrice à suivre assurément.

 

A_silent_voices_The_movie

 

****

 

Le DVD : Le film est présenté en version originale japonaise (5.1) ainsi qu’en version française (5.1). Des sous-titres français sont également disponibles. Aucun bonus ne vient compléter cette édition.

 

Edité par Kazé, « A silent voices » est disponible en DVD ainsi qu’en édition collector blu-ray + DVD (incluant un livret de 64 pages) depuis le 23 janvier 2019.

 

Le site Internet de Kazé est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!