Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 Apr

All I desire

Publié par Platinoch  - Catégories :  #melodrames

Un grand merci à Elephant Films pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « All I desire » de Douglas Sirk.

 

All_I_desire

« Si elle ne revient pas cette fois, alors elle ne reviendra plus jamais... »

 

Naomi Murdoch, actrice dont la carrière n’a pas été parsemé de nombreux succès, revient après dix ans d’absence dans sa petite ville pour y voir sa fille dans une représentation théâtrale de l’école. La jeune fille, qui ignore tout des multiples échecs de sa mère, voudrait lui ressembler. À son arrivée, Naomi constate que rien n’a changé. Bientôt, toute la ville parle de son retour…

 

« On ne désire toujours que ce que l’on ne peut pas avoir »

 

All_I_Desire_Barbara_Stanwick

Homme de théâtre, Hans Detlef Sierck est l’un des metteurs en scène les plus en vue de l’effervescence scène allemande des années 20. Mais son insoumission lui vaut quelques démêlés avec les dirigeants du nouveau régime Nazi qui se met en place. En conséquence, il délaisse les planches et part se refaire une virginité au cinéma au sein des studios de la UFA où il réalise ses premiers films. Mais son épouse étant juive, il finit par prendre à son tour, comme nombre de ses collègues, le chemin de l’exil hollywoodien. En Amérique, il prend le nom de Douglas Sirk pour éviter d’être la cible des actes anti-allemands qui se multiplient à l’approche de la guerre. Pour autant, ses débuts hollywoodiens sont un peu difficiles, se retrouvant cantonné à diriger des films noirs et des drames de série B. Remarqué pour ses comédies musicales (« Le joyeux charlatan », « Qui donc a vu ma belle ? »), il signe en 1953 « All I desire », le premier d’une série de mélodrames flamboyants qui feront son succès et sa renommée au cours des dix années suivantes.

 

« On ne comprend la futilité du succès que lorsqu’on l’a atteint. Comme on ne comprend l’importance d’avoir un foyer que lorsqu’on l’a perdu »

 

All_I_desire_Lori_Nelson

Inspiré du roman « Stepover » de Carol Ryrie Brink, le film voit une actrice de théâtre sur le déclin revenir vers la famille qu’elle a abandonné sans donner signe de vie des années plus tôt pour vivre pleinement sa passion du théâtre et mener sa carrière. Avec un art de la concision et une rare économie de moyens, Sirk introduit admirablement les éléments de contexte (l’ancien amant de l’héroïne, la relation officieuse du mari délaissé avec la professeure de théâtre) et nous présente les enjeux (est-il possible de retrouver une place au sein d’une famille qu’on a quitté ?). Mais quels que soient les désirs profonds de l’héroïne et de son mari, le véritable obstacle à leurs retrouvailles viendra de la communauté villageoise et de sa propension à la rumeur, dans ce qu’elle a de plus assassine. En fin observateur (et critique) de la société américaine, Sirk brocarde ici la bonne société WASP, engoncée et enfermée dans une morale conservatrice rigide et étouffante, qui ne tolère par les écarts de conduite ni la transgression des conventions. Toujours prompte à épier, à juger et à médire, c’est bien cette société oppressante (la menace du patron du mari délaissé de le licencier si il reprend sa femme) qui refusera le retour de Naomi auprès des siens du fait de son attitude indépendante et insaisissable. Non content de réaliser là son premier grand mélo, le cinéaste signe surtout un formidable portrait de femme libre, magnifié par la magistrale interprétation de Barbara Stanwyck qui trouve assurément là l’un de ses plus beaux rôles.    

 

All_I_desire_Richard_Carlson

 

****

 

Le blu-ray : Le film est présenté dans un nouveau Master restauré en haute-définition, en version originale américaine (1.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné d’une introduction signée Jean-Pierre Dionnet ainsi que d’une présentation du réalisateur Douglas Sirk par le même Jean-Pierre Dionnet. Une Bande-annonce d’époque et une Galerie photos complètent cette édition.

 

Edité par Elephant Films, « All I desire » est disponible en combo blu-ray + DVD ainsi qu’en édition DVD depuis le 26 mars 2019.

 

Le site Internet de Elephant Films est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!