Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
01 Jun

Le conseiller

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Films noirs-Policiers-Thrillers

Un grand merci à StudioCanal pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Le conseiller » de Alberto De Martino.

 

Le_conseiller

« Tu es plus que le filleul de Don Antonio. Tu es comme son fils. »

 

Thomas vient de quitter la Mafia pour retourner défendre Don Antonio Macaluso, le chef de la pègre de San Francisco. Son rival, Garofalo, est bien déterminé à usurper son poste et une bataille sanglante s’ensuit.

Don Antonio en sort vainqueur, ce qui lui confère le contrôle des opérations de la côte ouest.

 

« Ces réjouissances ne m’intéressent plus. Je voudrais essayer de vivre autrement. »

 

Le_conseiller_Martin_Balsam

Ancien collaborateur de Fellini et de Monicelli, grand ami de Sergio Leone, Alberto De Martino entame sa carrière de réalisateur au début des années 60 après s’être d’abord fait la main sur quelques documentaires. Mais loin des grandes icônes du Néo-réalisme et de la comédie italienne, il se fera un nom dans l’univers populaire du cinéma d’exploitation dont il sera l’un des prolifiques artisans. Il touchera ainsi un peu à tous les genres du cinéma populaire, du péplum (« Le gladiateur invincible », « Le triomphe d’Hercule ») au western (« Django tire le premier ») en passant par le film policier (« Rome comme Chicago », avec John Cassavetes) ou le giallo (« Dernier appel » avec Telly Savalas). Mais ses plus grands succès, le cinéaste les doit sans conteste à ses films d’inspiration fantastico-horrifiques que sont « L’antéchrist » (1974) et « Holocauste 2000 » (1977, avec Kirk Douglas). Surfant sur le succès mondial du « Parrain » de Coppola (1972), il s’essaye brièvement au film de mafia avec « Le nouveau boss de la mafia » (1972) et « Le conseiller » (1973). Un genre qui, en Italie, c’est souvent confondu avec celui du poliziottescco (on pense notamment aux films de Damiani « La mafia fait la loi » et « Confession d’un commissaire de police au procureur de la république » ou à « Société anonyme anti-crime » de Steno).  

 

« Si à San Francisco tu peux toujours espérer t’en tirer, ici quand ça va mal, il ne reste plus qu’à faire ton signe de croix »

 

Le_conseiller_Tomas_Millian

« Le conseiller » en langage mafieux, c’est l’avocat. Celui qui connait suffisamment le droit pour donner un semblant de légalité aux affaires qui ne le sont pas ou pour assurer la défense des membres du clan qui auraient à faire à la justice. Par définition, c’est donc un personnage-clé de l’organisation en ce qu’il détient beaucoup d’informations et de secrets. Trop, même, pour espérer pouvoir un jour se retirer de la « famille » et vivre une vie ordinaire. Dans le film de De Martino, c’est d’ailleurs ce désir de retrait qui déclenchera une guerre interne, l’un des lieutenants voulant se saisir de cette occasion prendre la place du parrain. Un postulat de prime abord assez ordinaire mais qui donne lieu à un film étonnement riche, notamment dans la description qu’il fait de la mafia en tant qu’organisation, sorte de système tentaculaire omniprésent (avec des ramifications allant des grandes villes américaines aux villages isolés de Sicile), touchant à toutes sortes d’activités (y compris des restaurants de quartier ou des salons de massage qui abritent des bordels) et ayant des complicités jusque dans les représentants de l’Etat (police, justice). Mais surtout, « Le conseiller » reste un habile film de gangsters à l’efficacité redoutable, étonnement lyrique (la relation filiale entre le parrain et son conseiller) et généreusement ponctué de séquences de violence sèche (la fusillade dans l’usine, celle finale dans les rues du village sicilien, les victimes collatérales comme cette petit fille qui saute sur une bombe ou ce restaurateur qui finit dans son four à pizza). Une série B remarquable, puissante et qui plus est portée par un formidable trio d'acteurs: Martin Balsam, Tomas Millian et Francisco Rabal.

 

Le_conseiller_Alberto_De_Martino

 

****

Le blu-ray : Le film est présenté en version restaurée dans un Master Haute-Définition, en version originale italienne (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné d’une présentation signée Jean-Baptiste Thoret.

 

Édité par StudioCanal dans la collection « Make my day » (dont il constitue le n°35 en double programme avec le film « Napoli spara ! » de Mario Caiano), « Le conseiller » est disponible en combo blu-ray + DVD depuis le 26 mai 2021.

 

Le site Internet de StudioCanal est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!