Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 Feb

Sunday in the country

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films noirs-Policiers-Thrillers

Un grand merci à Artus Films pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Sunday in the country » de John Trent.

 

Sunday_in_the_country

« La mort est souvent préférable à une vie pleine de déboires... »

 

Dans la campagne de Locust Hill, le vieil Adam, aigri par la mort de sa fille, tente d’élever sa petite-fille selon ses principes de rédemption religieuse. Il se rend à l’office dominical quand il apprend que trois voyous sont en fuite après un braquage dans la ville d’à côté. Selon la police, ils rôderaient dans les parages. Ce serait une aubaine pour Adam de retrouver les voyous avant la police, et de leur donner la leçon qu’ils méritent…

 

« Pourquoi je vous pends comme des porcs ? Parce que vous ne valez pas mieux ! »

 

Sunday_in_the_country_Ernest_Borgnine

Traditionnellement, dans l’Amérique profonde et conservatrice, la journée du dimanche est le plus souvent consacrée au repos et à de « saines » activités, résolument tournées vers les autres et le recueillement. On va ainsi à la messe avant de partager un bon repas en famille. Il est très rare que cette tranquillité dominicale soit bouleversée. Sauf quand une bande de gangsters en cavale vient semer le désordre et faire couler le sang, sortant les paysans du cru de leur torpeur. Mais contre toute attente, loin du monde policé de la ville, les autochtones se révèleront bien moins naïfs qu’ils n’en ont l’air. Et bien plus imprévisibles, aussi. Surfant sur la schizophrénie dont la société américaine des années 70 est en proie, le canadien John Trent signe un thriller au croisement de deux genres cinématographiques alors en vogue. D’une part le film de « rednecks » (« Delivrance », « Wake in fright », « Massacre à la tronçonneuse » ou encore « La ballade sauvage ») - ces péquenots des campagnes profondes, vivant à l’écart de toute civilisation et souvent présentés comme dégénérés (alcooliques, armés et consanguins) hostiles aux étrangers – et d’autre part le vigilante (« Un justicier dans la ville », « Taxi driver ») qui consacre le principe de l’auto-justice.

 

« Tu vas laisser ces tueurs se mettre entre nous ? »

 

Sunday_in_the_country_Michael_J_Pollard

« Sunday in the country » nous convie donc à une partie de campagne qui se transforme très vite en un efficace thriller bien craspec et assez flippant. Il faut dire que le scénario ne lésine pas sur les vices et les sévices (viol, tortures, meurtres). Il se fait même délicieusement ingénieux en proposant une inversion progressive des rôles, qui voit les gangsters devenir finalement les proies d’un agriculteur bien plus violent et cruel qu’eux. En cela, la grande réussite du film vient sans doute de sa dimension terriblement perverse, marquée par un rapport particulièrement malsain à la violence et à la morale (pour le paysan, les deux sont d’ailleurs intimement liés puisque les châtiments corporels qu’il administre sont selon lui un moyen d’expier la faute). En la matière, le toujours génial Ernest Borgnine livre ici une performance aussi impressionnante que jubilatoire. Disparu prématurément en 1983, le canadien John Trent (essentiellement connu pour avoir signé plusieurs comédies portées par son compatriote John Candy) signe avec « Sunday in the country » un film de genre étonnant et plutôt réussi. Une curiosité à découvrir.

 

Sunday_in_the_country_John_Trent

 

***

Le blu-ray : Le film est présenté en version restaurée dans un master Haute-Définition et proposé en version originale américaine (2.0) ainsi qu’en version française (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné d’une présentation de Maxime Lachaud, d’un diaporama et de bande-annonce.

 

Édité par Artus Films, « Sunday in the country » est disponible en édition collector blu-ray + DVD + livre (24 pages) au format digibook depuis le 7 janvier 2020.

 

Le site Internet de Artus Films est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!