Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 Nov

Les chevaliers du Texas

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Westerns

Un grand merci à Sidonis Calysta pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Les chevaliers du Texas » de Ray Enright.

 

Les_chevaliers_du_Texas

« On va se séparer pour la première fois de notre vie. Mais c’est aussi la première fois qu’il y a la guerre »

 

Durant la guerre de Sécession, Luke Cottrell, chef des francs-tireurs nordistes, brûle le ranch des « Trois Cloches » propriété de Kip Davis, Charlie Burns et Lee Price. Pour se venger, Kip décide de laisser sa fiancée Deborah et prend la route du sud pour retrouver Luke Cottrell et le punir. Afin de pouvoir reconstruire le ranch, Kip s’engage avec Rouge de Lisle, bientôt rejoint par Charlie, pour organiser un trafic d’armes pour le Sud. Lorsqu’enfin Kip revient dans la ville, il apprend que Deborah est amoureuse de Lee…

 

« Tu aimes tout trop fort. A commencer par tes amis. Tu en souffriras ! »

 

Les_chevaliers_du_Texas_Dorothy_Malone

En matière, il est une règle immuable : la longueur de la filmographie n’est en rien proportionnelle au talent et à la réputation d’un cinéaste. Preuve en est avec Ray Enright, pur produit de la Fox et tâcheron cantonné aux films de série B qui réalisera pas moins de 80 films sur la période 1927-1953. Soit pour ses années les plus fastes une moyenne de quatre films par an ! Pourtant, peu d’entre eux seront passés à la postérité. De cette longue filmographie, on retiendra surtout ses westerns les plus tardifs, comme les sympathiques « Les écumeurs » (1942) avec John Wayne et Marlene Dietrich, « Kansas en feu » (1950) avec Audie Murphy, ou encore sa fructueuse collaboration avec Randolph Scott (« Du sang sur la piste », « La descente tragique », « Ton heure a sonné »…) juste avant que Budd Boetticher ne fasse de lui une star. C’est d’ailleurs juste après sa série de films avec Scott qu’il réalise en 1949 « Les chevaliers du Texas ».

 

« Il est inutile de se détester quand on a été des amis »

 

Les_chevaliers_du_Texas_Zachary_Scott

Un film sur une amitié tourmentée, malmenée par les aléas de l’Histoire. Et plus particulièrement de la Guerre de Sécession. Trois amis ranchers se retrouvent ainsi à devoir fuir le ranch qu’ils ont construit de leurs mains après que celui-ci ait été pillé et brulé par les nordistes. Mais face à cette injustice et à la nécessité de survivre, chacun des trois amis choisira une voix différente : la légalité pour l’un, la vengeance et le banditisme pour l’autre, et une relative neutralité pour le troisième. Jusqu’à ce que leurs intérêts respectifs ne fassent se recroiser leur chemin. Pour le meilleur ou pour le pire. A l’évidence, l’intrigue de ce petit film rappelle fortement celle du film de gangsters « Les fantastiques années 20 » (1939) de Raoul Walsh dont Ray Enright signe une très libre adaptation dont il transpose l’action dans un univers de western. Mais en dépit des dilemmes moraux de ses personnages et de quelques scènes d’action pas trop mal ficelées, force est de constater que l’ensemble manque cruellement de souffle romanesque et de rythme. La faute à une mise en scène un peu paresseuse et à un casting assez inégal dont seul Zachary Scott tire son épingle du jeu. Pas désagréable à voir mais très vite oublié.  

 

Les_chevaliers_du_Texas_Alexis_Smith

 

**

 

Le blu-ray : Le film est présenté en version restaurée dans un Master Haute-Définition, en version originale américaine (2.0) ainsi qu’en version française (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné de deux présentations respectivement signées par Patrick Brion et Bertrand Tavernier, ainsi que du documentaire « Joel McCrea, un homme tranquille ».

 

Edité par Sidonis Calysta, « Les chevaliers du Texas » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 9 septembre 2019.

 

Le site Internet de Sidonis Calysta est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!