Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 Nov

Cartouche

Publié par Platinoch  - Catégories :  #film d'aventures

Un grand merci à StudioCanal pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Cartouche » de Philippe De Broca.

 

Cartouche

« Cet homme est capable de tout. Même de se faire aimer ! »

 

Révolté par la tyrannie de Malichot, le chef de la truanderie, un jeune et habile voleur, Dominique, brave son autorité. Il sauve sa vie en s’engageant, sous le nom de Cartouche, dans l’armée, où il se lie d’amitié avec La Taupe et La Douceur. Mais les aléas de la gloire militaire conviennent mal au trio qui désert après s’être emparé de la solde du régiment. Revenu au repaire de Malichot, Dominique distribue son butin aux truands qui aussitôt l’acceptent comme chef.

 

« Amuse-toi, ça empêche de mourir »

 

Cartouche_Jean_Paul_Belmondo

Dans le paysage cinématographique français du début des années 60, Philippe De Broca eu l’image d’un cinéaste un peu insaisissable. Inclassable. Comme une sorte d’électron libre en marge des mouvances qui agitent alors le petit milieu du septième art. Assistant d’abord du très classique Henri Decoin, il fut un compagnon de route des jeunes turcs de la Nouvelle-Vague en assistant tour à tour à Claude Chabrol (sur « Le beau Serge » et « Les cousins ») et François Truffaut (sur l’iconique « Les quatre-cents coups »). Mais pour autant, le jeune cinéaste se démarquera très vite de ses compagnons en affirmant très tôt son goût pour le cinéma de divertissement populaire. C’est que, marqué au fer rouge par son expérience de la Guerre d’Algérie, il se jurera de faire un cinéma joyeux et optimiste. Ainsi, après une poignée de comédies sophistiquées portées par le jeune Jean-Pierre Cassel (« Les jeux de l’amour », « L’amant de cinq jours »), il s’imposera peu à peu comme le maitre français d’un certain cinéma d’aventures, alliant grand spectacle, humour et élégance. A l’image de ses grands succès comme « Les tribulations d’un chinois en Chine » (1965), « L’homme de Rio » (1964) ou encore « Le diable par la queue » (1968).

 

« Au plaisir, au danger, au travail : j’ai toujours la première place »

 

Cartouche_Claudia_Cardinale

Réalisé en 1962, « Cartouche » est un peu la pierre angulaire de la filmographie de De Broca. Un film clé, qui marque ses débuts dans le cinéma d’aventures et qui annonce dans les grandes lignes ses films à venir. En s’intéressant à la vie du célèbre brigand Louis-Dominique Cartouche, qui sévit sur le Paris du début du dix-huitième siècle, le cinéaste remet au goût du jour le film de cape et d’épée, qui a connu un retour en vogue au cours de la décennie précédente sous l’impulsion de Christian-Jaque (« Fanfan la tulipe ») et de André Hunebelle (« Les trois mousquetaires », « Cadet Roussel », « Le bossu », « Le capitan »…). Un genre populaire mais un peu « carton-pâte » auquel le jeune De Broca parvient ici à insuffler un vent de fraicheur et de lyrisme, grâce à  une mise en scène virevoltante, à des dialogues percutants et plein d’humour et surtout au dynamisme d’un casting qui fait alors la part belle à une nouvelle génération d’acteurs. Avec en tête un Jean-Paul Belmondo bondissant et une magnifique Claudia Cardinale, bien épaulés par Jean Rochefort ou la montagne américaine Jess Hann. Mais au-delà même de ses scènes d’action (formidable scène de bagarre dans la salle d’une auberge), le charme intemporel de ce « Cartouche » provient de sa grande liberté de ton et notamment du spleen qui s’en dégage lorsque le héros, jouisseur invétéré, se lasse sa routine et de pouvoir tout posséder. On retiendra également du film son final incroyable triste, avec les funérailles grandioses de la jeune et belle héroïne, qui raisonne comme une élégie à une jeunesse en mal d’aventures et de libertés.

 

Cartouche_Jean_Rochefort

 

****

 

Le blu-ray : Le film est présenté en version restaurée dans un Master Haute-Définition, en version originale française (1.0) et en audiodescription. Des sous-titres français pour malentendants sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné de L’aventure avec un grand « C », entretien avec Alexandra de Broca (épouse de Philippe de Broca) et Thomas Morales (journaliste), réalisé par Jérôme Wybon (2019, 25 min.) et d’un Commentaire de Claude Carliez, maître d’armes et coordinateur de cascades au cinéma, sur un montage d’extraits du film (29 min.).

 

Edité par StudioCanal, « Cartouche » est disponible en combo Blu-ray + DVD depuis le 6 novembre 2019.

 

Le site Internet de StudioCanal est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!