Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 Aug

Appelez-moi Dave

Publié par platinoch  - Catégories :  #Comédies

« Le panneau indique de ne plus avancer et pourtant ils continuent d’avancer quand même. C’est le chaos qui règne sur cette planète !!! »

Afin de sauver leur Monde, un équipage d'extra-terrestres minuscules arrive sur Terre dans un vaisseau très spécial, qui leur permet de passer (presque) inaperçu. Il s'agit de la réplique parfaite d'un homme (qui ressemble au Capitaine du Vaisseau) dont chaque membre de l'équipage est responsable d'une partie du corps.
Mais ressembler à un être-humain est une chose - se comporter comme un être-humain s'avère être beaucoup plus compliqué !

« Les plus grandes forces de l’univers viennent souvent du néant. Tu n’es pas un minus, tu es géant »

.

Poids lourd de la comédie populaire US, Eddie Murphy a multiplié ces dernières années des comédies que la critique s’est fait un plaisir de démolir systématiquement. Pire, la sortie de « Norbit », comédie un peu graveleuse où l’acteur faisait dans le politiquement incorrect (notamment en se moquant un peu des obèses, chose impensable aux USA où ce genre de sujet est sensible), peu de temps avant les Oscars 2006, lui aurait couté selon la rumeur l’Oscar du Meilleur second rôle pour « Dreamgirls », pour lequel il partait largement favori. Cela étant, ça n’a pas empêché Eddie Murphy d’enchainer les cartons au box-office (le fameux « Norbit » avait rapporté quelques 90 millions de dollars). Pour son nouveau film, « Appelez-moi Dave », il retrouve pour la seconde fois le réalisateur Brian Robbins (qui a mis en scène « Norbit »), l’un des créateurs de la série « How I met your mother », et à qui l’on doit une pognée de longs pas franchement mémorables (« Hardball », « Raymond »), dont la plupart ne sont même pas sortis sur nos écrans.

« Il pense que je veux devenir le mâle de Gina ? C’est absurde : elle est aussi grande que le musée des sciences !!! »

Les comédies d’Eddie Murphy obéissent toujours à la même logique : soit on a un humour assez ras-des-pâquerettes pour rire des gags même les plus cons, soit on y est totalement réfractaire. Et ce « Appelez-moi Dave » ne déroge pas à la règle. Car même si le film part d’un postulat assez déjanté et loufoque (des minis extraterrestres débarquent sur Terre dans un vaisseau spatial en forme d’Eddie Murphy !), le scénario s’avère vite très banal et terriblement mal exploité, le réalisateur ne prenant jamais le risque d’oser aller au fond des situations loufoques qui étaient permises par le scénario, afin de préserver l’aspect familial (qui assure de ratisser un public plus large) de sa comédie. Alors, bien sûr, on ne va pas faire la fine bouche : on rigole plus ou moins grassement aux pitreries et aux mimiques efficaces d’un Eddie Murphy particulièrement à l’aise dans le burlesque (comme en attestent les vingt premières minutes particulièrement fun), à quelques situations qui ne volent pas bien haut (les extraterrestres viennent d’une planète nommée Rien), notamment avec l’hilarant personnage de n°4, ainsi qu’à quelques gags franchement scato (on se souviendra longtemps de la manière dont le vaisseau Murphy duplique l’argent !). Malheureusement, le réalisateur se compromet trop rapidement et trop largement dans le moralisme et la niaiserie propre aux films pour enfants, ainsi que dans une avalanche de bons sentiments inhérent à ce type de films familiaux. Bien décidé à ne rien nous épargner, le réalisateur enfile les poncifs tire-larmes sur la belle veuve dont le mari est mort à la guerre et qui peine à retrouver le sourire, sur l’inévitable et horripilant enfant souffre-douleur de sa classe parce qu’il est différent (mais qui est finalement lui aussi quelqu’un d’exceptionnel – merci Werters !), ou sur la bonté des Terriens et l’importance de préserver leur jolie planète. Sans placer de grandes espérances dans ce film, on aurait quand même préféré y retrouver le même humour trash et politiquement incorrect qui avait fait le succès de « Norbit » ou de « Perpète ». Mais là n’était pas l’ambition du réalisateur, qui ne souhaitait qu’une chose : laisser le plus de champ possible à Eddie Murphy pour que celui-ci y fasse son one-man show. On comprend mieux pourquoi Brian Robbins prenait un malin plaisir à ne jamais creuser aucun de ses personnages secondaires, qui servent tous ici de faire valoir à un Eddie Murphy franchement cabot, mais toujours aussi performant et hilarant. A ses côtés on retiendra surtout le charme de la craquante Elizabeth Banks, et l’abattage de Pat Kilbane, qui viennent compenser en partie une mise en scène pas bien formidable. Et on tentera d’effacer de notre mémoire cet atroce gamin franchement tête-à-claques. Au final, sans être la meilleure comédie d’Eddie Murphy, « Appelez-moi Dave » se révèle néanmoins bien moins pire que ce que laissait entrevoir la bande-annonce. Plutôt rigolo, mais qui s’oublie totalement une fois sorti de la salle.

  



Commenter cet article

Platinoch 25/08/2008 18:53

Autant pour moi, j'ai fait une erreur de frappe!!! Je n'ai pas trouvé "Appelez moi Dave" aussi drôle que "Mr Woodcock" qui m'a davantage fait marrer...
Désolé!

Bob Morane 25/08/2008 17:49

Nan, j'ai dis le contraire. J'ai trouvé appellez moi dave plus drole que Mr woodcock. Et que j'ai eu peur de voir un navet, alors qu'en définitive j'ai bien ri. Certes, un peu moins que Norbit, qu'à la reflexion je dirais autant.

Platinoch 25/08/2008 10:21

Je te trouve dur!!! Je n'ai pas trouvé ça moins drôle que Mr Woodcock!!! Pour moi dans des genres très différents, les deux films se valent;)
Par contre, c'est clair ça m'a beaucoup moins fait rire que "Norbit"...

Bob Morane 25/08/2008 07:35

J'avoue avoir eu très peur de voir le pire navet jamais produit au vu de la bande annonce. Ce n'est pas passé loin, et je reconnais avoir quand même bien ri. C'est con, c'est nul, mais bien plus drole qu'un Mr Woodcok et beaucoup moins qu'un Norbit. A voir pour Murphy et la trop belle Elizabeth Banks !

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!