Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 Jun

Zombie

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Epouvante-Horreur

Un grand merci à ESC Editions ainsi qu’à l’Agence Miam pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Zombie » de George A. Romero.

 

Zombie

« On aurait tort de les sous-estimer : ils sont toujours là à nous guetter »

 

Des morts-vivants assoiffés de sang ont envahi la Terre et se nourrissent de la chair de ses habitants. Ceux qui se font mordre se transformant irrémédiablement à leur tour en morts-vivants. Fuyant le danger des grandes villes, un groupe de survivants se réfugie dans un centre commercial abandonné. Alors que la vie s’organise à l’intérieur, la situation empire à l’extérieur…

 

« Ils n’ont ni cœur ni entrailles alors sachons être impitoyables ! »

 

Zombie_Ken_Foree

Petit rappel des faits. La très conservatrice Amérique connait une grave crise de ses valeurs au cours des années 60. La guerre froide, l’assassinat de JFK, l’enlisement militaire au Vietnam ou encore les marches pour les droits civiques génèrent de nombreux mouvements contestataires à travers le pays. Au cinéma, cela se traduira par le déclin des grands studios et l’avènement des jeunes cinéastes du Nouvel Hollywood. Mais les éléments les plus radicaux préfèreront évoluer en dehors du système pour conserver une totale liberté créatrice. Pur produit de la contre-culture, George A. Romero fait ainsi sensation dès son premier film, « La nuit des morts-vivants » (1968) qui, non content de révolutionner les codes du cinéma horrifique, sera (encore à ce jour) l’un des films les plus lucratifs du cinéma indépendant américain. Toutefois, malgré les nombreuses sollicitations, le réalisateur refusera longtemps de tourner une suite, de peur notamment de s’enfermer dans un registre sans plus pouvoir en sortir. Mais contraint de trouver des financements pour mettre en chantier « Knightriders » (qu’il tournera en 1981), son projet le plus personnel, il accepte de réaliser en 1978 « Zombie », qui deviendra le deuxième volet de la longue saga qu’il consacrera aux morts-vivants.

 

« Quand l’enfer n’a plus de places, les morts reviennent sur la terre »

 

Zombie_David_Emge

Avec « Zombie », Romero reprend à son compte l’une des grandes obsessions du cinéma américain, à savoir le thème de l’enfermement et de l’assiègement. Un thème qui a donné lieu à quelques classiques absolus comme « Alamo », « Rio Bravo », « Beau Geste » ou encore « Assaut » de son ami John Carpenter, dans lequel les représentants de la loi devaient tenir la position face aux cohortes d’ennemis et d’envahisseurs. Mais tel le symbole d’une époque décadente, dans « Zombie » les hommes ne se battent plus pour défendre leur pays, mais un centre commercial et, avec lui, l’ensemble des marchandises qu’il contient.A l’évidence, Romero aborde ce film avec beaucoup plus de second degré que « La nuit des morts vivants » et confère à son film une dimension politique évidente. Sous ses faux airs de westerns modernes et trash, « Zombie » apparait surtout comme une satire sociale particulièrement féroce de l’Amérique (son racisme ordinaire avec cette scène de massacre dans une HLM pleine d’immigrés, sa fascination pour les armes et la violence gratuite) et plus encore de la société de consommation (le centre commercial devenu centre de tous les loisirs, les zombies qui avancent comme des décérébrés incapables de penser par eux-mêmes, la consommation comme raison d’être). Le cinéaste signe là un survival irrévérencieux, insolent et totalement jouissif. Définitivement culte.

 

Zombie_Romero

 

****

 

Le blu-ray : Le film est présenté en quatre versions :

  • Version Européenne de 120 min. (montage supervisé par Dario Argento avec la BO de Goblin), dans un nouveau master restauré en 4K produit en 2019 par ESC Editions sous la supervision du directeur de la photo Michael Gornick (VF 5.1 et VO 5.1 et 2.0 mono)
  • Version Director’s Cut US de 127 min. nouveau master Haute définition (VO 5.1 et 2.0 mono)
  • Version longue présentée au Marché du Film du Festival de Cannes 1979 de 139 min. (qui comprend 45 scènes en plus, 15 scènes rallongées, et 2 scènes avec des images et son différentes) nouveau master Haute définition (VO 5.1 et 2.0 mono)
  • Version Européenne en Full Frame (ratio 1.33 VF 5.1 et VO 5.1 et 2.0 mono)

Des sous-titres français sont disponibles pour chacun de ces versions.

 

Côté bonus, le film est accompagné d’une myriade de suppléments : Présentation du film par Dario Argento, Commentairesaudios de George Romero et Tom Savini, ainsi que du directeur de la photographie Michael Gornick, Tom Dubensky (assistant caméraman) et Lee Karr (historien du cinéma et auteur), Entretien autour du film avec Dario Argento (20 min.), George A. Romero, l’homme aux Zombies par Julien Sévéon (27 min.), Discussion publique entre Bertrand Bonello et Jean-François Rauger à la Cinémathèque Française (60 min.), Entretien avec Dario Argento, Claudio Argento, Alfredo Cuomo, Document sur les décors du film avec le commentaire audio de Robert Langer (13 min.), Visite du centre commercial Monroeville Mall avec l’acteur Ken Foree (10 min.), Documentaire : « The Dead Will Walk » de Perry Martin (2004, 75 min.), « Les Zombies de Romero » par Linda Tahir et Christophe Champclaux (26 min.), Les effets spéciaux de Zombie décryptés par Benoit Lestang (Maquilleur effets spéciaux) (18 min.), Entretien avec Jean-Pierre Putters (Fondateur et ancien rédacteur en chef du magazine Mad Movies) (18 min.), Matériels promotionnels, Documentaire : « The Definitive Document of The Dead » de Roy Frumkes (102 min.), La musique de Zombie par Julien Sévéon (19 min.).

 

Edité par ESC Editions, « Zombie » est disponible en édition collector 40ème anniversaire composée de 4 blu-ray +  un livre de Marc Toullec de 152 pages + 5 tirages photos collector, depuis le 24 mai 2019.

 

Le site Internet de ESC Editions est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!