Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
04 Jun

Une bible et un fusil

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Westerns

Un grand merci à Sidonis Calysta pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Une bible et un fusil » de Stuart Millar.

 

Une_bible_et_un_fusil

« J’arrive trop tard pour les empêcher de nuire. Mais pas pour les pendre. »

 

Démis de ses fonctions pour avoir fait un usage excessif de la force, le marshal Rooster Cogburn reprend son insigne pour retrouver les pillards en possession d’une mitrailleuse et d’un chargement de nitroglycérine. Des bandits également coupables du massacre de soldats et du meurtre d’un pasteur. Si Cogburn recueille la fille de celui-ci, une missionnaire d’un certain âge, ainsi qu’un jeune indien, il n’en doit pas moins poursuivre sa traque en territoire hostile…

 

« Un mensonge convaincant fait parfois plus d’effet qu’un régiment de cavalerie ! »

 

Une_bible_et_un_fusil_John_Wayne

1975. John Wayne est - à l’image du western - un géant sur le déclin. Septuagénaire, rongé par un cancer qui finira par l’emporter quelques mois plus tard, il continue toutefois de multiplier les projets et de tourner des films. Mais les grands cinéastes qui l’ont le mieux dirigés (Ford, Hawks...) ne sont plus là et la plupart de ses films tournés au cours des dix dernières années se révèlent dans l’ensemble assez médiocres (« Les bérets verts », « Les feux de l’enfer », « Les géants de l’ouest », « Chisum », « Big Jake »...). A l’exception notable d’une poignée de films, dont le très sympathique « Cent dollars pour un shérif » (1969) d’Henry Hathaway pour lequel sa prestation du shérif Rooster Cogburn lui permettra de décrocher - contre toute attente - l’unique Oscar de sa carrière. Six ans plus tard, il rendosse donc le costume du fantasque shérif (né de la plume du romancier Charles Portis) pour une seconde aventure réalisée par Stuart Millar, éphémère réalisateur plus connu pour son travail de producteur (notamment sur « Le prisonnier d’Alcatraz ») et qui sera également l’avant-dernier film de sa longue carrière.

 

« Je n’ai jamais fini une bagarre sans me relever »

 

Une_bible_et_un_fusil_Katharine_Hepburn

On y retrouve ainsi le fantasque Rooster Cogburn là où l’avait précédemment laissé, toujours avec son ami le cuisinier chinois et son chat nommé Général Sterling Price. Mais pour cette nouvelle aventure au titre évocateur qui résume à lui seul une certain réalité américaine, il fera équipe avec non pas avec une orpheline et un Texas Ranger mais avec une vieille missionnaire chrétienne et un jeune indien intrépide, bien décidés à venger le massacre de leur mission perpétré par une bande de hors-la-loi. A l’évidence, une grande partie de la réussite du film repose sur l’association antagoniste entre ce vieux shérif mal dégrossi et mal luné et cette vieille fille pieuse et très policée (du moins en apparence), contraints de coopérer pour atteindre un but commun. Malgré une mise en scène très académique et très sage, le film de Stuart Millar se révèle étonnement enjoué alors même que sa teneur se révèle étrangement crépusculaire. Il faut dire que le récit donne lieu à de bonnes scènes d’action, habilement entrecoupées de scènes plus légères et parfois même touchantes, dans lesquelles les deux vieux héros, en bout de course, se laissent aller à porter un regard lucide sur leur vie (et sur ce qu’ils n’ont pas été). Mais la véritable réussite du film vient de la parfaite (et inattendue) alchimie entre ces deux monstres sacrés que sont John Wayne et Katharine Hepburn, acteurs pourtant en tous points opposés mais dont la complémentarité se révèle ici parfaite. A fortiori, on a sans doute vu des westerns plus magistraux que cette production sans doute déjà un peu désuète au moment de sa sortie. Mais ce serait mentir que de renier le réel plaisir pris à regarder ce film à la fois efficace, drôle et touchant.

 

Une_bible_et_un_fusil_Stuart_Millar

 

***

Le blu-ray : Le film est présenté en version restaurée dans un Master Haute-Définition, en version originale américaine (2.0) ainsi qu’en version française (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné d’une Présentation par Jean-François Giré ainsi que d’une interview de Katharine Hepburn.

 

Édité par Sidonis Calysta, « Une bible et un fusil » est disponible dans la Collection Silver, en combo blu-ray + DVD ainsi qu’en édition DVD depuis le 15 avril 2021.

 

Le site Internet de Sidonis Calysta est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!