Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
01 May

Last christmas

Publié par Platinoch  - Catégories :  #comedies dramatiques, #Comédies romantiques

Un grand merci à Universal Pictures pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Last christmas » de Paul Feig.

 

Last_christmas

« Ils ont sorti mon cœur et l’ont remplacé par autre chose. Et depuis, j’ai l’impression d’avoir perdu la plus précieuse partie de moi-même ! »

 

Kate traîne derrière elle une série de mauvaises décisions et erre dans Londres au son des grelots accrochés à ses bottes de lutin, seul emploi qu’elle ait réussi à décrocher dans une boutique de Noël. C’est pourquoi elle n’en croit pas ses yeux quand elle rencontre Tom qui semble voir en elle bien plus que ce qu’elle laisse paraître. Alors que la ville se pare de ses plus beaux atours pour les fêtes de fin d’année, rien ne semblait les prédisposer à nouer une relation. Mais parfois, il suffit de laisser opérer la magie de Noël, d’ouvrir son cœur et d’y croire…

 

« Je ne vais pas soigner mon cœur pour l’offrir ensuite à quelqu’un qui va le briser »

 

Last_christmas_Michelle_Yeoh

Gravitant dans le petit microcosme hollywoodien depuis près d’une quarantaine d’années, Paul Feig mène une première carrière de comédien qui ne le satisfait pas vraiment. Las de jouer les utilités et d’enchainer les apparitions (on le voit dans « That thing you do » de Tom Hanks, « Y’a-t-il un flic pour sauver Hollywood » de Peter Segal ou encore dans la série « Sabrina l’apprentie sorcière »), il finit par passer de l’autre côté de la caméra, comme scénariste d’abord puis comme réalisateur. En la matière, il pourra compter sur la complicité et le soutien de son ami Judd Apatow, qui produira notamment « Freaks and geeks » (1999), la série dont il est le créateur et qui révèlera toute une génération de jeunes comédiens (James Franco, Seth Rogen, Jason Segel...). Si la série est arrêtée au bout d’un an, elle permet néanmoins à Feig de lancer sa carrière de réalisateur, principalement sous le signe de la comédie (« Mes meilleures amies », « Les flingueuses », « Spy », « SOS Fantômes »), genre qui lui aura valu d’enchainer les succès et d’acquérir une véritable reconnaissance. Mais depuis deux ans, le cinéaste tente de se défaire quelque peu de ce genre qui lui colle à la peau pour s’essayer à registre plus dramatique. Ainsi, après le thriller « L’ombre d’Emilie », il nous revient avec « Last Christmas », mélo de Noël.

 

« Prends soin de mon cœur »

 

Last_christmas_Henry_Golding

Noël... L’amour en guise de cadeau ? C’est du moins ce que chantait le groupe Wham dans son tube mythique de 1986. Souvenez-vous : « Last christmas I give you my heart ». Soit en substance « A Noël dernier, je t’ai offert mon cœur ».  Un postulat que reprennent à leur compte - et de manière assez littérale - le cinéaste Paul Feig et la scénariste (et comédienne) Emma Thompson pour ce film de Noël sur fond de rédemption, d’acceptation de soi et de partage. Mais sous ses allures de petit bonbon sucré (qu’il est et qu’il assume d’être), « Last christmas » joue sur les faux-semblants pour mieux nous surprendre, en essayant de ne jamais être ce qu’on croit qu’il va être. En cela, le film navigue constamment entre deux eaux, jouant les vraies-fausse comédie, mâtinée d’une touche de fantastique (façon « Et si c’était vrai ? ») pour mieux révéler sa dimension mélodramatique. De prime abord, le film est plutôt plaisant à regarder : Emilia Clark bouffe l’écran avec beaucoup d’aisance, sa romance naissante avec le beau Henry Golding est plutôt touchante et ses déboires successifs se révèlent souvent assez amusants. En prime, les intrigues secondaires (la patronne et son coup de foudre pour un client, la sœur homosexuelle qui peine à faire accepter sa situation sentimentale à ses parents) apportent de la consistance et de la fluidité à l’ensemble. Dès lors, on ne pourra que regretter que le pot-aux-roses se devine de façon si prématurée, révélant d’un coup tous les artifices du scénario et brisant l’élan d’une intrigue qui devient alors inutilement lacrymale. Un film de Noël sympathique et plutôt audacieux, mais un peu trop mal ficelé.

 

Last_christmas_Emilia_Clark

 

**

 

Le blu-ray : Le film est proposé en version originale anglaise (7.1), ainsi qu’en versions française, espagnole et italienne (toutes 7.1). Des sous-titres français, espagnols, italiens, portugais, suédois, norvégiens, danois, finlandais, islandais, hindis et arabes sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné d’un Commentaire audio avec le réalisateur Paul Feig et la scénariste Emma Thompson, des modules « Lettre d’amour à Londres », « La mère Noël et son lutin », « Paul Feig s’empare du tram », « 12 jours de tournage », « « Last Christmas » - Performance dans son intégralité », « La vision du réalisateur », « Il fait si froid », « Essayer de ne pas rire », « Un héritage révélé », « Golding, un acteur en or », « La séance d’enregistrement d’Emilia ». Il comprend également une Fin alternative, un Bêtisier, des Scènes coupées et une Ouverture alternative.

 

Édité par Universal Pictures, « Last Christmas » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray depuis le 8 avril 2020.

 

Le site Internet de Universal Pictures est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!