Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 Jul

Hot Fuzz

Publié par platinoch  - Catégories :  #Comédies

« -  Je n’ai pas touché un fusil depuis près de deux ans, et j’aimerais bien m’y tenir »

-    Nos oiseaux vont vous adorer »

 

On connaissait le duo Simon Pegg et Edgar Wright pour leur phénoménal « Shaun of the dead », la première comédie romantique avec des zombies, sortie il y a maintenant deux ans sur nos écrans. Sorte de parodie absurde et délirante des films de Romero, « Shaun of the dead » avait été un carton outre-Manche, et avait eu une jolie reconnaissance du public et de la critique chez nous. Reconnaissance qui avait été également donnée par le maître Romero, qui avait convié Simon Pegg a une petite participation sur son dernier film en date « Land of the dead ». Depuis, nous n’avions pas eu trop de nouvelles de cette fine équipe anglaise, mise à part qu’ils tournaient ensemble un nouveau film. En s’attaquant aux films policiers et autres buddy movies, le délire promettait d’être grandiose. Réactions à chaud.

Studio Canal

 

« T’as déjà tiré avec deux flingues en plongeant ? »

 

L’histoire :

 

Nicholas Angel est policier à Londres. Son zèle et son efficacité en ont fait le flic le plus efficace de toute la capitale anglaise. Par peur de le voir, grâce à ses résultats menacer sa hiérarchie, ses supérieurs décident donc de le muter contre sa volonté dans la bourgade la plus calme de tout le royaume, à Sandford. Dans ce village paisible qui jouit du taux de criminalité le plus bas d’Angleterre, Nicholas se voit confronter à une police laxiste et pragmatique. Dans la petite équipe qui la forme, il y rencontre Danny, le maladroit fils de chef de la police locale, qui tente de gagner son amitié. Si Nicholas y est d’abord hostile, une série de mort suspecte va venir changer la donne. Car au fond, ce village trop tranquille ne cacherait-il pas de terribles secrets ?

Nick Frost et Simon Pegg. Studio Canal

 

« - Dans la police, une femme flic est un agent avant tout. Son sexe est annexe.

   - Pourtant il est bien utile des fois !!! »

 

Le trio Whright-Pegg-Frost récidive donc pour de nouvelles aventures avec ce « Hot Fuzz ». Comme son nom l’indique (pour explications, « Fuzz » est un mot anglais évoquant la moustache. Les policiers anglais du début du siècle en portant toujours une, l’expression s’est généralisée et depuis « Fuzz » signifie populairement l’équivalent de notre mot « flic »), ils ont cette fois décidé de s’en prendre aux films policiers, d’action et autres buddy movies. Si on retrouve toujours avec joie ce cocktail sidérant d’humour mêlant à la fois les influences Monty Pythons, ZAZ et Benny Hill, le premier constat frappant est que ce film est beaucoup moins hilarant que « Shaun of the dead ». La première raison que l’on pourrait invoquer serait que la parodie du genre polar/buddy movie n’est pas très originale. Les précédents et plus ou moins récents « Y’a-t-il un flic » (désopilant mais moins subtil), « Qui a tué Pamela Rose ? », « La cité de la peur », ou encore « Starsky et Hutch » (remake de la série avec Ben Stiller), nous ont déjà offert pas mal de références malmenées et de crises de rire.

Studio Canal

Outre cette possible banalisation de ce genre de parodie, on peut également dire que la formule pêche par changement de méthode. En effet, si « Shaun of the dead » proposait un gros délire mêlant habilement cinéma gore, humour loufoque et flegme typiquement anglais, le tout de manière assez spontanée et laissant semble-t-il une grosse place à l’improvisation, ce « Hot fuzz » semble trop « écrit », trop préparé, les gags étant trop calculés.

Peut-être enfin, est-ce également la faute à un délire trop gros et trop personnel de la part de ses concepteurs : en effet, le duo de comédiens Pegg-Frost prend un plaisir plus qu’évident à se jouer de tous les clichés et toutes les situations obligées du genre. La scène de fusillade finale avec tout ce que cela implique d’explosion et de destruction sent d’ailleurs la grosse déconne, le gros rêve de gamins qui se réalise pour eux. Et c’est bien là que le bas blesse : si les comédiens semblent s’éclater d’un bout à l’autre dans cette succession de gags, il semble évident que ceux-ci tiennent plus d’un délire privé auquel les spectateurs ne sont invités que trop rarement à prendre part.

Simon Pegg. Studio Canal

Malgré cela « Hot fuzz » n’est pas pour autant un mauvais film. Si on peut dire qu’il est un peu trop long (comptez franchement vingt minutes de trop sur l’ensemble), et qu’il manque parfois de rythme, l’ensemble reste quand même agréable à voir et offre, à défaut de bons gros fous rires, de bons moments de rigolade (la découverte des têtes sur la chaussée, le running gag avec le cygne, ou encore l’échange verbal incompréhensif entre les bouseux du coin). On doit cela à l’enthousiasme communicatif et visible de l’ensemble des comédiens, et à leur performance individuelle, à commencer par Pegg et Frost, mais aussi au revenant Timothy Dalton.

Nick Frost et Simon Pegg. Studio Canal

 

« C’est moi qui t’es fait naître. C’est aussi bien que ce soit moi qui te fasse disparaître ! »

 

Pour conclure, si ce « Hot fuzz » est une plaisante comédie, elle reste néanmoins assez décevante. Pour ceux qui avaient vu et rit à « Shaun of the dead », ce « Hot fuzz » sent quand même un peu le pétard mouillé. La faute en revient principalement à une perte de spontanéité au profit d’un film trop écrit, laissant plus de place à un amusement collectif des comédiens auxquels les spectateurs ne sont pas toujours conviés, et peu de place finalement à la vraie personnalité délirante et spontanée de Simon Pegg, qui faisait décoller « Shaun of the dead ». Les amateurs d’humour très décalé et parfois régressif adoreront probablement. Pour les autres, cette comédie vous fera sourire, mais ne vaut peut-être pas ses 9€ d’entrée. Un peu décevant quand même.



Commenter cet article

Bob Morane 29/07/2007 08:56

Ayant adoré le précédent, et compte tenu de la morosité ambiante dans les films du moment, je penses aller le voir quand même, ne serait-ce que pour retrouver une équipe super sympa et rire un peu, même si c'est juste un peu. Je serais moins déçu grace à ta critique intelligente et impartiale qui comme les autres ne sont jamais intégristes.

Fritzlangueur 25/07/2007 18:32

Il est vrai qu'il était très difficile d'égaler le niveau de "Shaun of the dead". Hot Fuzz comme tu le dis est trop dense et moins maîtrisé. Mais bon par rapport à la morosité actuelle, une comédie de ce gabarit, car je me suis quand même bien éclaté, je suis preneur...

Archives

À propos

Le blog sans prétention d'un cinéphile atteint de cinéphagie, qui rend compte autant que possible des films qu'il a vu!