Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
07 Feb

Never rarely sometimes always

Publié par Platinoch  - Catégories :  #comedies dramatiques, #Drames

Un grand merci à Universal Pictures pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « Never Rarely Sometimes Always » de Eliza Hittman.

 

Never_rarely_sometimes_always

« Si le test négatif, il se peut qu’il y ait une erreur. Mais s’il est positif, il sera toujours positif »

 

Deux adolescentes, Autumn et sa cousine Skylar, résident au sein d’une zone rurale de Pennsylvanie. Autumn doit faire face à une grossesse non désirée. Ne bénéficiant d’aucun soutien de la part de sa famille et de la communauté locale, les deux jeunes femmes se lancent dans un périple semé d’embûches jusqu’à New York.

 

« Votre décision d’avorter est tout à fait acceptable du moment que c’est votre décision »

 

Never_rarely_sometimes_always_Sidney_Flanigan

La plus grande erreur dans une démocratie, c’est de croire que les libertés - à commencer par les plus fondamentales - sont définitivement acquises. Aux États-Unis, l'avortement a ainsi été légalisé depuis l'arrêt Wade vs Roe datant de 1973. Mais depuis cette date, cet arrêt n'aura eu de cesse d'être constamment attaqué par les groupes les plus conservateurs du pays. Et si certains états ont tenté, en vain jusqu'ici, de l'interdire, d'autres ont mis en place des législations tellement restrictives et répressives qu'il est devenu en pratique quasiment impossible. La montée en puissance des populistes et des conservateurs, symbolisée par la présidence controversée de Donald Trump (qui a lui même défilé en 2020 contre l'avortement, une première pour un président américain), n'aura fait qu'aggraver les clivages et les tensions entre pro-choice et pro-life. Un constat plus que jamais inquiétant qui a motivé la jeune réalisatrice indépendante Eliza Hittman à consacrer son troisième film a ce sujet brûlant. Une gageure en soi, tant les rares films qui ont osé traiter du sujet se sont montrés terriblement ambigus (« Juno »), pour ne pas dire totalement réactionnaires (« Unplanned »).

 

« Je ne me sens pas prête à devenir mère »

 

Never_rarely_sometimes_always_Eliza_Hittman

Avec « Never rarely sometimes always », Eliza Hittman cherche donc à montrer la réalité de qu’est l’accès à l’avortement dans cette Amérique profonde et conservatrice du vingt-et-unième siècle. Reprenant à son compte - dans les grandes lignes du moins - l’intrigue du « 4 mois, 3 semaines, 2 jours » de Cristian Mongiu (Palme d’or 2007), son film suit ainsi le parcours d’Autumn, une adolescente de dix-sept ans vivant dans une petite ville sinistrée de Pennsylvanie, devant faire face à une grossesse accidentelle et non désirée. Mais ne pouvant compter pratiquement sur personne (parents conservateurs et peu présents, petit ami totalement démissionnaire) et sans argent, elle devra se débrouiller seule (ou presque). Ce qui s’avèrera être pour elle un véritable parcours du combattant, semé d’embuches (le planning familial local, tenu par des bigots qui font bassement pression sur la jeune fille pour l’empêcher d’avorter), de difficultés (la longue route en car pour rejoindre New York où elle devra vivre plusieurs jours d’errance sans avoir les moyens d’y trouver un hébergement) et d’humiliations (à l’image du titre du film qui renvoie à un questionnaire très intrusif préalable à la réalisation de l’avortement). Jusqu’à une libération acquise aux forceps qui gardera le goût amer des violences que la société bienpensante fait subir aux femmes. Sans effets ni artifices, Eliza Hittman signe là un film fort, qui se fait tour à tour touchant et révoltant. L’Amérique a beau être le pays le plus riche, c’est aussi définitivement celui de toutes les inégalités. Forcément indispensable.

 

Never_rarely_sometimes_always_Talia_Ryder

 

****

Le DVD : Le film est présenté en version originale américaine (5.1) ainsi qu’en version française (5.1). Des sous-titres français et anglais pour malentendants sont également disponibles. Aucun bonus ne vient compléter cette édition.

 

Édité par Universal Pictures, « Never Rarely Sometimes Always » est disponible en DVD depuis le 2 décembre 2020.

 

Le site Internet de Universal Pictures est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!