Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
04 Mar

Brothers

Publié par platinoch  - Catégories :  #Drames

« C’est un diner très spécial car nous accueillons le retour d’un fils et nous disons au revoir à un autre »

Fils prodigue d’un vétéran du Vietnam, Sam mène une vie en apparence parfaite : officier respectable et respecté de l’armée des Etats-Unis, il est l’heureux mari de la charmante Grace, son amour de toujours avec qui il a deux petites filles. Alors que son frère Tommy sort de prison, Sam, lui, part servir en Afghanistan. Lorsque Sam est porté disparu et présumé mort, Tommy apprend à faire face à ses responsabilités et se révèle être contre toute attente un véritable soutien pour Grace et pour ses nièces. Mais alors qu’il se rapproche inéluctablement de Grace, Sam revient du front...

.

« Je me tuerais pour le faire revenir »

« On peut préparer un homme à tuer, mais pas à regarder d’autres hommes mourir ». Comme le rappelle l’un des personnages, aussi nécessaires soient-elles parfois, les guerres ne laissent jamais les hommes qui les font totalement indemnes. Le cinéaste irlandais Jim Sheridan, figure du cinéma engagé et militant, en sait quelque chose, s’étant maintes fois intéressé au sujet (« Au nom du père », « The boxer »). Quatre ans après l’échec de sa plongée dans l’univers du gangsta rap (« Réussir ou mourir » avec 50 Cents), il revient donc sur le devant de la scène avec ce remake du film éponyme de la danoise Suzanne Bier, réalisé en 2004.

« Tu sais ce que j’ai du endurer pour revenir parmi vous ? »

Autant le dire tout de suite, « Brothers » n’est pas un film spécifiquement consacré à la guerre d’Afghanistan. L’ambition du réalisateur étant de donner une portée plus universelle à sa réflexion. Car au fond, tous les conflits se ressemblent, avec leurs lots de souffrances, de traumatismes et de barbaries. Mais de manière plus subtile et plus audacieuse, il choisit de les exposer non pas du point de vue des victimes directes (les populations qui subissent au quotidien les combats sur leur territoire) mais du point de vue des assaillants et de leurs familles, restées à l’abri au pays. Sheridan brasse ainsi beaucoup de thèmes (la souffrance, la peur et le deuil), pour s’intéresser finalement et essentiellement aux incidences de la guerre sur une famille ayant perdu l’un de ses membres au combat. Ou comment se reconstruire et (re)trouver sa place dans une communauté dont l’équilibre a été fragilisé par la disparition de l’un de ses piliers. Refusant volontairement de prendre un quelconque parti pris politique (pour ou contre la guerre en Afghanistan) ou moral (cette guerre est-elle juste ?), Sheridan refuse également de tomber dans le discours manichéiste en s’interrogeant sur la nature profonde de l’homme. Ainsi, le frère maudit, l’ex-taulard et brebis galeuse de la famille, trouvera une forme de rédemption en assumant ses responsabilités et en se montrant présent pour soutenir sa belle-sœur et ses nièces, tandis que le militaire, « authentique héros américain » dixit son père, commettra finalement l’innommable pour sauver sa peau. Une scène très forte, à l’opposée des habituels couplets à la gloire de l’armée US que les films américains nous servent habituellement. En vieux briscard qui maitrise son sujet, Sheridan regarde ses personnages à hauteur d’homme, proposant une réflexion émouvante et pleine d’humanité sur un monde où l’humanisme demeure une chimère. En cela, son récit est servi par une très belle mise en scène, où se mêlent efficacement les effusions de sentiments façon cinéma US et une certaine économie de mots, une certaine épure plus volontiers propres au cinéma nordique. Il peut compter également sur deux acteurs exceptionnels : Natalie Portman et Jake Gylenhaal qui survolent le film de toute leur classe, obligeant Tobey McGuire, techniquement plus limité, à surjouer en permanence. Reste un film profondément émouvant, qui vous habite encore longtemps après l’avoir vu.

  



Commenter cet article

Bob Morane 04/03/2010 06:25

Oui, très beau film. Toby surjoue ene ffet, mais n'est-ce pas voulu compte tenu de la personnalité du personnage qui veut telleemnht être ce que son père et son pays attendent d'un de leurs officiers ? Et Natalie !

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!