Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 Jun

Spasmo

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films noirs-Policiers-Thrillers

Un grand merci à BQHL Editions pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Spasmo » de Umberto Lenzi.

 

Spasmo

« La lune ne pénètre jamais dans ma chambre »

 

Playboy et fils d’un riche industriel décédé, Christian tombe sous le charme de Barbara, une jeune et jolie femme qu’il découvre évanouie sur une plage. Lorsque, peu après, il la retrouve sur un yacht, celle-ci l’entraîne dans un maelström d’événements étranges et cruels, de meurtres et de faux-semblants. Avec le sentiment d’être pris au piège d’une gigantesque toile d’araignée, Christian croit trouver la clef de l’énigme en se faisant passer pour mort, y compris auprès de son propre frère, quelqu’un qui paraît beaucoup plus stable que lui sur le plan psychologique…

 

« Vous êtes la tentation faite femme »

 

Spasmo_Robert_Hoffman

Petit retour en arrière. Le giallo, c’est l’un des genres phare du cinéma d’exploitation à l’italienne, qui rencontra un vif succès dans les années 60 et 70 avant de mourir de sa belle mort au début des années 80. Un genre évoluant au croisement du polar, de l’épouvante et du thriller érotique qui fit la réputation de cinéastes comme Dario Argento (« L’oiseau au plumage de cristal », « Le chat à neuf queues ») et Mario Bava (« Six femmes pour l’assassin »). Ou encore Umberto Lenzi, auteur d’une trilogie (« Une folle envie d’aimer » et « Si douces, si perverses » en 1969, « Paranoïa » en 1970) considérée comme un sommet du genre, qui réalise « Spasmo » en 1974. Un projet qui devait au départ échoir à Mario Bava avant que ce dernier ne passe la main pour cause d’agenda trop chargé et que récupèrera donc au pied levé le prolifique Lenzi, qui s’engage à la condition de pouvoir réécrire lui-même le scénario.

 

« Le mieux à faire, c’est de prendre la fuite »

 

Spasmo_Umberto_Lenzi

En terme médical, le spasme désigne une contraction musculaire brusque et involontaire. Comme une sorte de pulsion ou de réaction violente et incontrôlable. Deux adjectifs qui caractérisent à la perfection de ce film dont l’intrigue est justement centrée sur le meurtre et le lâcher prise. En effet, sa rencontre insolite avec une jeune femme découverte inanimée sur une plage plongera le riche héritier d’une famille d’industriels dans une cavale infernale en forme de plongée dans les ténèbres. Et pour cause, au fil de ses mésaventures et de ses (étranges) rencontres, le héros verra disparaitre ses repères et ses certitudes à mesure que son lourd passé refera surface. Tout l’enjeu du scénario sera de savoir s’il s’agit d’un basculement dans la folie ou d’une machiavélique machination. Afin de ménager cette sensation d’incertitude, Lenzi s’emploie à perdre le spectateur dans un récit décousu qu’il filme à la manière d’un cauchemar éveillé, à grands renforts d’éléments angoissants (le sécateur ensanglanté qui apparait plusieurs fois, les coupures d’électricité) et d’une fantasmagorie bizarre et dérangeante (les mannequins mutilés qui apparaissent de façon répétée dans le décor). L’énigme trouvant son dénouement dans un astucieux switch final aussi troublant que retors, qui fait bien évidemment tout le sel du film. Lenzi signe là un thriller mental un brin roublard, auquel on pourra cependant reprocher de perdre un peu trop dans le spectateur dans un délire souvent assez kitsch.

 

Spasmo_Ivan_Rassimov

 

**

 

Le blu-ray : Le film est présenté dans un Master Haute-Définition, en version originale italienne (2.0) ainsi qu’en version française (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles. 

 

Côté bonus, le film est accompagné de deux interviews du réalisateur Umberto Lenzi, respectivement datées de 2004 (16 min.) et de 2013 (20 min.) ainsi que d’une bande-annonce.

 

Edité par BQHL Editions, « Spasmo » est disponible en blu-ray ainsi qu’en DVD depuis le 5 mars 2020.

 

La page Facebook de BQHL Editions est ici

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!