Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
02 Aug

La manière forte

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Comédies

Un grand merci à Rimini Éditions pour m’avoir permis de découvrir le blu-ray du film « La manière forte » de John Badham.

 

La_manière_forte

« Hors de question que je joue les baby-sitter pour un cowboy d’Hollywood ! »

 

L’acteur hollywoodien Nick Lang, habitué aux succès des comédies populaires, rêve de jouer le rôle d’un policier cynique et coriace. Un rôle qu'il finit par se voir enfin proposer. Afin de s’y préparer au mieux, il décide de passer du temps avec un vrai flic afin d'être le plus crédible possible à l'écran. Pendant quelques semaines, il va arpenter les rues de New York, aux côtés de l’inspecteur John Moss, inspecteur lancé aux trousses d'un tueur en série maniaque.

 

« C’est pas en mangeant comme moi ou en te curant le nez comme moi que tu deviendra un flic. Nous on vit notre job et on risque d’y laisser notre peau à chaque instant »

 

La_manière_forte_James_Woods

Réalisateur venu de la télévision, John Badham accède sur le tard (à presque quarante ans) à ses premières réalisations pour le cinéma. Coup de chance pour lui, le succès sera quasiment immédiat grâce au triomphe planétaire de son deuxième film, le cultissime « La fièvre du samedi soir » (1977) qui propulsera instantanément le jeune John Travolta au rang de star. La suite de sa carrière sera néanmoins placée sous le signe d’un certain cinéma d’action populaire, lorgnant tour à tour sur le polar (« Tonnerre de feu »), la science-fiction (« Wargames », « Short circuit ») et la comédie policière (« Étroite surveillance », « Comme un oiseau sur la branche »). Autant de films qui l’imposent comme l’un des réalisateurs populaires du cinéma américain des années 80. S’il signe avec « La manière forte » (1991) un dernier succès au box-office, sa carrière amorcera ensuite une forme de déclin, marquée par une succession d’échecs commerciaux (« Nom de code : Nina », « Drop zone », « Meurtre en suspens ») qui le conduiront à mettre un terme à sa carrière cinématographique en 1998 et à retourner travailler pour le petit écran.

 

« Tu voulais savoir ce que c’est d’être dans la peau d’un flic ? De tuer un type ? Eh bien, ça file la chiasse ! »

 

La_manière_forte_Annabella_Sciorra

En pleine vogue du buddymovie (initiée par le succès des sagas « 48 heures » et « L’arme fatale »), Badham surfe sur la vague et propose une comédie décalée dans laquelle un flic de terrain particulièrement zélé se verra contraint de faire équipe avec une star hollywoodienne venu préparer, à ses côtés, son prochain rôle. Sans se douter un seul instant qu’il se retrouverait plongé dans la traque d’un dangereux tueur en série. A l’évidence, la réussite du film repose avant tout sur un jeu savamment dosé de décalages. Entre les héros d’abord, qui composent un tandem formidablement mal assorti (le flic rigide et le comédien égocentrique et maladroit). Entre les univers surtout, totalement aux antipodes (les bas-fonds dangereux de la ville pour l’un, la superficialité d’Hollywood pour l’autre). Il en résulte toute une série de scènes savoureuses (comme lorsque le héros se fait naïvement dépouiller dans le ghetto), d’autant plus réussies que le film joue malicieusement sur la mise en abyme du film dans le film. Mais la réussite du film tient aussi dans le souci du réalisateur de ne jamais délaisser sa dimension policière, qui vient nourrir aussi bien les enjeux de l’intrigue que le rythme de l’ensemble en y apportant une bonne dose d’action (course poursuite en voiture avant un final plutôt haletant sur une publicité géante en haut d’un building). En cela, Badham signe là un divertissement décomplexé et réellement fun qui s’inscrit pleinement dans l’air du temps de ce début des années 90. Seule ombre au tableau, c’est sur ce tournage que Michael J. Fox, star montante de la comédie américaine, découvrira qu’il est atteint de la maladie de Parkinson. Ce qui amorcera, d’une certaine manière, le déclin prématuré de sa jeune carrière qui ne comptera dès lors plus qu’une poignée de films (« Le président et Miss Wade », l’excellent « Fantômes contre fantômes » et une apparition dans « Mars attacks ! »).

 

La_manière_forte_Michael_J_Fox

 

***

Le blu-ray : Le film est présenté dans un Master Haute-Définition, en version originale américaine (2.0) ainsi qu’en version française (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Coté bonus, le film est accompagné d’un commentaire audio de John Badham.

 

Édité par Rimini Éditions, « La manière forte » est disponible en blu-ray ainsi qu’en DVD depuis le 7 avril 2021.

 

La page Facebook de Rimini Éditions est ici.

Commenter cet article
S
des gens talentueux dans quoi exactement, comment s'expriment-ils de quelle manière ? Les gens sont raisonnables dans cette option.
Répondre

Archives

À propos

Le site sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!