Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 Dec

A bout portant

Publié par platinoch  - Catégories :  #Films noirs-Policiers-Thrillers

« Je veux pas d’emmerdes, je veux juste récupérer ma femme. Pour ça on m’a demandé de vous faire sortir et c’est exactement ce que je vais faire. »

Tout va pour le mieux pour Samuel et Nadia : lui est bientôt infirmier et elle, attend son premier enfant. Mais tout bascule lorsque Nadia se fait kidnapper sous l'oeil impuissant de Samuel.

A son réveil, son portable retentit : il a trois heures pour sortir de l'hôpital dans lequel il travaille un homme sous surveillance policière.

Le destin de Samuel est désormais lié à celui de Sartet, une figure du banditisme activement recherchée par tous les services de police. S'il veut revoir sa femme vivante, Samuel doit faire vite...

« Ils s’en branlent que t’aies rien fait »

Un film. Il n’en fallait pas plus à Fred Cavayé pour connaitre les honneurs d’une critique plutôt enthousiaste, d’un succès public d’estime, et même d’un remake hollywoodien réalisé par Paul Haggis et porté par Russell Crowe. Rien que ça ! La chance du débutant ? Peut-être un peu. Mais pas seulement. Le bonhomme n’aurait pas pu avoir tous ces honneurs sans avoir un peu de talent. Et l’une des grandes qualités de son cinéma réside dans son efficacité très « américaine ». A savoir un sens particulièrement développé de la concision et de l’épure qui lui permet de boucler ses films en moins de 90 minutes chrono et d’éviter ainsi tout temps mort. Une chose rare et particulièrement appréciable en ces temps où les films de genre peinent à descendre sous la barre des deux heures.

« Je te fais pas faire le flic, t’as trop une bonne tête ! »

Attendu au tournant, Fred Cavayé voulait de toutes évidences éviter de prendre des risques inutiles. Pas étonnant dès lors de le voir nous proposer une trame scénaristique finalement assez proche de son précédent long, « Pour elle ». A savoir un homme ordinaire contraint de recourir à une violence et à des pratiques extrêmes pour sauver la femme qu’il aime. Une thématique chère à des réalisateurs comme Sam Peckinpah et ses « Chiens de paille » dont on sent ici l’influence sur le cinéma de Cavayé. Mené tambour battant, le film se laisse suivre d’ailleurs sans déplaisir malgré quelques invraisemblances (Roshdy Zem qui se relève après une piqure d’adrénaline alors qu’il est encore intubé seulement quelques minutes avant). Il souffre en revanche d’un manque d’originalité flagrant, d’un côté trop « déjà vu ». En soi, ce ne sont pas tant les personnages de flics ripoux franchement caricaturaux ni l’improbable machination qui sont en cause. Mais l’impression que tout cela réuni dans un même film porté par un homme qui court non stop pour retrouver sa femme disparue a été déjà vu ailleurs et en mieux (« Ne le dis à personne », pour ne pas le citer). Une impression appuyée par une dernière scène, très explicative, qui s’avère tout simplement inutile et qui empêche cet honnête thriller de boxer dans la catégorie du dessus. Tout cela est un peu dommage car les comédiens (Lellouche et Zem en particulier) s’avèrent très convaincants, tout comme la réalisation au cordeau de Cavayé. 

           



Commenter cet article

Jérémy 03/02/2011 21:06

Je pense qu'on est tous d'accord pour les quelques invraisemblances narratives...
Cela étant, c'est vrai que c'est efficace, pas très original mais prenant. Au milieu des grosses productions américaines, Cavayé apporte peut-être un peu plus de proximité envers son spectateur. Je suis assez client.

dasola 24/01/2011 16:43

Bonjour Platinoch, le film est pas mal fait. On sent que Cavayé est influencé par les Américains mais il y a des invraisemblances dans le scénario avec ces flics pourris qui agissent en toute impunité. Les acteurs sont bien. Bonne après-midi.

Chris 20/12/2010 06:57

Je partage point par point ta critique. Cavayé a pourtant un gros potentiel, il lui faudrait un scénario digne de ce nom.

Bob Morane 19/12/2010 20:15

Analyse très juste. Si j'ai aimé le film pour son rythme endiablé, j'ai eu du mal au début à le dissocier de Pour elle. Et trop d'improbalibités, comme ce choc avec la moto sur Zem qui finalement va faire le marathon tout le long du film...

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!