Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 Jan

Calibre 32

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Westerns

Un grand merci à Artus Films pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Calibre 32 » de Alfonso Brescia.

 

Calibre_32

« Je suis payé pour tuer des criminels. Pour 1000 dollars je risque à chaque fois ma peau. Parce que je leur laisse toujours la possibilité de défendre la leur. »

 

Une association de banquiers et notables d’une petite ville de l’Ouest se font régulièrement piller par des bandits sans scrupules. Bien décidés à remédier à ce problème, ils font appel à un pistolero pour s’en débarrasser : l’élégant Silver, joueur de poker et coureur de femmes.

 

« Vivant tu ne valais rien. Mort c’est autre chose : tu vaux 2000 dollars »

 

Calibre_32_westrn

Petit maitre du cinéma bis italien, Alfonso Brescia (parfois crédité sous le pseudonyme américanisé de Al Bradley) s’illustre en premier lieu par le caractère prolifique de sa filmographie, qui compte pas moins d’une cinquantaine de films tournés en une trentaine d’années de carrière. Une filmographie riche, donc, mais toute aussi éclectique qu’inégale. Le cinéaste s’essayera ainsi à presque tous les genres, du péplum (« La révolte des prétoriens », « Le gladiateur magnifique ») au film de guerre (« Tête de pont pour huit implacables ») en passant par le giallo (« Un joli corps qu’il faut tuer »), le film policier (« Les contrebandiers de Santa Lucia ») et même le space opera (« La bataille des étoiles », « La guerre des robots »). Mais c’est sans aucun doute dans le western qu’il se montre le plus à l’aise et qu’il réalise quelques-unes de ses plus grandes réussites, comme « Furie au Missouri » (1967) ou « Pour un dollar d’argent » (1976). Ou encore « Calibre 32 » que vient de sortir l’éditeur Artus Films.

 

« Je ne fais plus confiance à personne. Hormis à mon colt »

 

Calibre_32_Alfonso_Brescia

Territoire sauvage évoluant en marge de toute civilisation et de toute loi, l'ouest américain fut longtemps une zone de non-droit servant de repère a tout ce que l'Amérique compta de bandits. Ce qui explique que la justice y fut le plus souvent expéditive, c'est à dire rendue à grands coups de revolvers. Comme une sorte de loi du plus fort. Et surtout du plus rapide. C'est dans ce contexte que les notables d'une petite bourgade décident de faire appel aux services de Silver, un tueur à gages professionnel, pour les débarrasser d'une bande de gangster qui terrorise et pille la région. Sur la base d'un scénario très malin, qui reprend à son compte l'argument classique du justicier solitaire qui vient faire le ménage dans une ville corrompue, le réalisateur développe un western foisonnant dont l'intrigue mêle habilement des éléments de films policiers (façon whodunit, pour découvrir qui sont les membres du gang caché parmi les villageois) a de la violence proprement westernienne. Il en ressort un film plein de rebondissements et sans temps morts, marqué par une ambiance particulièrement électrique et nerveuse. A l'image de quelques excellentes séquences comme celle impliquant un joueur de poker siffleur. Mais au-delà de ce récit très maîtrisé, on retiendra surtout le soin apporté par le cinéaste à son héros, tueur charismatique, à la fois cynique, élégant et raffiné (qui explique entre autre sa préférence pour le « Calibre 32 »du fait de la netteté des blessures qu'il inflige), dont la stylisation très poussée rappelle quelques grandes figures du genre, tels le Blaisedell de « L'homme aux colts d'or » ou le Costello du « Samouraï ». L'interprétation parfaite de Peter Lee Lawrence, comédien au destin tragique qui prête ici sa beauté angélique et juvénile, ne fait que renforcer la dimension iconique du personnage. Un must absolu du western italien. Totalement jouissif.

 

Calibre_32_Peter_Lee_Lawrence

 

****

Le blu-ray : Le film est présenté en version intégrale dans un Master restauré 2k et proposé en version originale italienne (2.0) ainsi qu’en version française (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

 

Côté bonus, le film est accompagné de « 1000 dollars par tête » : présentation du film par Curd Ridel (25 min.), d’un Diaporama d’affiches et photos, d’une Bande-annonce originale et de Bandes-annonces de la collection.

 

Édité par Artus Films, « Calibre 32 » est disponible en combo blu-ray + DVD depuis le 16 novembre 2021.

 

Calibre_32_bluray

 

Le site Internet d’Artus Films est ici. Sa page Facebook est ici.

Commenter cet article
H
qu’il réalise quelques-unes
Répondre

Archives

À propos

Le site sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!