Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
06 Mar

Dehors c'est l'été

Publié par Platinoch  - Catégories :  #Drames

Un grand merci à Damned Distribution pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le dvd de « Dehors, c’est l’été » de Friederike Jehn.

http://fr.web.img3.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/210/154/21015420_20130626121322681.jpg« Ca va être un bel été dans notre nouvelle maison, tu verras ! »

.

Wanda emménage avec sa famille dans une nouvelle maison près de Zürich, en Suisse.

Dans ce nouvel environnement, les débuts s’annoncent difficiles : ses parents sont en pleine crise, ses camarades de classe sont peu réceptifs, les garçons l’intriguent, la déroutent...

Entourée par son frère et sa sœur, encore trop jeunes, elle se retrouve livrée à elle-même et doit se battre pour tout reprendre en main, sa vie, leur vie.

« Dans la vie, on ne peut pas toujours mettre de la musique »

.

http://fr.web.img1.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/210/430/21043042_20130923142559057.jpgPremier long métrage d’une jeune réalisatrice allemande, Friederike Jehn, « Dehors c’est l’été » s’aventure sur le terrain glissant du film sur l’adolescence, cet âge difficile où l’on abandonne l’enfance pour avancer vers l’âge adulte, le tout sur fond de dysfonctionnement familial. Un choix pas facile, d’une part parce que le sujet a déjà été maintes fois traité (on pense notamment à « Les Berkman se séparent » et surtout à « A deriva » de Heitor Dhalia vers lequel il lorgne par moment) et d’autre part parce qu’en la matière, les poncifs et les clichés ne sont jamais très loin. Jehn, quant à elle, opte pour une approche du sujet plutôt « naturaliste ». Pas question en effet pour elle d’inscrire son récit dans une quelconque extravagance fictive, mais bel et bien de l’ancrer dans une forme de réalité à laquelle chacun peut aisément croire. Jouant sur les faux semblants, la réalisatrice introduit son film par un premier quart d’heure d’apparente quiétude, bercé par la chaude lumière du soleil d’été. Pourtant, passé cette introduction, la sérénité affichée va vite laisser place à une sensation de malaise. À l’image de l’héroïne que l’on sent progressivement en perte de repères (découverte de la nouvelle maison, difficulté à se faire de nouveaux camarades, apparition de la crise de couple des parents). Et tandis que l’été semble être à son firmament, le récit se retrouve brusquement frappé par quelques éclairs dramatiques (la découverte d’un oiseau mort dans le jardin, le mutisme soudain du petit garçon, l’apparition de brutales altercations entre les parents aux moments où on s’y attend le moins). Dès lors, la réalisatrice jouera de la dichotomie opposant l’intérieur de la maison (sombre, dans lequel les personnages semblent s’enfoncer dans la crise et l’isolement) et l’extérieur (lumineux, où la vie semble suivre son cours bon an mal an). Et même si elle abuse parfois maladroitement de certaines métaphores (l’oisillon tombé du nid qui ne survit pas dans la maison, le grand plongeon comme rite initiatique) ou de certains tics inhérents à ce cinéma dit « indé » (les musiques françaises à outrance, comme la chanson de ZAZ), son film se révèle néanmoins touchant et souvent assez juste. En cela il doit beaucoup à la justesse de son scénario qui évite toutes fioritures et à l’interprétation touchante de sa jeune interprète, Maria-Victoria Dragus (vue notamment chez Haneke). Un film à découvrir.

 http://fr.web.img5.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/210/430/21043044_20130923142559668.jpg http://fr.web.img2.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/210/430/21043041_20130923142558807.jpg

 

Le dvd : Édité par Damned Distribution dans un élégant et fin boitier, le film nous est proposé en VO et VOSTFR. Pour la partie bonus, il est accompagné d’une interview de près 10 minutes de la réalisatrice, qui revient sur la genèse du film et sur son tournage. Le DVD est disponible dans les bacs depuis le 4 mars 2014.

 

Commenter cet article

Bob Morane 08/03/2014 14:39


Très sympathique, avec une ambiance doucereuse et des portraits hors des sentiers battus au beau léché de caméra et de belles interprétations.

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!