Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 Mar

Crimes à Oxford

Publié par platinoch  - Catégories :  #Films noirs-Policiers-Thrillers

« Le philosophe a délimité le champs de la pensée. Avec cette énigme : « Connaissons-nous la vérité » ? » 

Martin, un jeune étudiant en mathématiques, vient étudier à Oxford. Passionné de logique et de philosophie, il rêve que le professeur Seldom, célèbre mathématicien soutenant que la vérité n’existe pas, l’encadre dans ses recherches. Malheureusement pour lui, le professeur, désormais entièrement voué à ses conférences et à ses livres, n’est pas accessible. Pourtant, grâce au hasard, les deux hommes vont se retrouver réunis sur les lieux de l’assassinat de la logeuse de Martin, une amie de longue date du professeur. Rapidement, d’autres meurtres ont lieu dans la ville, le criminel laissant derrière lui comme indices les éléments d’une énigme complexe. Voyant là l’occasion de se rapprocher de celui qu’il admire tant, Martin décide d’aider Seldom à mener cette enquête et à résoudre cette énigme…

 

« Aucune vérité absolue ne peut être démontrée sans mathématiques : la philosophie est donc morte »

 

Adaptation cinématographique du roman « Mathématique du crime » signé de l’argentin Guillermo Martinez et publié en 2003, « Crimes à Oxford » est le premier film en langue anglaise pour le réalisateur espagnol Alex De La Iglesia. Connu jusqu’ici comme étant un spécialiste des films fantastico-gores teintés d’humour noir (on lui doit notamment « Le jour de la bête » et « Le crime farpait »), De La Iglesia change ici totalement de registre et s’essaye aux genres du polar et du thriller. Un projet pour lequel le réalisateur n’a pas choisi la facilité, tant les thèmes du film, tournant autour des mathématiques et de la vérité absolue et démontrée, semblent peu glamours. Une gageure en soi, donc, dont le casting international semblait apporter une certaine crédibilité. A noter que Michael Caine et Jeremy Irons ont été longtemps pressentis pour le rôle du professeur Seldom, avant que celui-ci ne revienne à John Hurt. Pour la petite histoire, bien que le film soit censé se dérouler dans la ville d’Oxford, l’essentiel du tournage a eu lieu dans la région de Londres, l’équipe du film tournant à Oxford durant à peine huit jours.

« Le crime parfait n’est pas un crime sans coupable, mais un crime attribué au mauvais coupable »

Bande-annonce et promotion efficaces, casting alléchant, ce « Crimes à Oxford » avait tout pour attiser la curiosité et s’annonçait comme l’un des films à voir du moment. Les premières minutes du film confortent d’ailleurs plutôt le spectateur dans cette impression, De La Iglesia arrivant à instaurer d’entrée une ambiance assez mystérieuse et teintée d’humour dans ces décors trop vieillots, sages et trop bien rangés pour être honnêtes (tout le passage sur l’installation du héros dans la ville). Pourtant, très vite, le film se noie en d’interminables conversations de philosophie totalement absconses sur l’importance du sens de la vie et de la vérité, ainsi que sur les théorèmes de mathématiques logiques, censés faire échos aux crimes. Ajoutons à cela des partis pris incompréhensibles, comme le fait que les meurtres soient perpétrés sur des personnages jusqu’alors inconnus, et le récit se retrouve frappé de plein fouet du syndrome « Agatha Christie », à savoir qu’il propose une énigme façon cluedo très convenue et prévisible, inutilement complexe et lourdingue, manquant cruellement de punch, le tout pour en arriver à dénouement incroyablement simpliste et prévisible, digne d’un éléphant accouchant d’une souris. Ce constat est d’autant plus dommage que le réalisateur réussit par ailleurs à construire toute une matrice de fausses pistes, brouillant assez bien les cartes et les idées des spectateurs. Mais là aussi le bât blesse, De La Iglesia étant incapable de mener de front l’ensemble de ces pistes, la plupart étant abandonnée en cours de route et sans explications (l’étudiant russe disparaît finalement de la circulation sans qu’on en sache plus). Tiré par les cheveux, télescopé dans ses rebondissements, boursoufflé, le scénario du film, inutilement complexe et un poil pénible, demeure beaucoup trop maladroit pour convaincre et constitue le défaut principal du film.

« Il n’y a qu’une vérité absolue : tout est faux »

Derrière, De La Iglesia assure l’essentiel côté mise en scène, jouant parfaitement des décors vieillots et cosys de la vieille Angleterre pour distiller une ambiance à la fois mystérieuse et un peu pesante, parfaitement adaptée au récit. Ses mouvements de caméra parfois nerveux et ses cadrages serrés finissant de construire cette ambiance.  Mais le grand point fort du film, c’est surtout ses interprètes. Très bien dirigés, ils sauvent à eux seuls le film de l’ennui total. John Hurt trouve ici un rôle taillé sur mesure de vieux professeur cynique et sans illusions, doté de quelques reparties qui vont comme un gant au jeu très théâtral de ce grand comédien. Face à lui, le lumineux et enthousiaste Elijah Wood, apporte toute sa fraicheur et sa candeur à son personnage, qui contrebalance parfaitement celui de Hurt. La sublime Leonor Watling vient compléter l’affiche, apportant son charme vénéneux et sensuel. A noter également, dans un rôle beaucoup plus secondaire, la belle prestation inquiétante de Dominique Pinon. Dommage cependant que les réalisateurs ne sachent pas exploiter son extraordinaire palette, se bornant à lui proposer uniquement des rôles de salaud de service, toujours inquiétants, sur la seule base de sa « gueule » hors norme. Si la performance des comédiens permet d’assurer l’essentiel et de sauver le film, De La Iglesia, pour sa première expérience en anglais, réalise cependant un film décevant et inégal. Tarabiscoté, prévisible et lourdingue, le scénario ne parvient non seulement jamais à convaincre,  mais peine également à retenir l’attention. Très moyen et assez dispensable !

  



Commenter cet article

Mathieu R. 20/04/2008 02:12

Film extrêmement bien monté et construit, filmé d'une main de maitre par De La Iglesia, au scénario simple mais efficace, Crimes à Oxford nous plonge dans un thriller universitaire plus ou moins mathématique. John Hurt est excellent comme souvent, et Elijah Wood plutôt convainquant en étudiant américain convaincu que l'on peut traduire le comportement humain par des équations. La fin est plutôt surprenante, et je retiendrai le regard d'Elijah dans le dernier plan, vision d'angoisse et de remise en question personnelle assez terrifiante...bref j'ai bien aimé !
Film à voir en VO bien entendu !

Ashtray-girl7 17/04/2008 23:04

Je l'ai raté en salles (il n'est resté que 2 semaines à l'affiche, ici), et apparamment ce n'est pas une catastrophe!^^
J'attendrais le dvd pour te donner un avis, donc ;-)

Frizlangueur 31/03/2008 17:21

Alambiqué à souhait le film pêche un peu par le pédantisme... De la Iglesia peut retourner en Espagne, là, il a fait ses meilleurs films. J'ai quand même apprécié le duo Hurt/Wood, et quelques coups de mise en scène hors du commun... Mais bon...

Bob Morane 29/03/2008 10:52

Je dirais carrément très nul et à ne pas aller le voir même pour la belle Leonor, c'est tout dire !

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!