Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 May

Ca$h

Publié par platinoch  - Catégories :  #Comédies

« Il n’y a pas d’arnaque sans pigeon »  

.                               

Un arnaqueur évite les agressifs. Et encore plus les agressifs armés. Solal a oublié cette règle. Résultat : il est mort, assassiné par un mauvais perdant. L’affaire aurait du en rester là. Mais Solal a un frère, Cash, bien décidé à le venger. A sa manière. En élaborant une arnaque de haut vol. Toutefois, l’adversaire est sur ses gardes. Et Cash et ses amis se sont peut-être attaqués à plus forts qu’eux. Dans ce genre d’arnaques, les alliances se font et se défont, les complices sont parfois des traîtres et les traîtres des complices. A la fin, une seule chose compte : qui est le pigeon ?

 

.

.

« Quoi qu’il arrive, ne perdez jamais l’argent des yeux »

 

Scénariste reconnu ayant officié sur des projets aussi variés que « Le convoyeur » (Boukhrief – 2004), « Travaux » (Rouan – 2005), « Le nouveau protocole » (Vincent – 2008), ou encore le très attendu « Babylon A.D. » (Kassowitz – 2008), Eric Besnard réalise avec « Cash » son deuxième long, près de dix ans après « Le sourire du clown » (1999), polar porté par Ticky Holgado, Vincent Elbaz, et François Berléand. Calqué sur les modèles du genre américains, « Cash » veut renouer avec la tradition de ces films choral de casse à la fois léger, drôle, et élégant, comme pouvait l’être « L’arnaque » (Hill – 1974), la saga des « Ocean » (Soderbergh), ou encore dans une moindre mesure les « Topkapi » (Dassin – 1964) et autre « Snatch » (Ritchie – 2000). Avec malgré tout un impératif qu’il s’est lui fixé : éviter toute violence. Pour la petite histoire Besnard et Dujardin se sont rencontrés sur le tournage du « Convoyeur » sur lequel ils ont bien sympathisé. Suffisamment en tous cas pour vouloir retravailler ensemble. C’est ainsi que le rôle central de « Cash » a été écrit par Besnard pour Dujardin. 

« Plus le coup est difficile, plus il est beau »

Evidemment, la référence à la saga « Ocean » lancée par la bande à Sinatra et reprise par la bande au duo Soderbergh et Clooney est flagrante. Pour preuve l’affiche des deux films, d’une similitude confondante, ainsi que le personnage principal d’escroc magnifique entourré de toute sa charismatique bande. Le réalisateur va même jusqu’à pousser le vice en copiant son modèle le temps d’une scène d’explication du plan du casse. Mais contrairement à ce qu’en a dit la critique presse, qui a pris un malin plaisir à descendre le film, « Cash » est loin d’être aussi mauvais que ça. Et s’il n’a pas la puissance et la fluidité de la saga de Soderbergh, l’intrigue se montre pour autant plutôt futée, prenant un malin plaisir à perdre son spectateur en lui ôtant systématiquement toute certitude quant aux réelles intentions des personnages. Mais c’est également là où le bât blesse, à savoir dans la construction trop complexe et alambiqué du scénario, pas toujours lisible, qui à force de vouloir perdre ses spectateurs, perd de fait en tension et en enjeu. Le switch final, bien que logique et finalement prévisible, permet cependant de conclure sur une note plus agréable et convaincante.

« On finit souvent victime à trop vouloir être complice »

.

 Film choral oblige, reposant sur la valeur de ses interprètes, on retiendra la qualité d’ensemble du casting, à commencer par l’excellent Jean Dujardin, dont le charme à la fois touchant, rigolard et beau gosse, donne une certaine dimension à son rôle de séducteur maladroit et classe. Face à lui, on retiendra la prestation très charismatique d’un Jean Reno toujours aussi convaincant, ainsi que celle du caméléon François Berléand, qui prouve une nouvelle fois qu’il est bien le meilleur second rôle de sa génération. Côté féminin, c’est également tout bon. Alice Taglioni est toujours aussi convaincante dans le rôle de la bombe atomique de service un peu vamp sur les bords. Reste juste qu’il ne faudra pas qu’elle s’enferme dans ce genre de rôle. De même avec Valeria Golino dont on retrouve le charme piquant avec plaisir. Dommage cependant qu’à l’instar de Vincent Cassel dans « Ocean’s 12 », il faille toujours que le coupable dindon de la farce de ce genre de film soit toujours le comédien étranger de service. Le reste de la bande est au diapason, avec notamment Roger Dumas, Jocelyn Quivrin, ou encore Samir Guesmi. Côté mise en scène, on reconnaîtra à Besnard l’efficacité de sa caméra et de son montage énergique, qui maintient un bon rythme jusqu’au bout, compensant en partie la relative opacité du scénario. Enfin, même si c’est un élément obligatoire de ce genre de production, on soulignera le soin apporté aux décors de rêve (luxueux sans jamais tomber dans le mauvais goût bling-bling) et à la photographie, particulièrement lumineuse, qui met bien en valeur un ensemble qui contre toute attente s’avère beaucoup plus fréquentable que prévu. Peut-être regrettera-t-on que le réalisateur n’ai pas osé aller plus loin que la simple référence, en imposant un peu plus son style et sa créativité. Il passe du coup à côté du casse parfait, se limitant au simple hold-up. Reste le charme des acteurs et la relative efficacité de l’ensemble, qui font de ce film un honnête divertissement.

  



Commenter cet article

COGLIN 10/06/2008 06:07

Une bonne surprise qu'est ce film alors qu'on ne s'attendait qu'a un petit film un peu naze

Bob Morane 18/05/2008 20:20

OU, on n'a pas vu le même film, OU, tu es devenu très indulgent, OU... pour ma part, j'ai trouvé ce film extrêmement affligeant de niaserie, de facilité, d'inutilité. Bien sûr que Dujardin est bon, sans être transcendant, tout comme les autres d'ailleurs. Non, pas un navet, et loin d'être même un sympathique petit film.

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!