Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 Aug

Exilé

Publié par platinoch  - Catégories :  #Films noirs-Policiers-Thrillers

« - T’étais parti. Pourquoi t’es revenu ?

   - J’en avais marre de voyager. Je voulais me poser. »

 

ARP SélectionMacau, 1998. Deux tueurs à gages fraîchement débarqués de Hong Kong font le pied de grue devant une vieille maison. Ils attendent Wo, autrefois un des leurs, qui les a trahi pour tout recommencer à zéro, offrir à sa femme et son fils une vie normale. Mais débarquent alors deux autres tueurs, bien décidés pour leur part à protéger Wo, l’ami de toujours. Etant tous amis autrefois, Wo négocie avec ses deux anciens camarades venus pour le tuer, un délais de quelques jours, le temps pour lui de faire un dernier coup pour mettre sa famille à l’abri. Mais après plusieurs échecs, les cinq hommes se retrouvent dans le même bateau et décident d’affronter ensemble le Parrain qui les tient…

 

« - J’ai un contrat à finir. Je dois t’exécuter.

   - Et moi je bute celui qui le bute »

 

.

Genre on ne peut plus Hollywoodien à la base, force est de constater que depuis quelques années, le film noir est dominé par des productions asiatiques, parfaitement écrites, et mises en scène avec beaucoup de style. On se souvient ainsi de « Infernal Affairs » de Law et Mak en 2004, qui a eu son remake Hollywoodien par Scorsese, de « Old Boy » de Park Chan-Wok (2004), de « Memories of murder » de Joon-Ho Bong (2004), ou encore de « A bittersweet life » de Kim Jee-Woon (2006). La sortie d’un nouveau film du très prolifique Johnnie To (pas moins de 20 films depuis l’an 2000), spécialiste local du genre (on lui doit le diptyque « Election 1&2 » (2007), « Breaking news » (2005), « PTU » (2005), ou encore « The mission » (2001)) était donc un événement. D’autant plus que la critique a été unanimement dithyrambique pour ce film.

 

« Si on est ensemble tu rafles tout, sinon t’es mort »

 

ARP SélectionAvec « Exilé », Johnnie To signe probablement le film qu’il a toujours voulu faire. Entre mélange des genres, références et style à la fois affirmé et décomplexé, il nous propose son film le plus virtuose à ce jour. Sur un scénario désenchanté, il signe un western moderne,  urbain, et crépusculaire. Lorgnant ouvertement vers le cinéma de Peckinpah - pour les gunfights incroyables et pour le final rappelant fortement celui de « La horde sauvage » ou encore pour le climat désenchanté de fin d’époque de « Coups de feu dans la sierra » - de Sergio Leone, à qui il emprunte une certaine forme de décalage et d’humour, ou encore de Melville pour le sens de l’honneur de ses héros et la froideur stylisée de l’ensemble façon « Le Samouraï », il signe un film choral très décalé et très sombre. Si le film réserve de grands moments d’humour et d’autodérision introduits avec beaucoup d’intelligence (des gunfights chorégraphiés à l’extrême, un héros réduit en viande hachée et qui met un temps fou à mourir, un quiproquo énorme chez le médecin clandestin, et des références bien placées comme la photo de groupe ou l’homme à l’harmonica tout droit sorti de chez Sergio Leone), il n’en est pour autant pas moins grave ni noir. A ce titre, une réelle émotion se dégage de ce film crépusculaire et de ses antihéros désabusés, qui décident de sortir de leur condition par amitié et honneur, quitte à y perdre la vie.

 

« Je vais chier, je vous en garde un peu ? »

 

ARP SélectionTo offre à ce scénario bien huilé un écrin magnifiquement stylisé. Avec une mise en scène maîtrisée et inspirée, il s’offre avec une générosité jouissive les gunfights les plus improbables et les plus énormes qu’on ait vu ces dernières années. Comme pour la tonalité du film, alternant savamment second degré et émotion, il alterne visuellement les scènes d’actions pures et les moments plus contemplatifs. Le travail sur le photographie et les couleurs est tout à fait exemplaires, alternant pénombre et couleurs arides propres au western. Tout comme le travail sur la musique, faite de grosses guitares à l’américaine, qui nous plonge clairement dans la même ambiance. Référence au western qui est omniprésente, jusque dans les grands impers de ces personnages, les bouteilles d’alcool qu’ils se repassent ou la manière dont ils font reculer les objets grâce à leur revolver. L’interprétation est de manière générale excellente, chaque acteur arrivant à donner de la chair et un caractère bien distinct à son personnage malgré le peu de détails révélés pour chacun d’eux par le scénario. A ce petit jeu, on soulignera les belles performances d’Anthony Wong et de Francis Ng, qui volent quelque peu la vedette à leurs camarades. Notons également que pour ce film choral, To s’est entouré de comédiens qu’il a déjà fait tourné à de nombreuses reprises et qui sont désormais des habitués du cinéaste.  

 

« Une tonne d’or, ça pèse combien ? Et une tonne de rêve, ça pèse combien ? Et une tonne d’amour, ça pèse combien ? »

 

ARP SélectionPour son premier western, sombre et crépusculaire, œuvre originale teintée de références, d’hommage à un genre, et de délire de gosse, To signe avec « Exilé » son meilleur film. Osant de manière décomplexée les gunfights les plus excessifs et les plus sanglants, tout en se risquant à insérer des moments beaucoup plus seconds degré, il signe pour autant une œuvre forte, électrique, énergique et follement désenchantée. Sur des thèmes chers à l’auteur (l’honneur, la violence), il dresse le portrait assez attachant de cinq personnages en fin de cycle, appartenant déjà à un monde révolu. Porté par une mise en scène des plus léchée et stylée qui soit, il nous offre avec son « Exilé » l’un des films les plus réussis et les plus beaux de l’année.

.

 Nick Cheung. ARP SélectionARP Sélection



Commenter cet article

Carcharoth 14/12/2007 21:48

Je suis bien d'accord, ce film est le meilleur de To, dans la continuité des "Elections", toujours cette même patte et ce talent énorme !
Souhaitons encore de nombreux films de ce niveau !

Fritzlangueur 28/08/2007 16:54

Je ne suis pas très friand du cinéma asiatique, sorry, mais là !!! Vraie prouesse de réalisation, interprétation très classe, et traitement graphique et artistique délicieusement original. Oui c'est un film excellent, j'enrage qu'il soit passé presque inaperçu !

bobomorane75 21/08/2007 14:20

Sans nul doute le film le plus marquant de l'année. Avec sa dose d'émotion, de chaleur, d'humour sur une réalisation magnifique. A vite mettre dans sa dévéthéque pour le voir et revoire encore !

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!